Première rencontre et domination en risque

C.H.

Dans les « liens du matin » ci-dessous, j’ai fait figurer un article intéressant de Dan Ariely dans lequel il explique avoir constaté que les conversations lors des premiers contacts sur les sites de rencontre en ligne convergent typiquement vers des sujets « ennuyeux » :

« Basically, in an attempt to coordinate on the right dating strategy, we stick to universally shared interests like food or the weather. It’s easy to talk about our views on mushroom and anchovies, and the topic arises easily over dinner at a pizzeria – still, that doesn’t guarantee a stimulating conversation, and certainly not a real measure of our long-term romantic match. (…) What we learned from this little experiment is that when people are free to choose what type of discussions they want to have, they often gravitate toward an equilibrium that is easy to maintain but one that no one really enjoys or benefits from ».

On peut réinterpréter le résultat d’Ariely de la manière suivante : une conversation, a fortiori dans le cadre d’une rencontre (virtuelle), comporte un problème de coordination. Il est important de trouver des sujets de discussion communs. Certains sujets sont potentiellement plus intéressants que d’autres dans le sens où ils en disent plus sur la personnalité des protagonistes – surtout si les deux individus parviennent à se coordonner dessus. En même temps, aborder ces sujets peut être risqués car ils peuvent destabiliser le partenaire ou révéler à l’autre des informations qui peuvent compromettre la suite de la relation. Autrement dit, même si se coordonner sur un équilibre de conversations « intéressantes » est potentiellement préférable, cet équilibre est risque-dominé par l’équilibre conventionnel caractérisé par les sujets de discussion que l’on connait tous. 

Si, dans le cadre d’une seule et unique interaction, il n’est pas plus pertinent de choisir la stratégie menant à l’équilibre dominant en risque que celle menant à l’équilibre pareto-optimal, en revanche sur le long terme, dans le cadre d’interactions multiples avec différentes personnes à chaque fois (ce détail est important), la convergence a plus de chances de se faire vers l’équilibre dominant en risque (dans le jargon, on dira que son « bassin d’attraction » est plus important). L’observation d’Ariely n’est donc pas très surprenante. Comment contrecarrer cette tendance ? L’idée est de s’engager de manière crédible à ne discuter que de sujets « intéressants » avant le début de la discussion. On peut par exemple essayer d’utiliser son annonce pour signaler aux autres que l’on cherche des discussions sur des thèmes donnés en donnant certaines informations particulières, ce qui orientera automatiquement la conversation initiale vers ces thèmes. Evidemment, ce genre d’annonce peut dissuader certaines personnes de rentrer en contact avec vous mais servira in fine de filtre pour ne laisser que celles qui ont le plus de chances d’être sur la même « longueur d’ondes » que vous.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s