Malédiction du vainqueur et comportements moutonniers

C.H.

Il y a maintenant près d’un an et demi, j’avais noté que les réflexions sur la crise financière tendaient à donner naissance à deux grands ensembles d’explications : d’un côté, celles mettant l’accent sur les biais comportementaux des individus comme facteur causal principal, de l’autre les thèse privilégiant plutôt une lecture « rationnelle », insistant plutôt sur les facteurs institutionnels ou organisationnels (voir également ici et ). L’analyse que propose Rajiv Sethi de la dernière tribune de Richard Thaler  montre que ce clivage existe toujours.

En partant du célèbre concept de la malédiction du vainqueur développé par Thaler lui-même, Sethi montre qu’il n’est pas nécessaire de postuler une quelconque forme d’irrationalité individuelle (plus précisément une incapacité à évaluer correctement certains risques) pour expliquer des comportements moutonniers débouchant sur une crise systémique :

« As the analysis underlying the winner’s curse teaches us, those with the most optimistic expectations will take the greatest risks and suffer the most severe losses when the low probability events that they have disregarded eventually come to pass. But tail risks are unlike auctions in one important respect: there can be a significant time lag between the acceptance of the risk and the realization of a catastrophic event. In the interim, those who embrace the risk will generate unusually high profits and place their less sanguine competitors in the difficult position of either following their lead or accepting a progressively diminishing market share. The result is herd behavior with entire industries acting as if they share the expectations of the most optimistic among them. It is competitive pressure rather than human psychology that causes firms to act in this way, and their actions are often taken against their own better judgment« .

Comme le note Sethi, c’est une perspective qui correspond largement aux thèse développées par Hyman Minsky et qui est généralisable à toutes les situations où les risques relèvent d’une distribution « à la Taleb ». Cela dit, comme le note Brad DeLong citant Charles Kindleberger, cela ne veux pas dire pour autant que certains biais comportement ne viennent pas amplifier le phénomène : « There is nothing so disturbing to one’s well-being and judgment as to see a friend get rich… ».

2 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

2 réponses à “Malédiction du vainqueur et comportements moutonniers

  1. Gu Si Fang

    Les « risques » dont on parle ici ne sont pas des risques probabilisables, mais des incertitudes. L’incertitude n’est pas mesurable, pas quantifiable. Contrairement au risque, l’incertitude n’a pas de grandeur objective et ne peut pas être « sous-estimée ».

    En me basant sur quelques articles et interviews, je pense que Taleb fait parfois la distinction, et parfois non. Thaler écrit « one-in-a-million risks » en parlant des risques financiers ou de la marée noire provoquée par BP. De même, Sethi parle de « tail risks », faisant donc directement allusion à une distribution de probabilités.

    C’est une distinction que nos mathématiciens financiers feraient bien d’apprendre.

    http://www.institutmolinari.org/philippe-herlin-finance-le-nouveau,962.html

  2. Gu Si Fang

    « Les acteurs sont confrontés à une incertitude telle que l’avait définie F. Knight ou J. M. Keynes. […] l’incertitude économique est de ce type. Elle est « non probabilisable ». Pour cette raison, elle échappe à la seule méthode disponible de prévision : l’inférence statistique. En conséquence, il n’existe pas d’estimation objective du risque dans un monde knightien »

    Tiré de « L’impossible évaluation du risque », André Orléan 04/2010
    http://www.centrecournot.org/?wpfb_dl=41

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s