L’argent ne fait pas le bonheur… enfin pas totalement

Intéressante interview (audio) de l’économiste Richard Easterlin sur le… « paradoxe d’Easterlin » qui énonce que, si au sein d’un pays, le bonheur est positivement corrélé au niveau de revenu, cette relation semble disparaitre lorsque l’on procède à des comparaisons internationales. En d’autres termes, le bonheur est davantage affecté par le niveau de revenu relatif et peu (voire pas du tout) par le niveau de revenu absolu au delà d’un certain seuil minimum. Pour le dire encore autrement, ce qui nous rend heureux n’est pas tant ce que l’on possède, que ce que l’on possède de plus par rapport à nos voisins. Peut-on interpréter cela comme une forme de perversion de la sympathie smithienne ?

9 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

9 réponses à “L’argent ne fait pas le bonheur… enfin pas totalement

  1. Thomas

    Perversion de la sympathie Smithienne? Je ne pense pas non. Smith lorsqu’il traite de la pauvreté souligne bien que celle-ci est relative à la société dans laquelle on se situe. A son époque, se promener dans la rue sans chaussure ne pose aucun problème dans certains pays(et dans ce cas, un individu ne pouvant pas s’en payer n’est pas désavantagé) alors que c’est une véritable honte dans d’autres.

  2. Pierre

    Le bonheur est affecté par le revenu relatif, ou la définition de bonheur est relative?

  3. Pock

    Faudrait-il en conclure que nos ancêtres du moyen-âge n’étaient pas plus malheureux que nous puisque leur revenu relatifs devaient être comparables ?

  4. elvin

    Et les aborigènes de Nouvelle-Guinée, ou les indiens des tribus inconnues d’Amazonie sont encore bien plus heureux. Qu’attendons-nous pour partir là-bas vivre comme eux ?

  5. Pock

    Rien, puisqu’ils ont des voisins bien plus riches qu’eux.

  6. C.H.

    @Pock :
    Probablement. C’est en tout cas la conclusion à laquelle mène le paradoxe d’Easterlin.

    @elvin :
    Pour ma part, je ne serais pas du tout étonné que les aborigènes de Nouvelle-Guinée se sentent aussi heureux que vous et moi. Encore une fois, ce qu’indique Easterlin, c’est que le bonheur est relatif. Je ne pense pas non plus que les gens qui n’avaient pas téléphone portable, d’internet ou même de voiture étaient moins heureux que nous aujourd’hui. De toute façon, tout le problème réside dans ce que l’on entend par « bonheur » et de la manière dont on le mesure.

  7. elvin

    @C.H.
    Je suis bien d’accord. C’est pourquoi je pense que ces comparaisons n’ont aucun sens. Et je réagis un peu vivement à l’idée que quelqu’un pourrait les utiliser pour m’imposer sa propre vision du bonheur, fût-elle assise sur des statistiques.

  8. C.H.

    Mais personne ne parle d’utiliser ces comparaisons pour vous imposer sa propre vision du bonheur. Les économistes sont des scientifiques, pas des dictateurs refoulés. Ou alors on interdit aussi toute recherche sur l’énergie nucléaire, non ?

    Pour le reste, si, ces comparaisons ont un sens, à partir du moment où l’on connait et que l’on peut évaluer la méthodologie qu’il y a derrière. Savoir que l’homme tend à être davantage attentif à ce qu’il possède par rapport à autrui plutôt que dans l’absolu est intéressant non ? Ou alors je ne vois pas l’intérêt des sciences sociales, école autricienne d’économie compris.

  9. diaby

    je veut des conseils pour bien vivre ma vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s