Archives de Tag: rationalité

Irrational Consumers, Market Demand and the Link Between Positive and Normative Economics

As a follow-up to my last post, I would like to briefly return on the claim that the representative agent assumption is also well alive in microeconomics, not only in macroeconomics. As Wade Hands explain in several papers I linked to in the previous post, the representative agent assumption in microeconomics finds its roots in the study of consumer’s choice and more generally in demand theory. This may seem surprising (at least for non professional economists) since in virtually all microeconomic textbooks the study of demand theory starts from the analysis of the individual consumer’s choice. This reflects the fact that initially ordinal utility theory was conceived as a theory of the rational individual consumer with market demand simply derived through the horizontal summation of the individual demand curves. Similarly, in his seminal article on revealed preference theory, Samuelson started with well-behaved individual demand functions on the basis of which he derived a consistency axiom nowadays known as the weak axiom of revealed preference theory.

However, as it is well-known, the idea that the individual consumer is rational in the specific sense of ordinal utility theory (i.e. the consumer’s preferences over bundle of goods form a complete ordering) or revealed preference theory (i.e. the consumer’s choices are consistent in the sense of some axiom) is a disputed one, inside and outside economics. A foundational issue for economics has been, and still is the relationship between individual rationality and what can be called “market” or “collective” rationality. To ask the question in these terms already marks a theoretical and even an ontological commitment: it presupposes that the rationality criteria we apply to individual agents are also relevant to study collective behavior. Some economists have always resisted this commitment. However, acknowledging the fact that individual consumers may not be rational, the issue is obviously an important one for the validity of many theoretical results in economics, particularly concerning the properties of market competition.

An important paper from this point of view is Gary Becker’s “Irrational Behavior and Economic Theory” published in 1962 in the Journal of Political Economy. Becker established that the so-called law of demand (i.e. demand is a decreasing function of price) is preserved even with irrational consumers who either choose randomly a bundle of goods among the bundles in the budget set or who, because of inertia, always consume the same bundle if it is still available after a change in the price ratio. The simplest, random-choice case, is easy to illustrate. Becker assumes a population of irrational consumers who choose a bundle on their budget hyperplane according to a uniform distribution. In other words, a given consumer has the same chance to choose any bundle which exhausts his monetary income. Consider the figure below:

Becker 2

Consider the budget set OAB first. An irrational consumer will pick any bundle on the budget line AB with the same probability. Since the distribution is uniform, the bundle a (which corresponds to the mid-point between A and B) will be chosen on average in the population. Now, suppose that good x becomes more expensive relatively to good y. CD corresponds to the resulting compensated budget line (i.e. the budget line defined by the new price ratio assuming the same real income than before the price change). For the new budget set OCD, the bundle b is now the one that will be chosen on average. Therefore, the compensated demand for good x has decreased following the increase of its price. This implies that the substitution effect is negative, which is a necessary condition for the law of demand to hold. Note however that this not imply that each consumer is maximizing his utility under budget constraint. Quite the contrary, an individual consumer may perfectly violate the law of demand through a positive substitution effect. For instance, one may choose a bundle near point A with budget set OAB and a bundle near point D with budget set OCD, in which case the consumption of x increases with its price.

Clearly, there is nothing mysterious in this result which simply follows from a probabilistic mechanism. Becker used it as a “as-if” defense of the rationality assumption for consumer choice. Even if consumers are not really rational, one can safely assume the contrary because it leads to the right prediction regarding the shape of the market demand. As Moscati and Tubaro note in an interesting historical and methodological discussion, most of the experimental studies based on Becker’s theoretical argument have focused on the individual rationality issue: are consumers really rational or not? As the authors show, it turns out that Becker’s article and the subsequent experimental studies only offer a weak defense of the rationality assumption because they only show that rational choice is a plausible explanation for demand behavior, not the best explanation.

