L’école de Chicago après la crise

C.H.

Série d’interviews qui s’annonce passionnante faite par John Cassidy auprès des principales figures actuelles de « l’école de Chicago » : Heckman, Becker, Cochrane, Posner, Fama. Je n’ai lu pour l’instant que celle de Cochrane qui est assez instructive quant à la manière dont ces économistes interprètent l’hypothèse d’efficience des marchés.

10 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

10 réponses à “L’école de Chicago après la crise

  1. Gu Si Fang

    L’EMH n’est pas le problème central, malgré toute l’attention qui lui est portée. Si on regarde ce que disent les interviewés sur la politique monétaire, par exemple :

    Pour Heckman, les acteurs de la finance ont réagi aux incitation (mais il ne dit pas lesquelles) et le marché, les prix, etc. ont fait leur boulot correctement, même si le résultat n’est pas socialement bénéfique (mais il ne dit pas ce qu’il entend par là).

    Becker maintient que les marchés fonctionnent en général mieux que le gouvernement – mais la seule entité du gouvernement qu’il critique est la S.E.C. et encore il ne donne aucun détail. Quant à la Fed, il considère qu’elle a plutôt fait du bon boulot. La déréglementation financière était une bonne chose, mais elle est allée un peu loin sur les ratios de capitalisation.

    Pour Cochrane, la macro devrait s’intéresser plus au risque, et pas seulement à la Fed et aux taux d’intérêt. Il parle un peu d’aléa moral.

    A l’idée qu’il y a eu une bulle de crédit qui a fini par éclater, Fama répond ‘Je ne sais même pas ce que cela veut dire’ (EMH syndrome?). Pour lui, c’est une crise économique qui a provoqué la crise du crédit, et non l’inverse.

    Seul Posner cite la politique monétaire des années 2000 comme cause des problèmes.

    Personne ne cite la règle de Taylor.

    C’est globalement très creux et on voit mal quelles réformes pourraient être proposées sur la base de telles analyses. Chicago : la déconfiture?

  2. frew

    @GSF: pourquoi faudrait-il proposer des reformes avant d’avoir compris ce qui s’est passe?
    par ailleurs cochrane propose de changer les regulations des banques.

    Comme le disent cochrane et fama, la crise de 2008 n’a rien d’extraordinaire si on regarde les relations entre prix d’actifs et quantites macros. C’est juste « plus gros », mais dans toutes les
    recessions US le stock market tank, les spread corporate augmentent, etc. alors que l’investissement baisse

    Amusant que vous teniez tellement a la regle de Taylor. Comme le dit bien Cochrane, les modeles macros a base de regle de taylor sont completement muets sur les spreads – hors toute la crise porte sur les spreads – difficile d’avoir un modele ou on parle « du » taux d’interet, alors qu’on voit des taux qui montent et d’autres qui baissent…

    enfin bon moi je ne suis qu’un modeste chercheur qui essaie d’ecrire des modeles de cycles avec primes de risque…

  3. elvin

    @frew
    Oui, en effet, pourquoi ? C’est pourtant ce que font en permanence les économistes, surtout ceux de l’Ecole de Chicago…

  4. Gu Si Fang

    @ frew (fred?)

    Bien d’accord avec vous : avant de réformer il fauc comprendre. Mais pas seulement avoir le film des événements : il faut une théorie qui explique quelle cause a quel effet. Sans cela, proposer une réforme est absurde.

    Alors : qu’est-ce qui s’est passé, et quelles sont les causes? On a l’impression qu’ils sont plus ou moins dans le brouillard.

    Je cite la règle de Taylor parce que c’est un peu la version moderne du monétarisme, pas parce que je crois qu’elle est juste😉 Je m’attendais à ce qu’elle soit un peu plus citée, même par des économistes de Chicago.

