Culture et origine des préférences

C.H.

Très intéressant billet sur le blog Economic Sociology à propos de la manière dont la culture peut structurer les préférences des individus et avoir au final un impact sur le fonctionnement du marché. On sait depuis longtemps en économie que ce ne sont pas nécessairement les meilleurs produits ou les meilleurs technologies qui s’imposent notamment en raison de phénomènes de dépendance au sentier. L’auteur du billet souligne une autre explication à ce phénomène : le fait que les individus peuvent ne pas avoir la capacité de reconnaître qu’un produit est objectivement meilleur qu’un autre en raison de leurs préférences. D’où l’importance de s’intéresser à l’origine des préférences. L’auteur argue qu’il s’agit là essentiellement du boulot de la sociologie (économique), mais de plus en plus les économistes ouvrent cette seconde boîte noire (la première étant la firme) notamment en s’aidant des apports provenant des autres sciences sociales.

En l’espèce, l’hypothèse que l’histoire du peuple allemand expliquerait pourquoi ces derniers accordent relativement peu d’importance à la qualité des aliments, défavorisant ainsi les commerces misant sur la qualité des produits, est assez séduisante. Cela reste néanmoins une conjecture difficile à tester, bien que l’on puisse mobiliser plusieurs éléments pour la corroborer, comme par le « Pepsi Challenge » évoqué dans le billet. C’est tout le problème de la question de l’origine des préférences et ce qui peut expliquer que peu d’économistes essayent encore de s’y confronter. 

3 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

3 réponses à “Culture et origine des préférences

  1. elvin

    Un bon subjectiviste (un « autrichien » ?) répondra :

    1. que la notion d’un produit « objectivement meilleur qu’un autre » n’a tout simplement pas de sens ;
    2. que les préférences varient d’un individu à l’autre et dans le temps pour un même individu sans qu’il soit possible de dire que certaines sont « objectivement » meilleures ;
    3. que l’économiste ne peut que constater ces préférences et laisser aux psychologues et aux sociologues le soin d’en rechercher les explications, comme le dit le billet que vous citez ;
    4. que si l’économiste a besoin de connaître ces préférences et leurs origines, il doit se reposer pour cela sur les résultats des psychologues et des sociologues.

  2. elvin

    et j’ajouterai
    5.que si les résultats des psychologues et des sociologues contredisent ceux de l’économiste, alors il a un sacré problème…

  3. Gu Si Fang

    Le prix n’est pas suffisamment prix en compte dans l’article. Le BetaMax était plus cher que VHS, si je me souviens bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s