Révolutions, dynamique sociale et agent-based modeling

Je recommande la lecture de ce long billet de Tom Slee qui s’intéresse à la manière dont on peut rendre des révolutions telles que celles du « printemps arabe » à l’aide de modèles de dynamique sociale, notamment via des agent-based models (ABM). La discussion proposée par Slee est basée sur un de ses working papers. J’avais développé des idées similaires l’année dernière dans un billet sur les révolutions dans le Moyen-Orient.

Parmi les points intéressants qu’il aborde, Slee souligne que la nature même des ABM amène à ignorer certains facteurs comme les institutions ou l’identité sociale :

adopting a network model means relegating organizations and institutions to the periphery, and moving ideas of « self-organization », connectivity, and peer-to-peer communication to the centre — not because of any factual conclusion but because some concepts can be expressed naturally within a network model and others can’t. Concepts of symbolism, identity, institutions, and the difficulty of establishing trust are hard to express and so get pushed aside or ignored completely. The popularity of agent-based models doesn’t disprove the importance of such concepts, it just makes us blind to them

Cela renvoie évidemment à ce que je disais hier. La modélisation des institutions ou de l’identité sociale n’est pas impossible en principe, mais pas nécessairement évidente à réaliser. Concernant la question spécifique de l’identité sociale, une piste me semble la modélisation (mathématique, pas computationnelle) proposée par Alan Kirman , Myriam Teschl et Ulrich Horst qui rend compte de la formation endogène des groupes sociaux. Ce type de modélisation est un moyen de représenter une forme d’interaction « inter-niveaux » entre les agents et la « structure sociale ».

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Révolutions, dynamique sociale et agent-based modeling

  1. Fab

    Si ces modèles prétendent analyser les révolutions arabes :
    Quelle crédibilité peut-on accorder à un modèle qui prétend analyser un objet en écartant de son champ de connaissance une partie significative, peut-être essentielle, de ce sujet ?
    S’ils prétendent analyser autre chose, à savoir ce qui dans ces révolutions peut être candidat à être analysé avec les outils du choix rationnel (si tant est qu’un évènement d’une telle ampleur macro-sociale puisse l’être sérieusement), cela oblige à une délimitation (forcément arbitraire) du sujet.
    Est-il bien sérieux de vouloir analyser l’histoire avec la théorie du choix rationnel ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s