Surprisingly however, the most significant economic implications of Becker’s argument seem to have been largely ignored: the fact that individual rationality is of secondary importance to study market demand and that only “collective” rationality matters. This idea has been recently developed in several places, for instance in Gul and Pesendorfer’s critique of neuroeconomics and in Don Ross’ writings on the scope of economics. The latter offer a sophisticated account of agency according to which an economic agent is anything that fulfills some consistency requirements. Contrary to Becker, Ross’ approach is not grounded on an instrumentalist philosophy but rather on a realist one and provides a strong defense for the representative agent assumption in microeconomics.

The problem with this approach does not only lie in the fact that it excludes from the scope of economics all issues related to individual rationality. More significantly, as I already note in the preceding post, it has significant implications for the relationship between positive and normative economics. Welfare analysis has been traditionally grounded on the preference-satisfaction criterion. The latter is justified by the fact that there is an obvious link between the preferences of an (individual) agent and the welfare of a person. The link is lost under the more abstract definition of agency because there is no reason to grant to some abstract market demand function any normative significance, despite its formal properties. Added to the fact that the irrationality of consumers makes the preference-satisfaction criterion meaningless, this makes necessary to rethink the whole link between positive and normative economics.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Rosenberg sur la « philosophie de l’économie » de Krugman et sur la réflexivité des systèmes économiques

Le philosophe des sciences Alex Rosenberg propose un article plutôt intéressant sur la « philosophie de l’économie » de Paul Krugman et sur ses contradictions internes. Les trois premières sections de l’article sont limpides et plutôt convaincantes. C’est moins le cas de la quatrième, qui porte sur la nature radicalement incertaine et réflexive des systèmes économiques. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Economie, psychologie et « multiple selves » : un programme de Nash intra-personnel ?

En théorie des jeux, le Nash program renvoie à l’ensemble de la littérature de ces 40 dernières années visant à reformuler les solutions axiomatiques dans les jeux coopératifs (en particulier, dans le bargaining game) en termes de solutions dans le cadre de jeux non-coopératifs. La caractéristique des jeux coopératifs est qu’il est supposé que les joueurs peuvent former des coalitions au travers d’accords contraignants. Cette possibilité n’existe pas dans les jeux non-coopératifs. Plus exactement, l’ensemble de la négociation qui précède tacitement le jeu coopératif doit être explicitement modélisé dans un jeu non-coopératif en forme extensive. L’objectif est de s’assurer que la solution axiomatique du jeu coopératif peut être « implémentée » dans le cadre d’un jeu non-coopératif en tant qu’équilibre parfait en sous-jeux (ou équilibre séquentiel si l’information est incomplète/imparfaite). En particulier, cela suppose que les promesses ou les menaces des joueurs soient crédibles. Une bonne illustration de ce programme est fournie par le modèle de Rubinstein qui montre que, dans le cadre d’un jeu séquentiel à chaque joueur fait une offre à l’autre à tour de rôle, les joueurs implémenterons la solution de Nash sous certaines conditions concernant leurs préférences et la procédure de négociation.

Dans un jeu, les joueurs sont des agents. Ces derniers sont identifiés par le fait qu’ils peuvent choisir la stratégie à adopter (un agent est une unité de décision) et par leurs préférences, lesquelles sont représentées par une fonction d’utilité associant à chaque profil stratégique (un vecteur de stratégies jouées, une par joueur) un nombre réel. Un point essentiel est que cette approche présuppose que les joueurs sont rationnels dans un sens bien précis : leurs préférences sont cohérentes, c’est-à-dire notamment qu’elles satisfont l’axiome de transitivité. Cela est vrai pour les jeux statiques, mais aussi pour les jeux répétés où il est généralement supposé que les joueurs actualisent leurs gains futurs de manière exponentielle. Cette dernière hypothèse revient à supposer que les préférences temporelles des agents sont stables et cohérentes. Autrement dit, dans la cadre d’un jeu, on fait toujours l’hypothèse que les joueurs sont des entités bien identifiées et unifiées, dans le sens où on peut les modéliser comme des centres de décision indépendants les uns des autres et dont la structure est stable à travers le temps. Cela est vrai quelque soit l’identité des agents : individus, ménages, entreprises ou Etats.

