Archives de Tag: philosophie de l’esprit

Dennett sur la « chambre chinoise »

Imaginez que vous êtes seul dans une pièce, avec un terminal informatique et un volumineux manuel d’instructions vous indiquant toutes les règles nécessaires écrire en chinois. Vous recevez des messages sur le terminal informatique et, à l’aide de votre manuel d’instructions, vous rédigez à l’aide du terminal des réponses. Les personnes situées en dehors de la pièce qui émettent les messages initiaux via leur propre terminal, reçoivent ensuite vos réponses. Ils ne savent pas que c’est vous, dans la pièce, qui dialoguez avec eux. Si vous suivez les instructions sans commettre d’erreur, ces personnes penseront que l’entité avec laquelle ils dialoguent (en l’occurrence, vous), comprend et parle le chinois. Pourtant, bien que vous soyez à l’origine des réponses, vous ne comprenez pas un seul mot de chinois, vous vous contentez de suivre une liste d’instructions.

Cette expérience de pensée, dite de la « chambre chinoise », a été proposé par John Searle. Elle vise à interroger notre conception de la conscience et de l’esprit. Plus précisément, il s’agissait pour Searle de montrer, contre le programme de recherche de « l’intelligence artificielle forte », qu’un ordinateur ne peut penser et être conscient. Formellement, les phénomènes de compréhension et de conscience ne se réduisent pas à des propriétés syntaxiques mais relèvent également de propriétés sémantiques, non formalisables à travers une liste d’instruction. De mon point de vue, il s’agit (avec les expériences de pensée de Derek Parfit sur l’identité personnelle) de l’expérience de pensée la plus puissante et la plus fascinante en philosophie. Depuis que Searle l’a proposé il y a 30 ans, elle a d’ailleurs donné lieu à une abondante littérature.

En grand contributeur de l’approche fonctionnaliste en philosophie de l’esprit, Daniel Dennett a toujours contesté la pertinence de cette expérience de pensée. On peut entendre certains de ses arguments dans ce très intéressant podcast sur le site « PhilosophyBites ».

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Non classé

Physicalisme, exclusion causale et institutions

La question de la relation entre le corps (body), ou plus exactement le cerveau, et l’esprit (mind), est centrale dans le champ de la philosophie de l’esprit (pour un aperçu du champ, voir cet ouvrage et celui-ci). Depuis Descartes, un débat fait rage entre les partisans du dualisme (dont Descartes est le premier à l’avoir formulé) selon lequel corps et esprit renvoient à deux ensembles d’évènements et de propriétés bien distincts, et les partisans d’une forme ou une autre de matérialisme, selon lequel les propriétés de l’esprit (la conscience notamment) sont d’une manière ou d’une autre reliées aux propriétés de la matière, donc le cerveau. Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans Non classé

En vrac

* Nick Rowe à propos d’un article de Steve Keen, ou pourquoi la théorie du producteur n’est pas si stupide qu’elle en a l’air.

* Des chercheurs tentent de simuler les fonctions du cerveau humain. L’article met en avant les limites de l’exercice, et cela n’étonnera pas quiconque a entendu parler de l’expérience de pensée de la chambre chinoise de John Searle.

* David Stern, le dirigeant de la NBA (ligue professionnelle nord-américaine de basketball), prouve encore une fois que les ligues professionnelles des grands sports américains sont décidément très interventionnistes en sanctionnant les San Antonio Spurs pour avoir mis au repos leurs meilleurs joueurs à l’occasion d’un match diffusé sur une grande chaîne nationale. Steve Postrel y voit la manifestation d’un syndrome qui veut que les grands dirigeants vieillissants cherchent à tout contrôler pour affirmer leur autorité. En même temps, si l’on considère que Stern a pour objectif la maximisation des revenus générés par la ligue, sa décision est totalement justifiée : la décision des Spurs génère des externalités négatives sur les autres équipes en risquant de réduire les droits TV pour les prochaines années ; l’amende de 250 000 $ infligée à la franchise est un moyen d’internaliser ce « coût social »…

1 commentaire

Classé dans Non classé