Rationalité Limitée 2.0

Comme vous pouvez le constater si vous lisez ces lignes, après de longs mois de totale inactivité, ce blog montre quelques signes de vie. J’ai effectivement décidé de redémarrer la machine, au moins provisoirement et à un rythme qui ne sera pas celui des premières années, mais que j’essaierai de rendre le plus régulier possible. Ecrire des billets me manquaient et j’ai pu me rendre compte à l’occasion de quelques colloques cet été que le contenu du blog était utile à des enseignants, doctorants, chercheurs.

L’inactivité de ces derniers mois s’expliquent par plusieurs facteurs, qui pour la plupart d’entre eux existent toujours. J’ai pu m’apercevoir que le blog tel que je l’animais devenait de plus en plus difficile à tenir en ayant en parallèle une activité de recherche soutenue. Quand je dis « activité de recherche soutenue », j’entends par là le fait de mener plusieurs projets de recherche en parallèle, ce qui fait que l’on est plus ou moins toujours en train de rédiger quelque chose. Ajouter la rédaction de longs billets rend le tout assez épuisant mentalement. Comme je ne prévois pas de diminuer le rythme de mon activité de recherche, il en découle que vous trouverez moins souvent de longs billets comme j’avais l’habitude d’en faire… ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en aura plus du tout (cf. le prochain billet !). Une autre raison (malheureusement elle aussi toujours valable) à la cessation d’activité du blog est le contexte dans lequel se trouve la recherche en économie en France et de son évaluation. Soyons clairs, si vous voulez « faire carrière » (et bientôt peut être, si vous ne voulez pas vous retrouver à ne faire que de l’enseignement) dans la recherche, il n’y a qu’un seul maître-mot : « publier », et de préférence dans des revues « prestigieuses ». C’est ce que je fais (« publier », parce que pour l’instant les revues « prestigieuses » elles attendent toujours, même si j’ai bon espoir), d’abord parce que j’y prend plaisir et que je pense que cela fait partie de la fonction sociale du chercheur. Mais l’optique dans laquelle est menée l’évaluation de la recherche, tout spécialement en économie, où n’ont de valeur que les publications dans des revues (dont le périmètre se ressert de jour en jour), qui surtout ne doivent pas relever d’une autre discipline (sauf si c’est Nature ou Science), et où toute autre activité de diffusion auprès du « grand public » ou même d’activité « semi-académique » (ainsi que j’envisage ce blog) n’est pas du tout valorisée (à la rigueur, c’est même plutôt l’inverse), n’incite pas à donner son temps gratuitement. J’ai souvent tendance à me dire, « si les règles sont stupides, eh bien soit, je vais me comporter de manière stupide ». Traduction, « vous » (on ne sait pas trop qui d’ailleurs) voulez des chercheurs « produisants » ne s’adressant qu’à la poignée de confrères capables de donner du sens à ce que vous racontez, une recherche coupée de la société et même des autres disciplines et où la seule motivation est de publier dans des revues ultra-spécialisées pour toucher la PES (prime d’excellence scientifique), eh bien c’est ce que je vais faire.  Mais, chassez le naturel, et il revient au galop. Et donc me revoilà.

Malgré tout, comme je l’ai dit, ces facteurs existent toujours et il faut faire avec. Par conséquent, vous continuerez à trouver sur ce blog des réflexions en liant avec mes thèmes de recherche et s’inscrivant dans le champ de la « philosophie de l’économie » au sens le plus large. Comme c’était déjà le cas durant la dernière année d’activité du blog, je ne traiterai pas (ou très peu) l’actualité économique, je ne parlerai pas de macroéconomie ou d’économie financière. Ceux qui sont essentiellement intéressés par la crise financière, la crise de la zone euro, etc. ne trouveront donc probablement pas leur bonheur ici. Par contre, ceux qui portent un intérêt pour les fondements philosophiques de la science économique ou des sciences sociales de manière générale et qui, le matin en se levant, se demandent « mais qu’est-ce donc un modèle pour un économiste ? » ou « la rationalité pour un économiste, c’est quoi exactement ? » devraient se plaire.

Publicités

9 Commentaires

Classé dans Non classé

9 réponses à “Rationalité Limitée 2.0

  1. elvin

    Très content de vous retrouver !!!
    Je mesure chaque jour la chance que j’ai d’être totalement maître de mon temps et de ne pas chercher à « faire carrière », et donc de pouvoir m’offrir le luxe de « porter un intérêt pour les fondements philosophiques de la science économique ou des sciences sociales de manière générale »
    A bientôt sur d’autres billets.

  2. Ravie de vous retrouver également. Comme je l’ai écrit dans le Forum d’Econoclaste, je subodorais les raisons de votre silence. Ayant disparu de la blogosphère active pour d’autres raisons (implication, non dans la recherche, mais dans son administration locale), je trouve personnellement que les activités d’écriture (article / ouvrage de recherche vs. billets de blog) sont plus complémentaires que substituables. Je m’explique : pendant 4 ans, je n’ai pas eu d’activité de recherche (hormis le suivi de mes derniers doctorants), et je n’avais pas envie d’écrire sur des thèmes économiques. Depuis que j’ai cessé mes fonctions en juin dernier, j’ai de nouveau envie d’écrire à la fois des articles académiques, mais aussi des billets. Ceci étant, un peu comme Elvin, je suis libérée des contraintes de carrière : ma seule contrainte est de ne pas pénaliser le laboratoire où j’exerce mon activité en remplissant les critères minimaux de publication. Pour le reste, et c’est un privilège de l’Alma Mater (et un peu aussi de mon grand âge), j’écris (ou pas) ce que je veux, où je veux, quand je veux…

  3. Moggio

    Au plaisir de vous relire bientôt.

  4. C.H.

    @ Elvin et Moggio :

    Merci !

    @ Gizmo :

    Sur la complémentarité entre articles et billets, c’est ce que je me suis toujours dit. Mais j’ai eu une période cette année où j’ai beaucoup rédigé, notamment parce que les réflexions que j’avais amorcé depuis 2-3 ans (en partie sur ce blog notamment) sont arrivées à maturité et qu’il était temps de coucher tout ça sur le papier. A ce moment là, rédiger des billets étaient devenu une activité très couteuse (plus en énergie qu’en temps d’ailleurs). C’est encore largement vrai aujourd’hui, d’où le fait qu’il y aura probablement moins souvent de longs billets. Par contre, il est vrai qu’articles et billets marchent main dans la main dans le sens où les deux émanent de la même activité de réflexion et que si notre temps est entièrement occupé par des activités de « gestion administrative » qui peuvent être très prenantes, il devient très difficile d’écrire quoi que ce soit…

  5. Ceux qui aiment un style d’écriture musical précis y trouveront leur compte.

  6. Gu Si Fang

    Très bonne nouvelle !

  7. kesketekkout

    Extrêmement heureux de votre reprise. Pourquoi ne pas ouvrir vos colonnes à d’autres bloggers, si vous craignez de ne pas garder le rythme?

  8. Kart

    (par exemple vos élèves?)

  9. haribopolka

    Heureux que l’activité reprenne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s