Les journalistes sportifs et les probabilités

La ligue 1 du championnat de France de football était connue ces dernières années pour être le moins prolifique en nombre de buts inscrits de tous les grands championnats européens. Je n’ai pas de chiffre sous la main mais, à la louche, là où on marquait entre 2,5 et 2,7 buts par match en Angleterre, en Espagne ou en Allemagne, ces dernières années en France on devait tourner aux alentours de 2,2 ou 2,3. Pourtant, cette saison les choses ont pris une tournure différente. Jugez plutôt : 27 buts (en 10 matchs) lors de la première journée, 30 lors de la seconde et 26 lors de la troisième. Cela nous fait une moyenne de 2,76 buts par match. Il n’en fallait pas plus pour que les journalistes sportifs s’enflamment et dissertent sur le « renouveau de la L1 », le fait que les coachs « sont moins frileux tactiquement ». Dans l’émission par ailleurs bien sympathique du Canal football club, ce grand « spécialiste » du football qu’est Pierre Ménès (qui fut pendant une brève période président du plus grand club de foot français des années 50 et dont le stade est à quelques centaines de mètres de chez moi) y est même allé d’une conjecture provocante pour expliquer cela : les gardiens de but français sont devenus nuls.

En fait, depuis deux journées, le soufflet est retombé : 18 buts lors de la quatrième journée, 14 lors de la journée de ce week-end, ce qui nous fait une moyenne de 2,3 buts par match depuis le début de la saison, soit dans la lignée des saisons précédentes. On peut donc conjecturer que les journalistes sportifs sont tombés dans un panneau bien connu : repérer ce qui semble être des patterns alors qu’il s’agit juste d’évènements aléatoires et en inférer des relations causales qui en fait n’existent pas. Je me demande si l’on ne pourrait pas dire la même chose en ce qui concerne les suicides de certains salariés de France Telecom…

2 Commentaires

Classé dans Divers

2 réponses à “Les journalistes sportifs et les probabilités

  1. Mickaël

    Passer de la ligue 1 aux suicides chez France Telecom en citant Pierre Menes tu y as va un peu fort là!!

  2. clem

    Ben le taux de suicide chez les employés de France Télécom serait en fait inférieur à la moyenne nationale aux dire d’un de mes profs d’économétrie. Cela dit si on inclut un nombre raisonnable de variables de contrôle, je pense que ca changerait. Je me demande ce qu’il en ait des autres grandes entreprises françaises. Si France Télécom est dans la moyenne ou même en dessous, comment expliquer la médiatisation du phénomène? Configuration des intérêts présents, caractère « spectaculaire » des suicides. 23 suicices en un an, ca peut en effet être une série d’évènements aléatoires. Mais au-delà de considérations purement quantitatives (ou probabilistiques), encore faut-il prendre en compte l’aspect qualitatif des suicides qui ont eu lieu pour comprendre le buzz autour du phénomène…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s