Dessine-moi un nouvel ordre mondial

Certains ont vraiment confiance dans leurs capacités intellectuelles. Ou comment imaginer une nouvelle organisation économique mondiale. Les économistes doivent vraiment être des crétins, quand on voit qu’il est possible de dessiner l’architecture du système économique de demain, comme ça, en quelques lignes. C’est pourtant facile, non ?

Trêve de plaisanterie, comme toujours avec les esprits « grands bâtisseurs », le diable est dans les détails. Stabiliser les taux de change entre les grandes monnaies internationales ? Hmm, Bretton Woods n’a-t-il pas explosé à la fin des années 60 ? Un rapide survol des grandes crises financières depuis les années 80 nous apprend aussi ce qui peut arriver aux pays qui arriment coûte que coûte leur monnaie à une autre. Stabiliser le cours de l’énergie par un rationnement ? Ok. Qui décide, selon quels critères ? Comment être sûr que l’on parvient à déterminer le bon niveau de rationnement sachant que, par définition, on ne peut avoir accès aux connaissances technologiques et géologiques futures ? Réorienter l’épargne vers des investissements verts ? Tout à fait d’accord… à condition que cela se fasse essentiellement par le biais de mécanismes marchands éventuellement appuyés par une fiscalité incitative. Pas sûr que ce soit à cela que pense l’auteur. Ah et puis, l’épargne n’a-t-elle pas vocation à aller aussi ailleurs ? Créer une monnaie à deux dimensions… comme si notre système financier n’était pas déjà assez complexe comme ça. Nan, je rigole, mais j’avoue que je ne vois pas ce que l’auteur veut dire. Ah, et puis en plus il faut créer des « monnaies régionales ». J’y comprend plus rien moi…

Bon, si on regarde le cv de l’auteur, Pierre Calame, on apprend qu’il est polytechnicien. Je sais pas pourquoi, mais je l’aurais deviné. La figure de l’ingénieur français-rationaliste-cartésien n’est pas morte. Pour soigner cet état chronique d’hubris rationnaliste exacerbé dont sont victimes beaucoup trop de personnes ayant eu un parcours similaire, je propose une bonne dose quotidienne de Karl Popper, celui de La société ouverte et ses ennemis. Rien de tel pour soigner ses illusions de grandeur, sans pour autant abandonner tout projet de réforme et de transformation sociale. Il va probablement falloir changer des choses. Mais tous ceux qui arrivent avec de telles solutions clé en main doivent être mis sur la touche d’office.  

Publicités

10 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

10 réponses à “Dessine-moi un nouvel ordre mondial

  1. J’ai lu le même article, j’ai pensé écrire un post semblable au tiens, puis j’ai abandonné. Si ce type ne connait pas le doute à son âge, c’est fichu.

    Surtout, son délire sur le risque v. la confiance m’a fait baissé les bras. Comme si tout risque était un pb d’aléas moral et que la diversification n’existait pas. Et puis « monnaie a deux dmensions » …

    Comme lecture, je lui aurai bien proposé du Hayek (mais j’ai cru comprende que tu n’étais pas son plus grand fan 😉 ).

  2. elvin

    « de quelque façon et par quelque moyen qu’on décompose une collection en groupes (choix, ancienneté, examens, concours, tirage au sort), dans les divers groupes la proportion des imbéciles est la même » Auguste Detoeuf (X promo 1902), Propos de O.L. Barenton, confiseur)

    heureusement, la même loi est vraie pour les gens intelligents.

  3. Gu Si Fang

    Bravo! Comme Elessar, j’ajouterais Hayek « The counterrevolution of science » en lecture.

    Dans le même genre, voici quelques phrases notées au cours de l’intervention d’une grande pédégère française devant des camarades ayant le même pédigrée :

    – Appels répétés de la pédégère pour une politique énergétique européenne, et petit laïus sur « le colbertisme étatiste français, constructiviste et volontariste, qui a fait ses preuves ».

    – Puis l’organisateur et elle font un petit numéro sur le confucianisme chinois en réponse à une question « la Chine est-elle un pays rationnel? » Elle déclare que « ce sont des ingénieurs des Mines! » et l’organisateur conclut que « D’ailleurs, la Chine est le seul pays à avoir un vrai gouvernement saint-simonien. »

    – Parlant du partenariat nucléaire avec l’Iran, elle estime que cette erreur nous a coûté cher « enfin, au contribuable; ça n’a rien coûté à Cogema heureusement! »

    – Pour conclure, une dernière citation mémorable : « Dans l’énergie, en France, on a des champions mondiaux comme EDF, Areva, Alstom… Personne dans le monde n’aligne autant de divisions, comme aurait dit Staline. »

    – Ah oui, j’oubliais une erreur économique (pour expliquer qu’il faut faire des économies d’énergie) qui peut faire une jolie question d’examen : « L’énergie la moins chère, c’est celle que l’on n’utilise pas. » Commentez!

