Etes-vous un « randroïde » ?

Si oui (et même si ce n’est pas le cas), alors regardez et écoutez Stephen Colbert… pas sûr que vous appréciez.

Vodpod videos no longer available.

Il parait que les ventes du « chef d’oeuvre » de la philosophe Ayn Rand, Atlas Shrugged, ont fortement augmenté depuis l’élection d’Obama. Franchement, je me demande pourquoi. J’ai du le lire il y a 2 ou 3 ans (enfin je me suis arrêté avant la fin), et le message qu’il y a derrière ce roman est tellement peu nuancé qu’il en devient grotesque. Mais manifestement ça marche. Rand est connue pour avoir laissée une véritable secte derrière elle. Ce n’est finalement pas étonnant : sa philosophie est le type même de pensée dont l’apparente rigueur logique est susceptible d’impressionner les faibles d’esprit qui veulent intellectualiser leurs penchants réactionnaires.

more about « The Word – Rand Illusion | March 11th…« , posted with vodpod
Publicités

17 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

17 réponses à “Etes-vous un « randroïde » ?

  1. Passant

    Il est finalement rassurant de voir que malgré les efforts des humoristes démocrates pour l’éviter, les américains lisent, et lisent même les livres d’économie dont les économistes disent le plus de mal !

  2. C.H.

    « Atlas Shrugged » n’est pas un livre d’économie. C’est un roman philosophique qui est très efficace pour donner clé en main une idéologie et une rhétorique très bien ficellées. Ce qui me gêne ce n’est pas tant ce qu’écrit Rand que l’attitude « no brain » de ses lecteurs qui se comportent plus comme des perroquets (comportement très répandu dans la population libertarienne, quoique je ne doute pas que ce soit également vrai pour d’autres courants idéologiques) que comme des individus dotés d’un esprit critique.

    Pour le reste, l’épistémologie qui sous-tend ce qu’écrit Rand (l’objectivisme) a des aspects intéressants, mais ce n’est pas ce qui intéresse 99% de son lectorat…

  3. C.H.

    Pour le coup, les conservateurs qui croient voir en Rand leur nouveau guide spirituel sont encore plus crétins que les randroïdes eux-mêmes :

    http://www.thedemocraticstrategist.org/strategist/2009/03/rand_and_conservatives_a_remin.php

  4. elvin

    Amusant. Moi je crois au contraire que les libertariens ont l’esprit critique particulièrement affûté, ne serait-ce que parce qu’ils osent l’exercer à propos de l’Etat. C’est d’ailleurs vrai de ceux que je connais.
    Cela dit, je n’ai pas lu une ligne de Rand et n’en ai aucune envie. Mises et Hayek (qui se sont tous les deux fâchés avec Ayn Rand) me suffisent largement.

  5. C.H.

    Il y a chez les libertariens des gens extrêmement brillants et intelligents. D’ailleurs, je dois reconnaitre que les discussions économiques et philosophiques les plus intéressantes que j’ai pu avoir l’ont été très souvent avec des libertariens. Mais il y a aussi une « masse » qui a tendance à se prendre pour une élite intellectuelle précisément au prétexte qu’elle pense défendre des idées non conventionnelles. Le problème, c’est que ces gens là sont au contraire tristement conventionnels : ils répliquent les idées de leur maître à penser mais n’ont aucune capacité critique. C’est flagrant avec les randroïdes. Encore une fois, ce n’est peut être pas propre aux libertariens. Mais il y a chez certains d’entre eux une forme d’arrogance (probablement héritée de Rothbard qui en a fait sa principale arme rhétorique) un peu pathétique.

  6. elvin

    Des « randroïdes », comme vous dites, je n’en connais pas un seul, et pourtant je fréquente les libertariens sans doute plus que vous. En revanche, chez les « orthodoxes », les hétérodoxes « de gauche » et chez les « alter », je connais pas mal de gens à la fois arrogants et conventionnels dans leur défense de positions qu’ils croient non conventionnelles : voyez Krugman, Maris, la pauvre Viviane Forrester, Jacques Sapir, Olivier Todd, etc.

  7. C.H.

    Ah mais je n’ai jamais dit le contraire. Mais ils se trouvent que j’ai fréquenté pendant quelques années des forums libertariens francophones et anglophones (par curiosité intellectuelle, pas par conviction) et que j’ai appris à connaitre certains énergumènes.

    Sinon, mettre sur le même plan Krugman et Viviane Forrester, vous exagérez. On peut ne pas être d’accord avec les opinions politiques de Krugman, on peut être excédé (comme c’est de plus en plus mon cas) par son arrogance et sa manière de mépriser les idées différentes des siennes, on peut aussi estimer que son utilisation des outils keynésiens pré-critique de Lucas pour défendre le plan de relance américain n’est pas très honnête scientifiquement. Maintenant, on ne peut nier sa contribution immense à l’économie internationale et à l’économie géographique de la fin des années 70 au début des années 90.

    p.s. : le terme de « randroïde » n’est pas de moi, mais il est utilisé (de manière péjorative) dans les cercles libertariens pour désigner les fans de Rand les plus sectaires.

