Paul Krugman est-il un luddite ?

C.H.

Le macroéconomiste Stephen Williamson s’en prend violemment à Paul Krugman, non à ses idées mais à ses compétences. Le billet de Williamson a attiré mon attention car il ressort un argument que j’avais déjà invoqué (de manière à moitié sérieuse) pour expliquer certaines oppositions paradigmatiques et surtout la propension au conservatisme méthodologique dont font preuve un certain nombre d’économistes : la crainte de perdre en capital humain suite à une évolution « technologique » dans la discipline. En clair, Williamson considère que Krugman s’oppose à toute la macroéconomie moderne (faisant de facto de lui un « hétérodoxe ») parce qu’il ne comprend pas les derniers développements théoriques et tente à tout prix de faire revenir la macroéconomie à une technologie qui lui est accessible.

Je ne sais pas ce qu’il en est de la véracité de cette thèse, mais je noterai plusieurs choses. Tout d’abord, faire dévier un débat en passant du niveau des idées à celui de la personne (et de ses compétences) avec laquelle on débat est souvent le signe d’une certaine faiblesse argumentative. Ensuite, Williamson note à juste titre que les « fringes » auxquels s’attaque Krugman sont loins d’être une secte d’hétérodoxes mais représentent bien la macro mainstream. C’est exact et c’est justement pour cela qu’il y a peut être un problème avec la macroéconomie moderne. Je ne suis pas macroéconomiste et j’aimerai vraiment qu’un spécialiste m’explique ce que les modèles DSGE nous apprennent de la crise financière et des politiques macro à mener en période de crise que des modèles plus anciens de type IS/LM ou AS/AD ne nous apprennent pas déjà. Antoine Belgodère avait déjà brillament montré à quel point les débats actuels autour des plans de relance s’insèrent naturellement dans un cadre offre globale/demande globale. Je veux bien croire que les modèles DSGE apportent une dimension quantitative absente de AS/AD (voir cet intéressant débat sur le foum d’éconoclaste) mais concrètement quelle est la valeur ajoutée de ces modèles ? Pourquoi leurs apports ne sont-ils pas mobilisés dans les débats publics ? Contrairement à d’autres, je ne pense pas que le fait que la plupart des manuels de macroéconomie tournent essentiellement encore autour de IS/LM et AS/AD signifient que les modèles DSGE n’apporte véritablement rien. Après tout, il suffit d’ouvrir un manuel de microéconomie pour se rendre compte à quel point la plupart sont à des années lumières de l’état de l’art (une exception). Mais j’avoue être dans le flou.  

Enfin, je constate que Williamson fait de North ainsi que de toute l’économie néo-institutionnelle (donc Oliver Williamson et Elinor Ostrom) des représentants de  l' »hétérodoxie ». Manifestement, son critère doit être l’usage des mathématiques, critère stupide s’il en est. Cela ressemble à la position d’un « savant idiot » pour qui la forme prend le pas sur la substance. Les apports de North à notre compréhension des institutions sont inestimables, bien plus que ceux de 95% des macroéconomistes « standards » à la crise financière. Le fait est que les travaux de North sont reconnus par une grande partie de la profession, tout comme ceux de nombreux autres institutionnalistes au sens large, et c’est le seul critère qui compte.

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Non classé

4 réponses à “Paul Krugman est-il un luddite ?

  1. citoyen

    Ouai, moi aussi je considère avec mon orgueil de microéconomiste que la macro est une pseudo science. En fait, tout ce qui ne peut pas être modélisé en équilibre partiel ou avec de la théorie des jeux, et en général tous les modèles d’économie d’échange indirect (pour faire plaisir a Elvin) sont partie de l’astrologie

  2. elvin

    @citoyen
    Merci de vouloir me faire plaisir, mais je ne vois pas en quoi dire que « tous les modèles d’économie d’échange indirect sont partie de l’astrologie » me ferait plaisir.
    (à moins que ça soit de l’ironie…)
    En revanche, dire « la macro est une pseudo science », oui !

  3. Troll the troll

    Vous êtes durs avec l’Astrologie : ses prédictions se réalisent à peu près aussi souvent que celles faites à partir des théories macro-économiques.

    Bon, ok, un macro-économiste coûte moins cher qu’un astrologue, donc, mieux vaut employer des macro-économistes que des astrologues, surtout s’ils ont de l’humour.

  4. citoyen

    (je faisait référence a l’usage du terme « échange indirect » que j’aime beaucoup mais que vous ne trouverez pas dans des bouquins soit disant orthodoxe)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s