L’humanité survivrait-elle à une attaque de zombies ?

Via Marginal Revolution : une équipe de mathématiciens a développé un modèle pour déterminer les conséquences d’une attaque de zombies sur la population. Voici le résumé :

« Zombies are a popular figure in pop culture/entertainment and they are usually portrayed as being brought about through an outbreak or epidemic. Consequently, we model a zombie attack, using biological assumptions based on popular zombie movies. We introduce a basic model for zombie infection, determine equilibria and their stability, and illustrate the outcome with numerical solutions. We then refine the model to introduce a latent period of zombification, whereby humans are infected, but not infectious, before becoming undead. We then modify the model to include the effects of possible quarantine or a cure. Finally, we examine the impact of regular, impulsive reductions in the number of zombies and derive conditions under which eradication can occur. We show that only quick, aggressive attacks can stave off the doomsday scenario: the collapse of society as zombies overtake us all« .

Si j’ai compris convenablement l’article, être humain n’est pas une « stratégie évolutionnairement stable » si la possibilité de l’apparition de zombies est ouverte. Bref, l’humanité disparait, à moins de mener une politique d’extermination des zombies très agressive dans les premiers jours de « l’infection ». Ce type de travaux peut paraitre un peu inutile mais les auteurs soulignent quand même l’intérêt que peut avoir un tel modèle de dynamique d’infection :

« The key difference between the models presented here and other models of infectious disease is that the dead can come back to life. Clearly, this is an unlikely scenario if taken literally, but possible real-life applications may include allegiance to political parties, or diseases with a dormant infection ».

9 Commentaires

Classé dans Divers, Trouvé ailleurs

9 réponses à “L’humanité survivrait-elle à une attaque de zombies ?

  1. Jacques

    Dans « Marvel Zombies » où tous les héros Marvel deviennent des zombies et bouffe le reste de l’humanité, l’épidémie est encouragée par Mr. Fantastic, Reed Richards, homme élastique et génie: évolutionnairement, dit-il, on ne peut que souhaiter être un zombie. Sur ce, il contamine son équipe et bouffe ses enfants.
    Il a dû participer à cette étude.

  2. éconoclaste-stéphane

    Je ne comprends pas trop la distinction entre zombification et épidémie. Pour moi, c’est pareil, à moins qu’on considère que vivre en zombie, c’est vivre comme avant.
    J’imagine que l’article est basé sur un modèle épidémiologique générique ?
    Bon, sinon, pour se protéger, on peut toujours lire ça :
    http://www.amazon.fr/Zombie-Survival-Guide-Complete-Protection/dp/1400049628/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=english-books&qid=1250548710&sr=8-1

  3. Pour une procédure d’extermination efficace : http://www.bouletcorp.com/blog/index.php?date=20071108
    Avec des effets secondaires terrifiants tout de même.

  4. C.H.

    @Stéphane :
    D’après les auteurs, la principale différence est que les individus qui sont morts de façon naturelle (i.e. non zombifiés) peuvent a posteriori devenir des zombies. Par ailleurs, une autre différence je pense est que, dans un modèle épidémiologique classique, un virus trop virulent entraine sa propre disparition. Ici, les porteurs du « virus » ne meurt jamais, enfin pas dans le sens conventionnel.

  5. MacroPED

    C’est une blague ou quoi?…

  6. Si j’avais su que c’était un sujet de recherche, j’aurais fait ma thèse là-dessus.

  7. elvin

    Plus sérieusement, cet article illustre un problème de fond : l’économie contemporaine est de plus en plus définie comme un ensemble de techniques d’analyse applicables à des problèmes très divers, notamment des problèmes tout à fait imaginaires. Etre un bon économiste, c’est essentiellement maîtriser ces techniques, quel que soit le sujet auquel on les applique.

    L’autre conception, celle de toutes les autres sciences et celle de tous les économistes jusque dans les années 1930, est de définir l’économie comme l’étude de la production et de la circulation des richesses, sans préjuger des méthodes utilisées.

    Ce qu’ont toujours répété les « autrichiens », et apparemment un nombre croissant de compagnons de route, c’est que les méthodes de l’économie définie comme technique ne conviennent pas à la substance de l’économie définie comme sujet d’études. En donnant le même nom aux deux, on perpétue la confusion, et on se retrouve avec une étude sur les zombies dans un blog d’économie. Remarquez, ça n’est pas beaucoup plus grave que de s’intéresser à l’équilibre général ou à la concurrence pure et parfaite…

  8. C.H.

    Oui, mais remarquez que :
    1) l’article est écrit par des mathématiciens, pas par des économistes ;
    2) je n’ai pas l’habitude sur ce blog d’être très à cheval sur les frontières disciplinaires. Si je définis ce blog comme étant un blog d’économie, c’est parce que je fais une thèse dite « d’économie » et que j’enseigne l’économie (et encore, à partir de septembre je vais davantage enseigner la gestion…). Pour le reste, vous aurez remarqué que j’ai quand même l’habitude de mélanger les genres non ?!

    Enfin bref, je ne me restreint pas à parler « que » d’économie ici…

  9. elvin

    cher C.H., au cas où ça ne serait pas clair, je précise que ce n’est pas à vous personnellement que s’adresse ma critique. Il me semble au contraire que vous avez sur ces questions des positions très raisonnables, et j’apprécie justement le mélange des genres.

    Mais pardonnez-moi, je pense que le mal dont souffre l’économie contemporaine est tellement profond que je ne perds pas une occasion de le dénoncer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s