  8. elvin

    sur Krugman et Forrester : mea culpa, j’ai été un peu rapide. Dans le cas de Krugman, c’est vrai que l’économiste vaut nettement mieux que l’éditorialiste. Mais ce n’est pas moi qui devrais lui reprocher d’être un peu provocant et simpliste de temps en temps … ;->

  9. Real

    J’ai lu Atlas Shrugged il y a quelques annees et si je peux partager certaines idees sous-jacentes , je dois admettre que le livre est mal ecrit , les personnages a la limite du grotesque, personnages qui refletaient les troubles de personalite du guru de la secte.

    Cependant pour quelqu »un de curieux, la logique de Ayn Rand merite d’etre comprise pour mieux en comprendre l’illogisme. J’ai ete eduque en France dans un systeme inverse ou la confusion apparente de la pensee cachait une logique implacable bien plus lethale dans de nombreux domaines que celle de Rand.

  10. Passant

    Le succès des thèses d’Ayn Rand devrait éveiller d’autres attitudes que le mépris, surtout comparé à e que « Real » ci-dessus nomme « une logique implacable bien plus lethale dans de nombreux domaines ». Lutter contre les préjugés des intellectuels est difficile : Lire Ayn Rand a au moins le mérite de vous confronter à un adversaire facile avant d’attaquer les véritables monstres pervers.

  11. C.H.

    Le succès d’une idée ou d’une doctrine n’est en rien garant de sa valeur. Le fait pour une doctrine d’avoir du succès peut susciter beaucoup de choses : du mépris, de l’inquiétude aussi.

    Il se trouve que mon mépris pour l’oeuvre de Rand (et pour *une partie* de la pensée libertarienne) n’est pas gratuit, puisque j’en ai lu une part, et probablement la plus symptomatique. Il n’y a donc nul préjugé derrière tout ça. Et je ne suis pas le dernier lorsqu’il s’agit de prendre au sérieux des thèses avec lesquelles je suis a priori en désaccord (notamment parce que j’avoue que de manière générale j’ai très peu de convictions solidement ancrées, donc je regarde facilement à droite à gauche pour voir s’il y a des choses intéressantes).

    Après ce que je dis n’est que mon opinion. Mais, le temps étant une ressource rare, il faut faire des choix notamment dans ses lectures intellectuelles. De mon point de vue, lire Rand est sous-optimal. Après chacun fait ce qu’il veut.

  12. Passant

    Vous êtes manifestement un scientifique : vous devez donc à priori savoir comment on met fin à un raisonnement faux : en le réfutant. Vous n’aurez par ailleurs je pense aucun mal à raisonner en citoyen très partiellement informé : vous avez un livre que votre voisin a pu lire et que personne que vous ne connaissez réfute. Vous l’achetez : vous le lisez peut-être. Et parfois, la boucle boucle, peut-être. C’est pour cette raison que les réfutations sont bien plus utiles que les découvertes.

  13. Episteme

     »Mais il y a aussi une “masse” qui a tendance à se prendre pour une élite intellectuelle précisément au prétexte qu’elle pense défendre des idées non conventionnelles. Le problème, c’est que ces gens là sont au contraire tristement conventionnels : ils répliquent les idées de leur maître à penser mais n’ont aucune capacité critique. C’est flagrant avec les randroïdes. Encore une fois, ce n’est peut être pas propre aux libertariens. Mais il y a chez certains d’entre eux une forme d’arrogance (probablement héritée de Rothbard qui en a fait sa principale arme rhétorique) un peu pathétique. »

    Ça me fait penser…

    VOici un parfait spécimen de randroide:

    http://www.antagoniste.net

  14. Passant

    Au risque de sembler insister, il me semble se poser une question soit de pédagogie, soit de cohérence, quand un individu donné choisit un discours qu’il doit acheter, puis lire, puis assimiler à un discours institutionnel porté avec toute l’autorité imaginable, banalisé par tout ce que la société compte de pédagogues et d’orateurs, et qu’on ne cesse au passage de doter de vertus morales.

    Il est aisé de postuler l’imbécilité de celui qui ne pense pas comme vous, mais il est quand même difficile de prétendre qu’il existerait un talent particulier de raisonnement à tort et à travers.

  15. elvin

    @Episteme:
    ah bon ? pouvez-vous m’expliquer pourquoi, à part que ses idées ne vous plaisent pas ?

  16. Episteme

    Ça n’a rien à voir.

    Les idées de Friedman, Mises, Hayek, Barro, Lucas, et cie ne me plaisent pas généralement, et pourtant j’ai beaucoup de respect pour ces intellectuels et pour leurs apports au débat économique et politique.

    L’auteur du blogue auquel j’ai référé est cependant l’exemple parfait du randroide, tel que décrit plus haut par C.H. Vous remarquerez son arrogance à l’égard de ceux qui ne partagent pas TOUTES ses opinions, sa prétention à l’anticonformisme, sa disposition, dans l’argumentation, à nous citer en autorité ses maîtres à pensée (très souvent ayn rand) et son manque de rigueur et de méthode dans le traitement des informations(il est vrai que c’est une chose commune dans la blogosphère).

  17. elvin

    d’accord avec votre dernière parenthèse. C’est un peu ce que je voulais dire : l’auteur de ce blog n’est pas pire que les autres. C’est le genre qui veut ça, et je reconnais que j’en suis moi-même coupable. Mais amha bien des blogueurs qui s’opposent aux « randroïdes » ou aux libertariens font bien pire qu’eux dans l’arrogance et l’intolérance !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s