L’économie comportementale contribue évidemment à remettre en cause la conception de l’individu comme un agent, dans le sens évoqué au-dessus. Les individus auraient ainsi tendance à révéler des préférences incohérentes, notamment dans le cadre de problèmes de décision intertemporelle. Dans ce dernier cas, les individus actualiseraient leurs gains futurs non pas de manière exponentielle, mais de manière hyperbolique, ce qui peut engendrer des inversions de préférences. L’identification des individus à des agents dotés de préférences stables et cohérentes dans le cadre d’un jeu peut donc s’avérer discutable. En parallèle, les économistes ont développé depuis plusieurs années maintenant des modèles « multiple selves » visant à rendre compte des biais comportementaux des individus (un exemple, un autre). L’idée basique est la suivante : les individus peuvent en fait s’appréhender comme une communauté d’agents interagissant d’une manière spécifique. L’interaction de ces agents produit alors, au niveau individuel, un comportement individuel observable et plus ou moins cohérent. Dans ces modèles, les agents sont des « selves », c’est-à-dire des personnalités qui peuvent être identifiées sur le plan diachronique (la personnalité d’aujourd’hui, celle de demain, etc.) ou sur le plan synchronique (la personnalité consumériste, la personnalité éthique, etc.). En tant qu’agents, ces personnalités sont dotés de préférences cohérentes et stables, et peuvent donc s’appréhender comme des centres de décision. Sur le plan philosophique, à la fois ontologique et éthique, l’ouvrage Reasons and Persons de Derek Parfit fournit un ensemble d’arguments pouvant permettre de justifier ce type de modélisation.

Il y a un aspect intéressant concernant cette stratégie de modélisation que je mettrai de côté ici, mais qui est significatif sur la nature de l’économie comme science distincte de la psychologie : même si ces modèles permettent de modéliser des mécanismes au moins partiellement psychologiques, ils sont surtout pour les économistes un moyen de réaffirmer la spécificité méthodologique et théorique de leur discipline : l’économie, c’est d’abord la science qui étudie les interactions entre des agents dans un cadre « institutionnel » donné. Loin de rapprocher l’économie et la psychologie, il me semble que ces modèles sont au contraire un moyen de réaffirmer l’autonomie de l’économie (et même sa domination). L’autre aspect qui m’intéresse plus dans ce billet est que l’on peut voir ces modèles comme les prémices d’une sorte de Nash program au niveau intra-individuel. Finalement, en supposant que l’individu est un agent, la théorie des jeux non-coopératifs présuppose que les différents selves d’un individu se sont d’ores et déjà entendus pour se coordonner et coopérer. Un jeu non-coopératif modélise ainsi les interactions entre des communautés de selves en faisant l’hypothèse que chaque communauté poursuit un objectif stable et identifié et agit de manière cohérente. Mais, de la même manière que le Nash program a consisté à ouvrir la boîte noire des coalitions d’individus et de leur formation, on peut imaginer à terme un programme en théorie des jeux visant à ouvrir la boîte noire qu’est l’individu et à insérer les interactions entre selves d’un même individu dans les interactions plus larges entre individus.

Cela peut paraître être tiré par les cheveux mais à la réflexion ça ne l’est pas tant que ça. D’une part, c’est le prolongement logique des modèles multiple selves à partir du moment où l’on prend ces derniers au sérieux. Comme je l’ai dit plus haut, il y a des arguments métaphysiques et éthiques qui soutiennent l’idée qu’il n’est pas aberrant de considérer que l’individu est réellement une telle communauté de personnalités. D’autre part, certaines approches récentes en théorie des jeux poursuivent déjà implicitement ce programme. Considérons l’approche en termes de team reasoning développée Michael Bacharach, Robert Sugden et d’autres. Dans le cadre de cette approche, les individus sont des agents qui ont la possibilité d’agir soit sur la base de leurs préférences individuelles, soit sur la base de préférences associées à un collectif. Dans cette optique, on peut alors plutôt considérer que les individus sont plutôt composés de deux agents distincts (l’un avec les préférences individuelles, l’autre avec les préférences collectives). Qu’est ce qui va déterminer que l’individu agit sur la base d’un ordre de préférences plutôt qu’un autre ? Probablement, les interactions entre les selves d’un même individu mais aussi, pourquoi pas, entre les selves des différents individus. On peut ainsi considérer que les selves sont autant de dispositions comportementales qui sont activées en fonction du contexte interpersonnel et institutionnel. Ce qui en jeu ici c’est la question de la formation de l’individualité et de la personnalité des individus au travers de leurs interactions sociales. Tel pourrait être l’objet de ce futur Nash program intra-personnel.