    Avant d’entendre ça, je me réjouissais qu’une femme fût parvenue à un tel niveau de responsabilités. Maintenant, j’espère que c’est son dircab qui lui a écrit le texte…

  4. @Gu Si Fang. Laisse moi deviner: Anne L. ?

  5. Passant

    Le plus sage homme du monde, c’est à dire, le marin shaddock, remarquait en son temps qu’il valait mieux mobiliser son intelligence sur des conneries plutôt que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes.

    Tel est le grand intérêt des affaires monétaires et financières : elles n’ont que l’importance qu’on veut bien leur accorder : énorme pour les professionnels du secteur, et par définition inexistante pour ceux qui n’ont rien : l’immense majorité de ceux d’entre nous.

    Alors, va : tant qu’on ne parlera que de cette hallucination collective qu’est l’argent, on ne parlera que de l’ordre mondial des fous et des sots : ce qui, vous en conviendrez, diminue grandement tant le péril de la réflexion que la portée des grands plans. Et puisqu’on en est pas encore à mettre les intellectuels sous traitement psychiatrique, les laisser croire qu’ils gouvernent le monde par l’esprit avec la monnaie est certainement le traitement le plus respectueux de leur intégrité qu’on puisse leur proposer.

  6. @Passant: je fais partie des hallucinés. Vous qui avez vu clair et pour qui l’argent n’a pas d’importance, ça vous dérangerait de me donner votre numéro de carte bleue ?

    Sérieusement, vous pensez vraiment que l’argent n’a pas d’importance pour les pauvres parce qu’ils n’en n’ont pas ???

  7. Passant

    Je n’ai pas l’intention de vous laisser la possibilité de me créer des dettes ! Mais libre à vous de croire qu’il est de votre intérêt de maximiser le montant de votre compte en banque.

    Je pense effectivement que l’argent n’a pas réellement d’importance pour ceux qui n’ont aucune chance de l’accumuler, c’est à dire, l’immense majorité de la planète. Maintenant, si vous parlez de ceux qui sont contraints d’employer la monnaie pour accéder aux services vitaux, je crois que les soubresauts de la finance mondiale sont sont réel effet sur eux, tellement la valeur de ce qu’ils manipulent est faible. Pour vous, la différence entre 47gr de riz et 51gr est donc si importante ?

  8. C.H.

    @Elessar :
    Ah mais je n’ai rien contre Hayek, au contraire. Je suis fan du Hayek épistémologue, un peu moins du Hayek économiste (sauf sur les questions de connaissance et d’information). Mais je me suis rendu compte que j’ai rarement parlé de Popper sur ce blog, donc c’était l’occasion !

    @GSF :
    Ce que vous nous relatez là est assez édifiant. Il est de bon ton de dire que si l’économie française « va mal » c’est de la faute de l’inculture économique des français, de l’absence de l’esprit d’entreprendre, eux-mêmes causés par ces satanés profs gauchistes. Allez, je me risque à une hypothèse pas politiquement correcte : et si le problème de l’économie française, c’était ses « grands patrons », élevés dans la consanguinité avec nos dirigeants politiques et dans l’illusion de pouvoir tout gérer, tout controler, tout planifier ?

  9. elvin

    Au Hayek épistémologue, il faut ajouter le Hayek théoricien des institutions. En économie en revanche, c’est vrai qu’il n’a guère fait que développer certaines idées de Mises, qui lui méritait vraiment un Nobel.

    L’inculture économique des français (ils ne sont pas les seuls d’ailleurs) est grave parce qu’elle leur fait gober sans sourciller les discours des politiques, qui sont tout aussi incultes mais qui sont au pouvoir ou cherchent à y arriver.
    Ca ne m’empêche pas d’être d’accord avec l' »hypothèse pas politiquement correcte » de C.H., surtout concernant ceux qui n’ont pour expérience qu’une carrière dans les cabinets ministériels avant d’été parachutés dans l’industrie, comme ceux auxquels GSF fait allusion.

  10. Gu Si Fang

    @ C.H. et Elvin

    Bien sûr, il y a du vrai dans cette hypothèse. Mais je ne vous apprends rien en disant que le problème n’est pas qu’une simple question de personnes, mais de règles, de lois, en un mot (qui plaira à C.H.) : d’institutions.

    Nos institutions donnent à leurs responsables le pouvoir de gérer, contrôler, planifier.

    Ma concierge aussi a un avis sur la meilleure manière de gérer la France, mais elle n’a pas le pouvoir de le faire.

    Et le pouvoir finit toujours par être exercé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s