…et du moins drôle

Une éditorialiste de La Tribune découvre l’équivalence ricardienne… et s’empresse de tirer des conclusions :

« Il y a un autre effet, plus immédiat, créé par la dette. C’est ce que les économistes appellent « l’équivalence ricardienne ». Prévoyant qu’après la relance viendra la hausse des impôts, les ménages épargnent au lieu de consommer. On observe précisément cela aux états-Unis. En janvier, le taux d’épargne y est monté à 5%, son plus haut niveau depuis 1995« .

Hum. Conclusion un peu rapide. Les ménages américains étaient tellement endettés que la probabilité que leur taux d’épargne remonte à un moment était très forte. Pas besoin d’invoquer l’équivalence ricardienne pour cela. 

3 Commentaires

Classé dans Divers

3 réponses à “…et du moins drôle

  1. Sinclair

    Le jour où les journalistes comprendront quelque chose à l’économie…

  2. Philippe B

    Pour une fois qu’un journaliste a raison. Le taux d’épargne remonte précisément en janvier, lorsque l’on connait le montant gigantesque du plan d’Obama.

  3. C.H.

    Ce qui ne prouve strictement en rien que cela est dû à un quelconque mécanisme lié à l’équivalence ricardienne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s