Rigidité des prix et exigence d’équité

Un des problèmes que j’ai avec la thèse défendue par certaines personnes selon laquelle le rétablissement rapide de l’économie passe par le fait de lancer s’opérer un réajustement des prix relatifs est qu’elle passe sous silence la question du degré de flexibilité des prix. Dans un monde « parfait », sans coûts de transaction et autres « frictions », tout déséquilibre va se réajuster instantanément par une modification des prix : si pour diverses raisons les salaires dans l’industrie financière ont artificiellement gonflé pendant plusieurs années, une fois la crise survenue, les salaires baisseront et on assistera à une réallocation « instantanée » de la main d’oeuvre. Une version plus subtile de cet argument consiste à reconnaître que l’ajustement n’est jamais instantané mais que malgré tout il s’opérera de manière automatique et que toute action des pouvoirs publics visant à soutenir tel ou tel secteur ne peut avoir pour seule conséquence que de ralentir ce processus inévitable.

A mon avis, il y a plein de problèmes avec cet argument car il sous estime considérablement la rigidité de certains prix. Si certains prix sont rigides, non seulement le réajustement prendra plus de temps (et donc certaines personnes souffriront durablement de la situation) mais surtout il est même possible qu’il ne s’opère jamais ou de manière totalement inefficiente. Certes, certains argueront que la rigidité des prix (nominaux) est liée à des contraintes institutionnelles directement d’origines étatiques (ex : le salaire minimum). Mais c’est oublier que beaucoup d’entre elles n’ont rien à voir avec l’action de l’Etat. Par exemples, des rigidités peuvent émaner d’accords de branche ou d’entreprises, d’autres peuvent découler de la nature même de la relation de travail (ex : la relation salariale comme quasi-don selon Akerlof ou le contrat de travail comme un contrat implicite d’assurance chez Azariadis). Un troisième type de rigidité est de nature « comportementale ». L’économie comportementale a par exemple mis en avant la notion d’ancre qui exprime l’idée que les individus estiment toujours le prix d’un bien par rapport à un prix référence (l’ancre), prix qui souvent correspond à celui de leur première observation. La « prospect theory » met également en avant le fait que les individus n’ont pas la même perception des pertes et des gains : il s’avère que l’on tend à avoir une aversion aux pertes (on accorde en moyenne plus de valeur aux pertes qu’aux gains). Enfin, l’exigence d’équité peut également se traduire par une rigidité des prix sur certains marchés, comme le marché du travail et le marché de l’immobilier. Ce dernier point renvoie au fait que les individus s’engageant dans une transaction ont souvent une idée a priori de ce qu’est le « juste prix« . Cette représentation peut alors considérablement ralentir la vitesse d’ajustement des prix sur certains marchés. A ce sujet, on peut lire ce récent article des économistes Christian Korth et Stephan Napel (version librement accessible ici). Leur modèle théorique débouche sur trois principaux résultats :

« The first, very broad finding may well be the most significant one: fairness concern can be expected to affect equilibrium market prices in a persistent way despite the availability of complete contracts and complete information.

Our second and more specific finding is that fairness concerns are likely to result in a reduced sensitivity of prices in response to variations of market fundamentals. Here,we have studied variations of the buyer–seller ratio, which s ameasure of sellers’ market power.We conjecture that similar results could also be obtained regarding other supply and demand shocks in a more general model, involving, for instance, heterogeneous reservation prices.

The third finding of our analysis concerns the possibility that reference prices are subject to psychological adaptation. If we posit, as in Ken Binmore’s theory of distributional justice, that agents’ notion of a fair deal will ultimately adjust if(and only if) it clashes with their actual, market power driven bargaining experience in a pronounced way, then different fair price conventions can be associated with the same underlying market fundamentals« .

L’article met en avant deux points particulièrement intéressants : l’accroissement de la fréquence des transactions peut renforcer la rigidité des prix en raison de l’affaiblissement du pouvoir de marché détenu par les vendeurs ou les acheteurs ; le prix jugé équitable est une convention qui s’est empiriquement établie à partir de la succession d’interactions. Il y a donc une dépendance au sentier qui implique qu’il peut exister différentes conventions pour des fondamentaux identiques sur un marché donné. On rejoint en partie ici la notion d’ancre. Même si les auteurs reconnaissent volontier que leur modèle demande à être testé empiriquement, il va dans le sens de résultats précédents : indépendamment des contraintes institutionnelles pouvant exister, les préférences éthiques des agents peuvent interférer avec l’ajustement des prix relatifs et mettre à mal le processus de réallocation des ressources par les seuls mécanismes du marché.

Evidemment, on pourra toujours prétendre que ces « rigidités éthiques » sont négligeables sur un plan macroéconomique. Mais si on les ajoutent aux rigidités plus standards que soulignent notamment les macroéconomistes néo-keynésiens, il y a tout lieu de penser que l’argument du « réajustement automatique des prix relatifs par le marché » est une fable, certes séduisante, mais une fable quand même. 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Rigidité des prix et exigence d’équité

  1. jim

    Oui, on peut imaginer une multitude de raisons pour lesquelles les prix sont rigides. Mais si on mesure empiriquement la rigidite des prix, elle ne semble pas tres importante (3-6 mois aux Etats-Unis, cf. Bils and Klenow).
    Par ailleurs, il est evident que souvent l’ajustemtent ne se fait pas par les prix, mais sur d’autres variables (qualite, delai de livraison, etc.).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s