MSN ou comment un ordre « spontané » peut être inefficient

Beaucoup de lecteurs connaissent probablement, voire utilisent, Windows Live Messenger (encore appelé « MSN » par la plupart des utilisateurs, même si ce n’est plus son nom) qui un service de messagerie instantanée qui permet à chacun de communiquer à tout moment avec ses amis par internet, pour peu que ces derniers possèdent également MSN et soient connectés. De mon point de vue, MSN illustre très bien comment peut émerger un « ordre » inefficient, c’est à dire où la situation socialement sous-optimale. Voici pourquoi.

Une fois que vous êtes connecté sur MSN, les personnes qui disposent de votre adresse email peuvent le voir sur leur écran et ont la possibilité de vous parler. Chaque utilisateur peut définir son « statut », statut qui est sensé indiquer sa disponibilité à communiquer : « disponible » (vous pouvez me parler sans problème), « absent » (je ne suis pas là mais je vais revenir » et « occupé » (je n’ai pas le temps de parler). Vous avez une quatrième option à votre disposition : apparaitre en « hors ligne », c’est à dire que personne ne peut savoir que vous êtes connecté mais vous vous avez la possibilité de voir qui est connecté et, le cas échéant, de communiquer. A priori, l’option « hors ligne » a peu d’intérêt puisque, si vous ne voulez pas que quelqu’un puisse savoir que vous êtes connecté, vous pouvez le « bloquer ». Se mettre en « hors ligne » ne peut avoir que deux motivations : pouvoir communiquer éventuellement avec une personne bien précise si elle se connecte sans prendre le risque d’être embêté par d’autres personnes, ou alors le seul plaisir de « voir sans être vu », ce qui a peu d’intérêt.

Or, normalement, les trois premiers statuts doivent suffire : si vous ne voulez parler qu’à une personne en particulier, le plus simple est de se mettre en « occupé » et de parler avec la personne qui vous intéresse une fois qu’elle se connecte. Le problème de cette stratégie est qu’il ne s’agit pas d’un « équilibre évolutionnairement stable ». Si toutes les personnes qui se mettent en « occupé » prennent contact, même de manière occasionnelle, avec une autre personne, la convention « occupé = pas disponible donc pas parler » s’affaiblit : à chaque fois qu’une personne « occupé » parle, les autres agents actualisent leurs croyances par un processus d’apprentissage par une simple observation de l’évolution de la fréquence de personnes ayant le statut « occupé » mais communiquant malgré tout. Il en résulte que, au bout d’un moment, le statut « occupé » va finir par perdre de sa signification et, par un effet cumulatif, peut devenir en pratique quasiment équivalent au statut « disponible ». Que reste-t-il à la personne qui veut travailler mais malgré tout être connectée pour éventuellement parler à quelqu’un (hormis le fait de ne pas répondre mais les utilisateurs de MSN savent très bien que c’est difficile de rester concentrer) ? Se mettre en « hors ligne ».

L’avantage du statut « hors ligne » c’est qu’il est impossible de savoir si la personne est connectée ou non, jusqu’à temps qu’elle vous ait parlé. Comme une personne « hors ligne » et une personne réellement non connectée sont parfaitement indissociables, il n’y a pas l’inconvenient du statut « occupé » dont la signification disparait du fait du processus évolutionnaire décrit plus haut. Mais un autre problème, plus systémique celui-ci, surgit : si l’on considère que toute tentative de communiquer avec une personne qui ne répond pas (soit parce qu’elle n’est pas connectée, soit parce qu’elle est occupée) est source d’inefficience en raison de la perte de temps occasionnée, alors on voit qu’émerge un ordre inefficient. Dans l’absolu, en effet, a peu près tous les utilisateurs devraient finir par avoir en permanence le statut « hors ligne » de manière à pouvoir choisir à qui ils veulent parler sans être dérangés. Mais, évidemment, si tout le monde est en « hors ligne », il devient impossible de savoir qui est réellement là. Le nombre de messages sans réponses, car destinées à des personnes absentes, doit donc augmenter. A terme, c’est même le « trafic » sur MSN qui doit diminuer. Il y a des contre-tendances qui peuvent jouer bien entendu (on peut notamment imaginer que certains individus – comme moi – aiment bien être « dérangés » au boulot car cela leur fait une coupure) mais peut être pas de manière durable.

Il serait intéressant d’avoir une étude estimant la baisse de productivité du travail liée à l’usage de MSN au boulot. Si mon hypothèse se vérifie, on peut même se demander si cette cause d’inefficience ne pourrait pas s’aggraver !

15 Commentaires

Classé dans Non classé

15 réponses à “MSN ou comment un ordre « spontané » peut être inefficient

  1. Vincent

    A titre personnel, c’est exactement la raison (et le processus !) pour lequel j’ai arrêté d’utiliser MSN.

  2. T.tel

    Que dire des personnes qui sont systématiquement en ligne et qui, lorsqu’on tente de leur parler répondent: « je travaille » ?

  3. C.H.

    Ces individus posent effectivement un problème car ils contribuent à brouiller encore un peu plus la signification des statuts. Après, il y a toujours un apprentissage lié aux interactions répétées et au fait que l’on peut identifier les personnes, qui fait que lorsque c’est untel, on sait que l’on ne peut pas lui parler.

