Robert Frank sur Smith et Darwin

Robert Frank considère que ce n’est pas Smith, mais Darwin, qui nous offre la meilleure métaphore pour comprendre les phénomènes économiques :

« Smith is celebrated for his “invisible hand” theory, which holds that when greedy people trade for their own advantage in unfettered private markets, they will often be led, as if by an invisible hand, to produce the greatest good for all. The invisible hand remains a powerful narrative, but after the recent economic wreckage, skepticism about it has grown. My prediction is that it will eventually be supplanted by a version of Darwin’s more general narrative — one that grants the invisible hand its due, but also strips it of the sweeping powers that many now ascribe to it.

(…)

The central theme of Darwin’s narrative was that competition favors traits and behavior according to how they affect the success of individuals, not species or other groups. As in Smith’s account, traits that enhance individual fitness sometimes promote group interests. For example, a mutation for keener eyesight in hawks benefits not only any individual hawk that bears it, but also makes hawks more likely to prosper as a species.

In other cases, however, traits that help individuals are harmful to larger groups. For instance, a mutation for larger antlers served the reproductive interests of an individual male elk, because it helped him prevail in battles with other males for access to mates. But as this mutation spread, it started an arms race that made life more hazardous for male elk over all. The antlers of male elk can now span five feet or more. And despite their utility in battle, they often become a fatal handicap when predators pursue males into dense woods.

In Darwin’s framework, then, Adam Smith’s invisible hand survives as an interesting special case. Competition, to be sure, sometimes guides individual behavior in ways that benefit society as a whole. But not always« .

En fait, Frank invoque Darwin pour défendre une thèse dont il avait déjà souligné l’importance ailleurs : le fait que dans le domaine économique les performances sont toujours relatives, ce qui est de nature à encourager une « course à l’armement ». Frank avait appliqué ce raisonnement pour expliquer la crise financière et l’utilise également pour recommander la mise en place d’une taxe sur la consommation ostentatoire. Tout ça est très bien et vrai, mais bon l’historien de la pensée qui sommeil en moi ne peut s’empêcher de faire remarquer à l’auteur (qui ne le remarquera pas puisqu’il ne me lit pas) qu’invoquer les figures de Smith et de Darwin pour défendre cette thèse était non seulement pas indispensable, mais en plus plutôt faux.

Concernant Smith et la métaphore de la main invisible, tout lecteur régulier du blog de Gavin Kennedy aura compris qu’il ne faut pas comprendre cette métaphore comme un mécanisme général à l’oeuvre dans l’économie qui apporte abondance et prospérité. De plus, si on doit comprendre de manière adéquate l’idée de main invisible, qui est similaire à celle d’ordre spontané, on ne peut lui attacher aucune idée d’optimalité ou désirabilité. Parfois, la « main invisible » peut déboucher sur la ségrégation ethnique. Concernant Darwin, il n’est pas tout à fait exact de dire que les traits qui favorisent les individus ne favoriseront pas nécessairement le groupe. Enfin, c’est vrai mais c’est plus compliqué dans la mesure où tous les cas de figure sont possibles. On peut notamment avoir l’inverse, des traits défavorisant l’individu mais favorisant le groupe, comme dans le cas de la sélection de groupe, dont Darwin pensait qu’elle avait joué un rôle dans l’émergence de la morale chez l’Homme. Plus fondamentalement, si le darwinisme et plus généralement la théorie de l’évolution ont des choses à apporter aux sciences sociales, c’est certainement pour d’autres raisons. Les lecteurs réguliers de ce blog l’auront compris…

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

3 réponses à “Robert Frank sur Smith et Darwin

  1. Précision sur un point (de détail) :
    « Parfois, la “main invisible” peut déboucher sur la ségrégation ethnique. »

    Oui, un modèle mathématico-informatique peut déboucher sur une situation qui est interprétée comme de la ségrégation ethnique (Schelling), mais la réalité c’est une autre histoire (Easterly)… comme vous le signalez dans un précédent billet :
    https://rationalitelimitee.wordpress.com/2009/06/16/un-test-empirique-du-modele-de-segregation-de-schelling/#comment-2371

  2. bonjour,
    quel livre de Darwin me conseillez vous si je suis très intéressé par l’institutionnalisme et notamment l’évolution des institutions dans le temps?
    merci

  3. C.H.

    Les deux ouvrages majeurs de Darwin sont « L’origine des espèces » et « The Descent of Man ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s