Des origines évolutionnaires de l’altruisme

Via Economist’s View, un intéressant article qui expose une nouvelle théorie pour expliquer la survie et le développement de comportements altruistes parmis les populations humaines et animales. Jusqu’à présent, il existait essentiellement deux théories expliquant le développement de l’altruisme : la propension, évolutionnairement acquise, de certains organismes à favoriser la reproduction des organismes proches d’eux sur le plan génétique (kin selection ou sélection de parentèle), ce qui est en fait une variante de la sélection de groupe. La seconde explication est celle de la réciprocité, le fait qu’il peut être évolutionnairement avantageux pour un organisme d’aider un autre organisme qui l’a aidé.

L’article de Scientific American propose une troisième explication : la survie de comportements altruistes s’explique par le fait que comportements non-coopératifs (non-altruistes) auto-limitent leur propre prolifération. En effet, un comportement non-coopératif n’est intéressant sur le plan évolutionnaire qu’à la condition d’être confronté à des comportements altruistes. Lorsqu’il y a trop de comportements non-coopératifs, ceux-ci tendent à s’éliminer mutuellement. Je n’ai pas accès à l’article en entier mais, pour être honnête, il ne me semble pas que ce soit un résultat si nouveau. Robert Axelrod, dans ses expérimentations autour du dilemme du prisonnier répété, me semble avoir déjà mis en avant que l’avantage sélectif des comportements altruistes résidaient dans le fait que les comportements non-coopératifs avaient de très mauvais résultats lorsqu’ils étaient confrontés entre eux.

Cela dit, il peut y avoir des implications intéressantes pour les sciences sociales. L’article cite le cas du dopage ou encore de la mafia. D’ailleurs, petit clin d’oeil aux lecteurs libertariens de ce blog : si vraiment l’Etat est une mafia, on peut lui dire merci. C’est grâce à lui que des comportements « altruistes » (ceux qui se développent au travers de l’échange marchand) peuvent proliférer ! 

15 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

15 réponses à “Des origines évolutionnaires de l’altruisme

  1. elvin

    « si vraiment l’Etat est une mafia, on peut lui dire merci. C’est grâce à lui que des comportements “altruistes” (ceux qui se développent au travers de l’échange marchand) peuvent proliférer !  »

    ça alors ! comme affirmation gratuite (et amha comme contre-vérité) on ne fait pas mieux ! Les comportements altruistes et l’échange marchand n’ont pas attendu l’Etat pour proliférer.

  2. C.H.

    Hum… Historiquement, développement des échanges marchands à grande échelle et croissance de l’Etat SONT corrélés. De là à dire qu’il y a un lien de causalité, il n’y a qu’un pas que je n’ai pas peur de franchir allègrement.

  3. elvin

    … et je crois que vous avez le plus grand tort. Ce n’est pas à vous qu’il faut rappeler que corrélation et causalité sont deux choses radicalement différentes, et que passer de l’une à l’autre est un pas gigantesque, qui demande à être argumenté en tant que tel.

    Or dans ce cas précis, c’est un fait historique que les échanges marchands se sont développés d’abord sans aucune intervention des états, y compris entre acteurs privés situés dans des états différents, et que les états sont intervenus (et continuent à intervenir) pour les entraver et non pour les favoriser. Donc on peut tout aussi bien argumenter, et avec beaucoup plus de raison, que les échanges marchands seraient aujourd’hui beaucoup plus développés si les états ne s’en étaient pas occupés.

    je sais bien que c’est une idée reçue que l’Etat est nécessaire au marché, voire que c’est lui qui a créé le marché. Mais c’est une fable qui ne résiste pas au moindre examen.

  4. C.H.

    C’est une question sur laquelle on pourrait argumenter indéfiniment, en renvoyant sans cesse des « fables » et des théories concurrentes. Par exemple, je pourrais évoquer la fable du bandit stationnaire de Mancur Olson pour expliquer pourquoi avoir le même tyran en permanence est mieux que de ne pas en avoir du tout. Mais c’est une fable, j’en conviens.

    Bon cela dit, je vous recommande chaudement le bouquin de Avner Greif dont j’ai fait la pub à maintes reprises sur ce site, qui fournie une argumentation théorique ET historique très ample sur l’idée que la corrélation développements des échanges marchands impersonnels/développement de l’Etat (de droit) est plus qu’une simple coincidence. Maintenant, je ne dis qu’il a raison sur tous les points, pas plus que je n’ignore qu’il existe une littérature infinie sur cette question qui défend tous les points de vue possible.

  5. Episteme

    Les échanges marchands se sont développés à petite échelle sans intervention de l’état. Cela est vrai.

