Changer les règles concernant les droits d’auteurs pour sauver la presse traditionnelle ?

Richard Posner s’inquiète des difficultés rencontrées par la presse et de la possible disparition du secteur. Afin de protéger les contenus mis en ligne par les journaux traditionnels, il a une proposition pour le moins étrange :

« As newspaper revenues decline, newspaper content becomes thinner and thinner–but by the same token so does the linked or paraphrased newspaper content found in web sites that have no affiliation with a newspaper. If eventually newspapers vanish, online providers will have higher advertising revenues (because newspaper advertising will have disappeared) and may decide to charge for access to their online news, and so the critical question is whether online advertising revenues will defray the costly news-gathering expenses incurred at this time by newspapers. Imagine if the New York Times migrated entirely to the World Wide Web. Could it support, out of advertising and subscriber revenues, as large a news-gathering apparatus as it does today? This seems unlikely, because it is much easier to create a web site and free ride on other sites than to create a print newspaper and free ride on other print newspapers, in part because of the lag in print publication; what is staler than last week’s news. Expanding copyright law to bar online access to copyrighted materials without the copyright holder’s consent, or to bar linking to or paraphrasing copyrighted materials without the copyright holder’s consent, might be necessary to keep free riding on content financed by online newspapers from so impairing the incentive to create costly news-gathering operations that news services like Reuters and the Associated Press would become the only professional, nongovernmental sources of news and opinion« .

Remarquez que si on suivait la proposition de Posner, il aurait fallut que je demande l’autorisation à ce dernier pour faire ce que je viens de faire, c’est à dire mettre en lien son billet et en reprendre une partie. Comme le fait remarquer Matthew Yglesias, c’est le genre de réflexion de quelqu’un qui n’a pas l’habitude d’écrire sur la Toile (pourtant Posner blog depuis un certain nombre d’années non ?!) :

« This just seems to totally misunderstand the relationship between the linked and the linker. In my years of blogging, I have never once heard the author of an article or the editor of a publication complain to me about having linked to an article. By contrast, on a daily basis authors and editors ask me to link to their articles. This is because having published the article on the World Wide Web, the authors and editors in question want people to read the articles. If they didn’t want to get links, they wouldn’t put the article online. If they put the article online, they want to get links. And certainly if any publication were to request that I stop linking to or otherwise mentioning their content, I would be happy to grant that request without any legal coercion« .

D’un point de vue économique, la proposition de Posner, en plus d’être difficilement praticable, est bizarre. Comme cela est indiqué sur Free Exchange, si le contenu mis en ligne par les journaux traditionnels à une valeur, alors de deux choses l’une : soit si ce contenu a une valeur privée, alors rien n’empêche les journaux de le protéger et de ne le rendre accessible que moyennant paiement ; soit si ce contenu s’apparente à une forme de bien public (parce qu’il est notamment trop difficile d’exclure ceux qui ne financent pas), alors pourquoi ne pas imaginer un système de subventions publics standard pour financer tout bien public ? Certains rétorqueront que le problème est que les consommateurs ont pris des habitudes de consommation particulière concernent internet, notamment relatives à la gratuité du contenu, et que ces habitudes sont très difficiles à changer, de sorte que les modèles basés sur un contenu payant ne fonctionnent pas. Et il est vrai qu’un système de subventions massives parait difficilement tenable, surtout si l’on veut protéger l’image d’une presse indépendante. L’autre gros problème auquel est confronté la presse traditionnelle lorsqu’elle essaye d’investir le net est que les ressources publicitaires tendent à être aspirées par des « produits de substitution » comme Google.

La crainte de Posner concernant ce que l’on pourrait appeler une sorte d’entropie informationnelle n’est pas totalement infondée : si les journaux traditionnels ne sont plus incités à produire du contenu alors c’est l’ensemble des flux d’informations circulant sur la toile qui diminuera. Par exemple, tous les blogs s’appuient de manière extensive sur les informations mises en ligne (la plupart du temps gratuitement) par ces journaux pour pouvoir à leur tout offrir du contenu. Mais Posner se trompe clairement au niveau des causes de la maladie. Le problème c’est que l’évolution technologique a rendu obsolète les arrangements institutionnels passés (pour un topo sur la relation entre technologie et institutions, voir ici), mais pas parce que les journaux se font « piller » leur contenu mais parce que la structure du marché a considérablement évolué : arrivée de concurrents indirects s’alimentant à partir des mêmes ressources publicitaires, émergence de concurrents directs ayant des coûts fixes moindres (tous les nouveaux journaux exclusivement en ligne), modification des habitudes des consommateurs. Typiquement, on a un changement d’environnement qui a rendu moins adaptés certains acteurs qui ne survivront qu’à la condition de modifier leurs « routines », pour parler le langage des évolutionnistes. La proposition de Posner n’est probablement pas institutionnellement stable (il y a trop d’incitation et de possibilités pour la contourner), mais même si elle l’était elle ne changerait probablement pas grand chose, si ce n’est restreindre la circulation de l’information au bénéfice d’une petite poignée d’acteurs. 

Poster un commentaire

Classé dans Trouvé ailleurs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s