L’émergence est-elle l’objet des sciences sociales ?

Isaac

Dans son livre de 1985, Anthony Giddens développe une idée plutôt intéressante consistant à faire de l’explication des phénomènes d’émergence le point commun de toutes des sciences sociales. En fait, son argumentaire se base sur l’idée que dans les sciences sociales, dans le cadre d’une explication par la raison (dont j’avais parlé ici), une idée scientifique n’arriverait jamais à se diffuser si elle se contentait de souligner ce que les hommes savent déjà, c’est-à-dire les effets voulus des actes volontaires. Il est en effet, non seulement plus intéressant, mais également utile de porter son attention sur 1/ les effets non désirés des actes individuels pris dans l’agrégation de ces actes individuels 2/ les effets non désirés des actes individuels pris de manière individuelle, 3/ les effets non désirés des actes non désirés. Bien entendu « non désiré » ne signifie en aucun cas « néfaste ».

Dans le cadre d’une analyse multi-niveaux de la société, Tony Lawson indique qu’un niveau social est dit « émergeant » si A) il émerge d’un niveau inférieur, B) il ne reste qu’en partie dépendant de ce niveau inférieur, C) ne dépendant pas entièrement de ce niveau, il agit en retour sur celui-ci. Cela me semble tout à fait coller avec ce que nous raconte Giddens :

1)    Dans le cadre des effets non désirés des actes conscients, pris dans le sens d’une agrégation de ces actes, on touche une analyse à au moins deux niveaux (action et structure), la structure étant le fruit des actes individuels mais non leur simple somme (propositions A et B de Lawson).

2)    Les effets non désirés des actes individuels pris de manière individuelle, nous sommes dans le cadre de la proposition C de Lawson, i.e. que le niveau émergeant du cas 1 rétroagit sur les croyances des agents en venant modifier les structures causales auxquelles ils étaient habitués et sur lesquelles ils fondaient leurs anticipations.

3)    Dans le cadre des effets non désirés des actes non désirés, nous nous situons dans le domaine de l’inconscient. Ce qui nous amène du côté de la psychologie, en ce qu’on s’intéresse à la frontière entre désir et action et là je ne suis pas compétent.

Il est donc possible d’affirmer que pour Giddens, l’objet principal de toute science sociale est l’émergence, et par conséquent que sans ce phénomène il n’y aurait pas d’utilité aux sciences sociales. En effet c’est parce que l’homme est incapable de connaître de manière précise les structures et causalités sous-jacentes qui fondent l’émergence qu’il lui est impossible de les introduire au cœur de ses desseins afin d’agir en conséquence (le phénomène émergeant est le résultat de l’action humaine mais non d’un dessein humain, pour reprendre la célèbre expression d’Hayek). La définition de l’émergence est donc consubstantielle d’un manque de connaissance causale que les sciences sociales ont pour mission de pallier afin d’arriver à un monde d’actes volontaires aux conséquences désirées.

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Non classé

6 réponses à “L’émergence est-elle l’objet des sciences sociales ?

  1. Bonjour Isaac,

    Hayek indique également dans « règles et ordre » que la science ne doit pas avoir comme objet d’étude ce qui existe mais ce qui pourrait exister. Il me semble que cela rejoint l’idée de Giddens.

    excellente journée!

  2. elvin

    Sur le fond, je suis bien d’accord avec Giddens et surtout Lawson, à quelques détails près :

    1. le niveau supérieur peut rester totalement dépendant du niveau inférieur (il l’est) et pouvoir néanmoins agir en retour sur celui-ci. Hypostasier, c’est-à-dire faire comme si que le niveau supérieur avait une existence propre indépendante du niveau inférieur et lui prêter les attributs du niveau inférieur, par exemple parler de la société comme si c’était un gros individu « représentatif » est une des pires erreurs de raisonnement qu’on puisse faire. Je ne dis pas que Lawson la commet, mais dire que le niveau supérieur ne dépend pas entièrement du niveau inférieur s’en approche dangereusement.
    2. l’expression « le résultat des actions des hommes, mais non de leurs desseins » est d’Adam Ferguson (1723-1816), contemporain et je crois ami d’Adam Smith qui l’a reprise sous une forme très voisine (« ils sont amenés à remplir une fin qui n’entrait nullement dans leurs intentions »). Hayek a développé et largement popularisé cette idée, mais il n’en est pas l’auteur.