    Mais, le pire, c’est les personnes qui sont tout le temps en occupé, qui vous parle de temps en temps mais qui, lorsque l’on essaye de leur parler, vous rembarre. Celle-là, c’est une vraie plaie😉

  4. T.tel

    je la connais aussi, et je confirme: quelle plaie celle là

  5. La miss des villes

    Il suffit!!!
    si on est occupé, c’est que l’on est occupé
    c’est toujours mieux que de se mettre hors ligne en permanence alors que l’on est dispo

  6. Kant1

    C’est koi cette discussion!!!
    Vous vous croyez sur MSN ici???

  7. Passant

    « si l’on considère que toute tentative de communiquer avec une personne qui ne répond pas (soit parce qu’elle n’est pas connectée, soit parce qu’elle est occupée) est source d’inefficience »

    Cette hypothèse, centrale, est la plus contestable : normalement, la seule chose qui puisse justifier qu’on souhaite communiquer à un instant précis avec une personne précise est la survenue d’une information non-anticipée : ce besoin touche donc plus fréquement les personnes mal informées et mal organisées que les autres, celles dont les interactions sont statistiquement contre-productives par rapport à celles des personnes bien informées.

    Même s’il serait plus rationnel de licencier les personnes estimant avoir besoin de communiquer à tel instant à telle personne, on peut faute de mieux se contenter de remercier MSN de diminuer l’impact sur la productivité globale de l’organisation de leur présence en leur faisant perdre leur temps à des conneries.

  8. La miss des villes

    juste pour info, il est tout à fait possible d’avoir des conversations en quasi instantané avec ses collègues de boulot via Outlook

  9. Michaël Malter

    De même, mon âme de libriste m’oblige à préciser qu’il n’y a pas que Microsoft dans la vie, il y a Jabber aussi…

  10. Discutant de cet article avec un proche, nous convenons que nous connaissons 2 personnes exhibant le même comportement que la miss des villes, toutes deux de sexe féminin.

    Les faits sont donc là, ce sont les femmes qui avec leur comportement irrationnel, pourrissent la situation et salopent notre bel ordre rationnel.

  11. La miss des villes

    rooh face à de telles accusation contre la gente féminine, la miss des villes va devoir expliquer de façon rationnelle son comportement sur MSN
    Dés qu’elle travaille sur son ordinateur personnel, la Miss des villes se connecte sous statut occupé car cela évite d’être dérangé de façon intempestive pas des personnes (ou agents rationnels) qui sont connecté pour discuter uniquement des soirées à venir ou autres choses à la fois futiles et passionnantes. Ce statut permet quand même de signaler que je suis disponible pour réceptionner une information de ce type, mais que la réponse pourra être longue.
    Si la miss des villes discute en étant sous statut occupé c’est 1) qu’elle bosse effectivement en même temps et 2) qu’elle discute de boulot (ou a une discussion de couloir avec ses collègues doctorants – expl : on va prendre un café ?) La miss des villes est donc bien occupée à travailler (ce qui inclus la construction d’une convivialité avec ses collègues) et l’utilisation du statut occupé apparait dans ce sens tout à fait rationnelle

    Relativement à « Les faits sont donc là, ce sont les femmes qui avec leur comportement irrationnel, pourrissent la situation et salopent notre bel ordre rationnel. » La miss des villes précisera que CH utilise le même ,comportement ; il est en statut occupé 90% du temps ; sous ce statut il est généralement disponible pour discuter (yc – surtout- de choses plutôt futiles) les 10% du temps restant, CH est en ligne et disponible et dans ce cas, il met au moins 15 min pour répondre : N’est-ce pas un bel exemple de la rationalité limitée masculine?

  12. C.H.

    Je proteste : depuis de nombreuses semaines, je suis en « disponible » tout le temps. Probablement parce que je n’ai pas envie de bosser (enfin, de finir ma thèse…)

  13. Passant

    « La miss des villes est donc bien occupée à travailler (ce qui inclus la construction d’une convivialité avec ses collègues)  »

    Votre encadrement me semble se faire une bien curieuse représentation des éventuelles stratégies lui permettant de se maintenir à son poste : cherche-t-il à se faire aimer ?

  14. Axonn

    Ben, justement, grâce à cette non-efficacité, MSN nuit moins au travail.

    Par contre, c’est une raison pour que Twitter, à messages différés, le supplante.

    Pour ne pas s’embrouiller, je préfère dire « invisible » pour le cas où on est connecté mais apparaissant hors ligne (terminologie de Mercury).

  15. Aeriscor

    On peut trouver au contraire le processus evolutionnaire extremement efficace :

    Le createur du programme pense un utilisateur peut vouloir etre disponible, connecte mais ne pas vouloir interagir ( occupe ), ne pas etre visible, sans penser que les deux derniers devraient etre synonymes. Le marche corrige cette mauvaise perception en attribuant une nouvelle semantique au terme occupe ( quelque chose comme « une non-reponse n’est pas une insulte en ce moment je peux etre disponible ou non » )

    A noter que le statut « je reviens dans une minute » a garde sa semantique originelle car elle correspond a un besoin reel.

    Bref plutot qu’une imperfection de l’ordre spontane on peut y voir ( et je serais plutot de cet avis ) une imperfection du normateur qui s’est plante de cible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s