Normes sociales ou préférences sociales

C.H.

Enième épisode du débat entre les partisans de l’économie comportementale et ses adversaires (pour un épisode précédent, voir ici). Les protagonistes sont toujours un peu les mêmes, en l’occurence Ken Binmore pour l’accusation et Herbert Gintis pour la défense. Même si le débat tend à tourner un peu en rond, la présente discussion est présentée sous un angle intéressant, celui de l’opposition entre une explication de la coopération en termes de normes sociales et une explication en termes de préférences sociales.

Je pense que Binmore marque un point lorsqu’il souligne que les défenseurs de l’approche par les préférences sociales tendent à ignorer le rôle joué par les normes dans la détermination du comportement des individus. Un aspect empirique rappelle l’importance des institutions : la coopération et la coordination des actions ne sont pas répandues de la même manière dans toutes les sociétés humaines. Il y a des sociétés et des communautés où les individus coopèrent et d’autres où le manque de confiance rend impossible la coordination et freine le développement économique. Il est clairement peu raisonnable d’imputer cette différence à la possession ou non de préférences sociales par les membres de la communauté. Comme l’indique Binmore, les problèmes de coordination impliquent plusieurs équilibres et ce sont les normes sociales qui déterminent quel équilibre va être effectivement joué. L’hypothèse selon laquelle les individus importent inconsciemment dans les jeux expérimentaux les normes sociales qu’ils utilisent dans leurs interactions quotidiennes peut expliquer en partie les résultats constatés comme par exemple dans le jeu de l’ultimatum ou le dilemme du prisonnier. Cela dit, l’idée que les individus apprendraient progressivement à jouer de manière optimale lorsque le jeu est répété n’est pas totalement vérifiée, comme le souligne Gintis dans sa réponse.

Fondamentalement, l’opposition entre normes sociales et préférences sociales n’en est pas réellement une. D’une part, ce sont là deux facteurs causaux séparés qui peuvent expliquer les comportements. D’autre part, il ne paraît pas aberrant de supposer que les individus aient une préférence pour se conformer aux normes sociales (ce que l’on peut appeler aussi une préférence pour la conformité). En clair, le respect de la norme peut être un argument de la fonction d’utilité. Plusieurs expérimentaux semblent confirmer la solidité de cette hypothèse (voir l’ouvrage de Cristina Bichierri).

Là où la position de Binmore me semble relativement faible c’est qu’elle ne dit finalement pas grand chose au-delà du fait que les normes déterminent l’équilibre en vigueur dans la société. C’est le principal reproche d’ailleurs que je formule à sa théorie de l’évolution du contrat social, par ailleurs tout à fait intéressante. La sélection du contrat social considéré comme « juste » dans une société ne peut dépendre que de deux classes de facteurs : les « mécanismes de proximité » (préférences et biais psychologiques) et les institutions. Binmore ignore largement les premiers mais paradoxalement n’intègre pas vraiment les secondes. Certes, la norme (donc une institution) sélectionne l’un des multiples équilibres possibles mais comment expliquer que les membres d’une population utilisent telle norme et pas telle autre. Dans la lignée du « généralisme évolutionnaire« , il me semble que dans ses écrits Binmore laisse très largement cette question en suspens, invoquant « l’histoire » ou (ce qui revient au même) le hasard. Paradoxalement, les auteurs qu’il critique dans son article soulignent quant à eux le rôle des institutions. Un exemple parlant est la récente étude anthropologique de Heinrich et al. qui indique que la norme de partage dans le jeu de l’ultimatum est corrélé au développement des transactions marchandes dans la communauté : les institutions marchandes déterminent la norme adoptée dans le jeu de l’ultimatum. Bien sûr, on peut à la manière de Binmore considérer que la norme adoptée dans le jeu est une transposition pure et simple d’une norme marchande, mais cela parait peu vraisemblable tant le jeu de l’ultimatum est très éloigné d’une interaction marchande. Peut être les individus raisonnent-ils par analogie (c’est ainsi que Hume expliquait le développement des conventions de propriété) ou peut-être aussi, dans le cadre d’un processus de coévolution institutions/préférences, les institutions marchandes sélectionnent-elles certaines préférences. Dans tous les cas, cela nécessite d’aller au-delà de la thèse selon laquelle les normes sociales sélectionnent l’équilibre effectivement joué par les individus.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Normes sociales ou préférences sociales

  1. gdm

    Votre article m’ouvre l’esprit sur un domaine qui m’est totalement étranger. J’ai donc regardé google pour m’instruire. Mon premier sentiment est qu’il est trop rapide de parler en termes de « préférences sociales » ou pire de « normes sociales ».

    En effet, il s’agit d’analyser le comportement d’un seul individu en face d’un autre individu. Pour une telle analyse, la variété des comportements individuels, instinctifs ou calculés, suffit largement. Ensuite, c’est un tout autre débat de supposer que ces comportement humains individuels proviendraient d’un environnement social, « normes » ou « préférences ».

    Un comportement individuel peut s’analyser sans aucune référence à l’équité, ni à l’égalité, ni même au Droit. Le sentiment instinctif d’ « injustice » ne me semble pas provenir d’un environnement social. Il ne provient pas non plus d’un concept de Justice, institution sociale. Ce sentiment d’injustice proviendrait plutôt d’une relation interpersonnelle entre deux individus singuliers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s