  5. frew

    on est d’accord. le pb c’est que le journaliste joue un peu au benet en disant « ah c’est evident qu’il y avait une bulle, et c’est evident que markets are inefficient » (surtout ds l’article, les interviews sont + claires)

    je ne pense pas que qui que ce soit ait une theorie tres claire. en ce sens on s’en prend a chicago, mais personne a MIT n’a une theorie « intelligente ».

    @ elvin: je ne pense pas que les gens de chicago aient l’habitude de proposer des reformes a tout va. vous avez des exemples?

    les meilleures explications de la crise que j’ai vues de mon cote partent des faits suivants:
    – les MBS sont misprices a cause de mauvais modeles de correlations entre autres ;
    – Pr cela et d’autres diverses raisons (taxes, regulation AAA, pol federale pr expand home ownership, pb d’agences des brokers…) il y a 1 housing boom ;
    – quand les prix des maisons se retournent (~ 2005/2006), en partie a cause de chocs fondamentaux, les investisseurs qui ont achete ces MBS perdent beaucoup ;
    – il se trouve que ces investisseurs jouent un role important ds la determination des prix, bien que le volume de MBS en defaut soit relativement faible ;
    – d’ou grosse baisse des prix d’actifs qui feed back sur investissement/conso via effet de richesse, credit constraints etc.
    – et panique financiere avec run, risque de contrepartie (les MMMF, etc.) qui cree des freeze sur certains marches style CP
    – la difference avec les recessions precedentes est essentiellement la derniere etape, et l’avant-derniere qui est plus grosse car paradoxalement il y a moins de diversification du risque agrege, il est tres concentre.

    je pense que c’est relativement analytique, mais d’ici a proposer des politiques precises, il me semble qu’il y a un grand pas.

  6. Gu Si Fang

    @ frew

    Vous citez de nombreuses « causes » possibles… sauf la bonne : la politique monétaire ! Les interviewés de Chicago ont le même défaut (sauf peut-être Posner).

  7. pierrot123

    Amusant…
    Dans la règle de Taylor, à peu près tous les paramètres sont faux ou faussés (que ce soient les taux d’intérêt de la B.C., les « objectifs d’inflation »,ou encore le PIB, dont plus personne ne sait ce qu’il recouvre,etc..)

  8. frew

    @gu si fang: je ne sais pas pourquoi vous etes si certain….
    lisez le discours de bernanke a AEA il y a 3 semaines — tous les pays ont eu des housing booms! la relation avec la pol monetaire est peu fondee…

  9. Gu Si Fang

    @ frew

    Certain est un peu fort, mais c’est le plus plausible. La raison est que, théoriquement comme historiquement, il peut y avoir des bulles causées par la création monétaire même sans titrisation et autres erreurs du marché, alors qu’il n’y a jamais eu de bulle sans création monétaire.

  10. Otto Didacte

    Bonjour à tous,

    Pardonnez mon ton un peu cavalier mais vu de l’extérieur, c’est la pensée économique neolibéralie tout entière qui semble avoir fait naufrage y compris l’école de Chicago. Je m’explique l’offre c’est bien uniquement si il y’a une demande en face, et la la demande se crashe. Elle se crashe d’autant plus que pour faire face à sa contraction on licencie (bon vieux paradoxe du capitalisme) …

    Eugène Fama a plus l’air d’un intégriste qu’autre chose. J’ai été lire son interview et je ne comprends pas ce qu’il entends par efficience des marchés, qu’est elle supposée garantir ? Il est au courant que 40 millions d’américains en sont aux « foodstamps » ?

    La meilleur allocation des actifs ? Mais alors meilleure pour optimiser quoi ? (J’ai ma réponse et je crois que c’est la bonne ..:)

    Merci pour vos lumières.

    PS: la différence avec toutes les autres crises est que le ratio du surendettement a été franchi pour les states, le ratio Dette/PIB est condamné a explosé rapidement en raison de l’impossibilité de relancer la machine par la dette (google: does the US have a debt limit ratio of Chandrasekar ou qlque chosze de ce goût la).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s