Et pendant ce temps-là, en Suisse…

Isaac

Résidant en Suisse, je ne pouvais rester insensible au billet de Tyler Cowen. On peut y lire ce passage, qui résume bien mon propre point de vue  (à part la dernière l’avant-dernière phrase) :

« 3. That said, was there not some other way to sidestep this dilemma?  Washington D.C. doesn’t allow tall buildings to compete with the Washington Monument, yet no one considers that a restriction on political freedom (though it may be a bad idea for economic reasons).  The Swiss cantons could have done the same for their town churches.  Note that a restriction on a minaret is not a restriction on a mosque.

4. I favor greater Muslim immigration into the United States and I think Muslim emigration to Europe is working better than most people think.  I am happy to see that Switzerland has become a more cosmopolitan society, in large part by taking in more emigrants, including Muslims.  Nonetheless, call me old-fashioned, but I don’t think a Swiss town center should look like the photograph above.  I guess the Swiss don’t either. »

La Suisse devient en effet plus cosmopolite, mais force est de constater que ce mouvement s’accompagne d’une certaine dose de « biais anti-étrangers » , pour reprendre le terme de Caplan, dont CH avait parlé ici, dont il me semble que le résultat de cette votation est un symptôme.


3 Commentaires

Classé dans Divers, Trouvé ailleurs

3 réponses à “Et pendant ce temps-là, en Suisse…

  1. Je ne suis pas spécialiste de la Suisse, encore moins des questions d’immigration, mais quand Cowen dit « I am happy to see that Switzerland has become a more cosmopolitan society, in large part by taking in more emigrants, including Muslims. », je ne suis pas convaincu. En 2006, deux referendums (encore) sont venus durcir les conditions d’immigration, faisant de la législation suisse la plus restrictive en Europe. Le « biais » n’est pas nouveau.
    Mais le problème (de mon point de vue) est plutôt le recours excessif des suisses au referendum, qui n’est pas, surtout sur des questions sensibles comme celles là, le meilleur moyen pour décider.

  2. isaac37500

    Il est clair que la Suisse est sur une tendance au durcissement des conditions d’immigration, mais cela est à mettre en relation avec le fait que 20% de la population résidant en Suisse est étrangère (8-9 % en France il me semble) et que 10% des suisses vivent à l’étranger. Il ne faut pas confondre législation à l’entré i.e l’ouverture et l’aspect de fait cosmopolite de la Suisse. (bon cela est très lié sachant que le chiffre de 20 % est en partie due au fait qu’il est difficile d’acquérir la nationalité)

    Notons aussique si les conditions se durcissent, ce n’est pas le cas pour tout le monde (les habitants de l’UE, Schengen ou du reste du monde ont des régimes différents).

    En ce qui concerne les referendums, i.e les fameuses « votations », c’est effectivement un outil démocratique très développé en Suisse. Je ne pense pas que le problème soit leur fréquence mais le fait que n’importe qui puisse en proposer sans en prévoir les conséquences. Dans le cas présent, le problème est typiquement celui de la question posée et non un problème de modalité de vote.

  3. vivelepeuple

    Au risque une fois de plus de déplaire au politiquement correct qui règne en maître sur l’ensemble des débats publics et pour répondre à toutes les fadaises que l’on a pu entendre sur les dérives populistes et tout le mépris qui s’est exprimé à l’égard de nos amis suisses, le plus choquant c’est bien le divorce total qu’il existe entre les élites et le peuple.

    Le pouvoir pose des questions, les citoyens répondent: ça s’appelle la démocratie, tout simplement! Maintenant si on trouve que ce régime est mauvais, rétablissons la monarchie ou une dictature! Mais quoiqu’on en pense, le peuple a toujours raison et dans un pays démocratique, on peut dicuter de tout .. absolument tout!

    Le problème est que la gauche bien-pensante aime la démocratie; et ne se prive pour en donner des leçons au monde entier (notamment au régime communiste chinois, pour qui, hypocritement, elle a toujours eu en réalité les yeux de Chimène) mais seulement quand le peuple pense de la même façon. Malheureusement pour elle, ça ne marche pas toujours ainsi.

    Et pour revenir au fond du problème, il n’y a rien d’ignomignieux à refuser la déformation de nos racines et de notre identité judéo-chrétienne. La laïcité est une chose, mais en terre chrétienne, l’espace public n’a pas à se voir imposer le voile ou un nombre trop important de minarets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s