    Mais on ne doit pas en déduire que s’il n’y avait pas eu d’état, les échanges marchands seraient plus développés aujourd’hui. Dans les petites communautés où la confiance et la cohésion entre les acteurs est forte, les échanges ont effectivement pu se développer sans état. Mais dès qu’on passe à une autre échelle et où le marché est tellement grand que les acteurs ont très peu de liens sociaux entre eux, l’incertitude devient tellement grande dans les transactions que les acteurs doivent avoir recours à un tiers qui garantit l’éthique(le respect des contrats). Sans ce tiers, les acteurs sont peu incités à entrer dans des échanges à grande échelle.

  6. elvin

    il me semble qu’il y a une confusion entre institutions et Etat. Oui, le marché ne peut se développer que s’il est soutenu par des institutions. D’ailleurs le marché est lui-même une institution. Mais rien n’oblige que ces institutions soient de nature étatique. Par exemple, une corporation n’est pas un Etat, et les marchés des diamants d’Amsterdam et de New York sont hautement disciplinés sans que l’Etat y intervienne. Dans ce que je sais du bouquin de Greif, il montre bien la corrélation étroite entre marché et institutions, mais il fait une large place aux institutions non étatiques.

  7. C.H.

    @elvin :
    Oui, Greif fait une large place aux institutions non étatiques. Mais ce qu’il montre aussi, c’est que, à l’inverse des pays du nord de l’Afrique, les économies européennes ont su se doter des institutions propices à la généralisation des échanges impersonnels, et notamment un Etat capable de faire appliquer un droit « rationnel » et prévisible sur un vaste territoire.

    A l’inverse, s’il est vrai que les marchands nord-africains ont pu développer des échanges au sein de leur communauté, ils n’ont pu, faute d’institutions adéquates, développer leurs relations marchandes avec des marchands étrangers. La faute à un système entièrement basé sur la réputation et la répétition des interactions. D’ailleurs, lorsque j’avais présenté le bouquin à un séminaire de ma fac, un spécialiste d’économie du droit m’avait fait remarquer que la description de Greif des institutions des marchands nord-africains étaient très proches de celles des marchés du diamant à Anvers ou ailleurs.

    Donc, comme le dit episteme, oui des échanges marchands peuvent se développer par le biais d’un grand nombre d’institutions. En revanche, lorsque l’on parle d’échanges impersonnels non répétés, c’est déjà beaucoup moins évident. Il y a eu des systèmes alternatifs (guildes, corporation, système de la responsabilité communautaire), mais tous ont montré leurs limites.

  8. elvin

    Bon. Donc la relation entre Etat et marché n’est pas du tout évidente. C’est tout ce que je voulais dire.

  9. Real

    En fait , l’Etat s’est forme a partir d’etres intrinsequement altruistes dont le role quasi evangelique est de rappeler le benefice de la cooperation aux cheaters de la sphere marchande. Comme l ‘altruisme leur est inne , a la difference des autres qui choisissent l’altruisme de maniere rationnelle, ils ont du mal a cooperer entre eux ( cas classique de deux personnes bien elevees qui rivalisent de politesse ). Il est donc possible d’expliquer aussi bien les disfonctionnements de l’Etat que sa croissance contigue a celle de la sphere marchande. Il est meme possible d’envisager que la progeniture des cheaters marchands puissent acquerir des traits altruistes qui la conduit a rejoindre l’Etat et a assurer sa croissance!

  10. Passant

    Bien au contraire : la théorie libertarienne observe que l’état cherche à s’imposer comme intermédiaire obligé de toutes les relations sociales, y compris intra-familiales, lutte contre les communautarismes (c’est à dire, les solidarités), impose des choix sociaux différents du consensus social (paradoxe du libéral parétien), bref, détruit les comportements solidaires, qui, certes, ne sont pas la totalité des comportements altruistes mais sont de loin les plus fréquents.

    Comment expliquez-vous autrement la surabondante littérature libertarienne librement accessible comparée à toutes les difficultés d’accès aux oeuvres académiques ? C’est précisément pour cultiver entre volontaires des comportements solidaires que les libertariens s’organisent pour s’opposer au principal obstacle à ces solidarités : la puissance publique.

  11. Passant

    « De là à dire qu’il y a un lien de causalité, il n’y a qu’un pas que je n’ai pas peur de franchir allègrement. »

    On peut à ce sujet lire avec plaisir et profit « les mémoires d’Hadrien » de Yourcenar et les dissertations qui y sont faites concernant les politiques économiques comparées de Trajan, Hadrien, puis plus implicitement Marc-Aurèle, notamment vis à vis des nomades persans et syriens.

  12. elvin

    @Real : vous voulez rire, ou quoi?

  13. Real

    oui mais c’est C.H qui a commence avec son clin d’oeil!

  14. elvin

    @Real : c’était tellement bien fait que c’était pas évident…

  15. Effectivement, Ariel Rubinstein avait déjà assez largement évoqué le point que vous soulevez dans votre deuxième paragraphe. Quoique en des termes nettement moins clairs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s