6 Commentaires

Classé dans Non classé

Economie comportementale, économie normative et le « problème de la réconciliation » : un faux problème ?

Dans un article de 2012, R. Sugden et B. McQuillin s’intéressent aux tensions qui se développent entre économie positive et économie normative en raison des résultats de l’économie comportementale. Cette dernière tend à indiquer que les individus sont « irrationnels », dans le sens où leurs choix ne sont conforment pas aux prédictions de la théorie de l’utilité standard. Notamment, les choix des individus manifestent des incohérences temporelles (en révélant en particulier une inversion des préférences). Par ailleurs, les attitudes des individus à l’égard du risque et de l’incertitude ne semblent pas se conformer aux axiomes de la théorie de l’utilité espérée. Ici encore, il semble tout simplement que les préférences des agents sur des loteries ne répondent pas à un critère de cohérence minimum.* Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Gary Becker, l’impérialisme économique et la philosophie de l’économie

Le décès de Gary Becker (1930-2014) la semaine dernière a été abondamment commenté sur la blogosphère économique américaine. Considéré comme l’instigateur de « l’impérialisme économique », Becker est à la fois le symbole de la puissance analytique de la théorie (micro)économique et l’épouvantail absolu pour tous les adversaires de l’analyse économique standard et/ou du libéralisme. A ma connaissance, son décès a été assez peu commenté en France. On peut quand même lire ce très bon billet d’Alexandre Delaigue qui résume à grands traits les apports principaux de Becker pour lesquels ce dernier a eu « un prix Nobel d’économie ». Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Non classé

Instabilité des préférences en économie positive et normative

Il est bien connu que le concept de préférence est absolument central dans l’analyse économique moderne, c’est-à-dire depuis au moins Pareto. Tous les modèles micro- et macroéconomiques reposent sur une spécification des préférences des agents (le plus souvent représentées par une fonction d’utilité) à partir de laquelle les économistes dérivent des conclusions sur le problème qui les intéressent. La plupart du temps, l’économiste ne prend pas la peine de justifier la spécification particulière qu’il utilise et, surtout, fait l’hypothèse implicite ou explicite que ces préférences sont stables. On dit ainsi souvent qu’en économie, les préférences sont « données », c’est-à-dire exogènes. Dans un récent billet, Noah Smith s’inquiète : que se passe-t-il si, comme semblent l’indiquer tout un ensemble de travaux expérimentaux, les préférences des agents sont en réalité instables et changent à travers le temps de manière a priori plus ou moins aléatoire ? La conclusion de Smith est assez radicale (dans bien des cas, cela rend l’analyse économique non pertinente), et je voudrais la tempérer un peu, notamment en distinguant les conséquences de l’instabilité des préférences en économie positive d’une part, en économie normative d’autre part. Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Non classé

Pourquoi les économistes ont parfois raison (ou pas toujours tort)

L’économiste Steve Keen explique dans un article pourquoi… les économistes se trompent presque tout le temps. Ce genre de propos est à la mode (et Keen est depuis longtemps à la pointe de l’économiste-bashing) et peut parfois s’avérer pertinent. Malheureusement, Keen se concentre dans son article sur un aspect de la théorie économique qui me semble loin d’être le plus approprié pour ce genre de critique : la théorie du choix rationnel. Plus précisément, Keen affirme que la théorie des préférences révélées élaborées par Samuelson vers le milieu du siècle précédent est un parfait exemple de théorie démentie par les faits mais à laquelle les économistes s’accrochent quoiqu’il en coûte. Lire la suite

4 Commentaires

Classé dans Non classé