De la rationalité de l’auto-satisfaction

Supposons, en accord avec l’approche en termes de « multiple selves« , qu’un agent soit constitué d’un ensemble de personnalités (des « selves »), chacune définit par des préférences bien ordonnées ainsi que des croyances sur les états du monde. Supposons qu’a chaque point dans le temps, un « self » différent est activé. En t0, vous devez effectuer une activité A quelconque. Vous choisissez l’action a qui maximise votre utilité espérée dans un contexte d’incertitude, EU(a, w; t0) avec w l’état du monde effectif. Après avoir choisi a vous n’observez pas ou qu’imparfaitement la réalisation de l’état du monde w, de sorte que vous ne pouvez être certain d’avoir choisit l’action optimale.

Arrive la période t1. Vous revenez sur l’activité A effectuée lors de la période précédente.  Plus exactement, vous réalisez une activité A’ consistant à évaluer l’activité effectuée par votre « self » précédent. L’évaluation prend la forme d’une croyance p sur la réalisation de l’état du monde w, p(w; t1). Cette évaluation ex post est en partie déterminée par la croyance ex ante du « self » actuel dans la fiabilité du jugement du « self » précédent concernant w, q. Plus q est élevé, plus le « self » en t1 fait confiance au self en t0. Par conséquent, l’auto-satisfaction – qui se traduit par une croyance ex post  p(w; t1) élevée – est corrélée avec la confiance en soi (c’est à dire dans ses « selves » précédents). L’auto-satisfaction est donc justifiée si la confiance en soi est justifiée. Si l’on accepte l’hypothèse que la confiance en soi a des effets bénéfiques sur la motivation, il doit en aller de même, dans une certaine mesure, pour l’auto-satisfaction.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “De la rationalité de l’auto-satisfaction

  1. « Cette évaluation ex post est en partie déterminée par la croyance ex ante du « self » actuel dans la fiabilité du jugement du « self » précédent concernant w, q. Plus q est élevé, plus le « self » en t1 fait confiance au self en t0. »

    Je ne comprends pas bien ce que signifie q. Est-ce que ces notations sont de vous ou tirées d’un article ?

    • C.H.

      Tout cela (y compris la notation) est de moi, fruit d’une réflexion de 10 minutes suite à une remarque de ma collègue de bureau !

      Vous pouvez, au choix, interpréter q comme le poids que le self en t1 accorde au jugement du self en t0 (si q = 0, le self en t1 ne prend pas du tout en compte le jugement du self en t0 pour former p(w, t1), si q = 1, il reprend son jugement en intégralité), ou bien comme une probabilité conditionnelle du type « probabilité que le self en t0 ait jugé que l’état du monde est w sachant que l’état du monde est w ». Plus cette probabilité est élevée, plus p(w, t1) sera élevé si l’on suppose que le self t1 utilise la règle de Bayes. Intuitivement, je dirais que les deux interprétations reviennent au même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s