Pour régler le chômage, faisons picoler les salariés

C.H.

Je ne suis habituellement pas trop un adepte de Don Boudreaux et de ses lettres qu’il envoie régulièrement aux journaux pour leur expliquer qu’ils racontent n’importe quoi, mais là sa « lettre ouverte » à Ezra Klein fait mouche. Klein, qui me semble pourtant ne pas être le plus crétin des journalistes économiques, a en effet récemment commis une erreur classique, vieille antienne ludite : croire que productivité et emploi sont antagoniques. A propos du ralentissement de la croissance de la productivité en 2010, Klein écrit ainsi :

« With productivity falling back to earth, employers will actually need to hire new people to keep up with demand, which means, well, hiring new people« .

Erreur classique mais qui n’en reste pas moins impardonnable. Pour ceux qui ne comprennent pas d’où vient l’erreur, je suggère qu’ils procèdent à l’expérience de pensée de Boudreaux : obliger les employés dans une économie à boire trois verres de Martini avant d’aller travailler baisserait certainement leur productivité ; un accroissement de l’emploi suivrait-il pour autant ?

1 commentaire

Classé dans Trouvé ailleurs

Une réponse à “Pour régler le chômage, faisons picoler les salariés

  1. Moi j’avais proposé de les faire jouer à des jeux débiles pendant leurs heures de boulot :
    http://www.optimum-blog.net/post/2010/03/13/Gain-de-productivit%C3%A9-le-Mal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s