Les esprits animaux

Chris Dillow propose une note sur le nouvel ouvrage de Robert Shiller et George Akerlof et fait plusieurs bonnes remarques, d’une part sur l’importance peut être excessive que Shiller et Akerlof accordent aux « esprits animaux » dans les fluctuations économiques, et surtout d’autre part sur les alternatives théoriques possibles, ne nécessitant pas de recourir à une hypothèse d’irrationalité. William Buitter dans le Financial Times est assez critique envers l’ouvrage de Shiller et Akerlof et leur reproche d’oublier l’importance de la demance effective. Pas sûr toutefois que son point soit totalement pertinent : précisément par ce que le futur est incertain, la demande effective est étroitement liée à des problèmes d’anticipations relevant davantage du jugement que du calcul. Dans son billet, Dillow cite un article développant une « épidémiologie » des anticipations qui, bien que non repris par A&S, est une piste qui parait très intéressante (note : j’ai seulement parcouru l’article en diagonale).

N’ayant pas encore lu l’ouvrage d’A&S (ça ne saurait tarder – une note de lecture est programmée) je n’en dirai pas plus, si ce n’est noter que j’ai également l’impression qu’il y a un prolongement sociologique à ce travail : celui des représentations sociales et de leur diffusion. Si tant est que la thèse d’A&S ait un fond de vérité, se pose alors la question des mécanismes par lesquels se transmettent certaines idées, pas seulement sur l’évolution du prix de certains actifs d’ailleurs.

4 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

4 réponses à “Les esprits animaux

  1. MacroPED

    Je ne suis pas très sûr de le lire maintenant, ce livre. Mais cela n’empêche pas de voler au secours d’Akerlof et R.Shiler. Comme s’ils en avaient vraiment envie…Lol!

    Théoriquement, la macroéconomie attribue une bonne part de la fluctuation économique aux composantes consommation et investissement. Il suffit de lire Keynes pour comprendre que les « esprits animaux » sont fondamentaux. evidemment, tous nos cours de macro. Dire que c’est excessif, je ne suis pas très d’accord. D’ailleurs, beaucoup de notoriété de la discipline ne cessent d’insister là-dessus. C’est peut-être aussi à cause de cette importance que Sarko s’est trompé en privilégiant les entreprises…

    Pour le reste, nombre d’arguments que vous proposez me semble pertinents (contre-critique de W.Buiter).

  2. MacroPED

    « la demande effective est étroitement liée à des problèmes d’anticipations relevant davantage du jugement que du calcul ». Que dites-vous alors de l’efficacité marginale du capital?

  3. Thomas

    J’ai une prof qui travaille sur les réseaux cognitifs et la diffusion des connaissances en économie. Si ça vous intéresse il y a un de ses working paper en ligne (un peu technique toutefois): http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/34/92/95/PDF/DT2008-62.pdf

  4. C.H.

    Merci Thomas pour ce texte, c’est très intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s