  3. Aeriscor

    Derechef, à propos de Hayek. Il insiste même sur « l’apparition » de structures qui ne sont ni naturelles ni volontaires, comme produit des comportements individuels. Je ne crois pas qu’il emploie le terme d’émergence, mais l’idée en est très proche.

  4. C.H.

    A ce sujet, voici un petit livre que j’ai reçu chez moi hier soir et commencé à feuilleter. C’est écrit par un spécialiste des systèmes complexes et ça cause énormément de phénomènes d’émergence :

    http://www.amazon.fr/Hidden-Order-Adaptation-Builds-Complexity/dp/0201442302

  5. isaac37500

    Je répond un peu tardivement excusez-moi,

    @ Elvin : Par indépendant je pense qu’il faut entendre 1) que le tout ne se résume pas à la somme des partis 2) que le tout à une capacité causale que la parti seule (ici je parle de l’homme) ne peut maitriser. C’est, par exemple, ce que Hume, dont Hayek est un fervent admirateur, nous raconte lorsqu’il nous dit que la convention de la propriété privée émerge des actes individuels en vertu de leurs intérêts réciproques sans que les hommes ne s’en rendent même compte. L’exemple bien connu que donne Hume, qui sera repris par Lewis et l’école des convention est celui des rameurs : « Deux hommes qui tirent un d’une barque le font selon un accord ou une convention, bien qu’ils n’aient jamais échangé de promesses ». Cette convention dont on ne connait pas l’origine permet ici une plus grande efficacité (pouvoir causal) sans que les parties en soient conscient.

    Hume nous rappel en suite que cette règle de justice qui émerge, je reviens sur la propriété privée, l’homme doit les accepter sans la remettre en cause de manière discrétionnaire, sous peine d’apporter le chaos au sein de la société. Mais ça c’est une autre histoire…

    Il me semble que l’émergence est plus liée, au niveau humain, à une problématique en termes de cognition et par extension à une maitrise des structures causales dans l’action individuelle qu’à un réel réalisme ontologique. Mais sur ce point il me semble que je m’éloigne de Lawson.

    @Aeriscor Alors : je n’ai pas Hayek sous les yeux mais je suis sûr qu’il emploie le terme émergence, ne serait- ce parce qu’il cite Hume et l’approuve sur ce point.

    @Rustam : Weber développe a priori une idée similaire mais j’aimerais bien savoir ce qu’Hayek entend exactement par là, serait-ce possible d’en savoir plus ?

    @CH : un livre de plus à lire alors. Je me suis laissé dire que la première référence un peu scientifique vis-à-vis de l’émergence était ce livre de C. Lloyd Morgan :

    http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/1406700967/ref=ord_cart_shr?_encoding=UTF8&m=A1X6FK5RDHNB96

  6. @Isaac, je te renvoie au premier volume, Règles et ordre de « Droit, législation et liberté », page 19 (version française chez PUF) où Hayek développe l’idée selon laquelle la conception que la science n’a d’intérêt que si elle nous dit ce qui existe est fausse. Il continue « … la valeur de la science réside largement en ce qu’elle nous dit ce qui arriverait si certains faits étaient autres que ce qu’ils sont ». Pour Hayek l’erreur est de compiler des faits observer ce qui nous amène rechercher que ce qu’il existe.

    « Le fait qu’un nombre croissant de praticiens des sciences sociales se confinent dans l’étude de ce qui existe (…) ne rend nullement leurs conclusions plus réalistes. » Pour continuer « Une science sociale féconde doit être largement une étude de ce qui n’est pas … »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s