Sur l’état de la macroéconomie

Justin Wolfers, Paul Krugman et Arnold Kling se lamentent, chacun à leur manière, sur l’état de l’art en macroéconomie, et son opposition entre les salt water economists (les partisans de la théorie des cycles réels) et les fresh water economists (les néo-keynésiens). Mark Thoma fait le point et cite notamment un papier d’Olivier Blanchard insistant sur les éléments de convergence. Le texte de Blanchard est intéressant même si, à la lueur des événements actuels, les deux approches semblent largement irréconciliables, comme le souligne Thoma.

Cela dit, peut-être faut-il regarder au-delà de la théorie des cycles réels ? La macro moderne se développe maintenant à partir de modèles DSGE (dynamic stochastic general equilibrium) ne raisonnant pas à partir d’un état de plein emploi et ambitionnant de pouvoir quantifier l’importance des différents types de chocs dans l’occurence des fluctuations économiques. Ainsi, Kling défend une thèse à la Minsky selon laquelle la crise doit s’interpréter comme un accroissement de l’aversion au risque des agents se traduisant par un développement de la hedge finance. Le problème semble-t-il, est que l’importance de ce type de choc a été mesuré et apparait comme non-significative. C’est peut-être vrai. Mais cela m’amène à une question : pourquoi n’entend-on pas les macroéconomistes « modernes » dans le débat public ? Peut-être la macroéconomie n’est-elle pas seulement une histoire de masturbation intellectuelle comme le prétend Kling. Mais c’est maintenant aux macroéconomistes concernés de le prouver. Si l’économie doit se résumer à aligner des équations dans des revues lues en tout et pour tout par 200 personnes dans le monde, elle ne se sert à rien. Il est urgent que les apports de la macro moderne servent au débat public. On attend toujours… 

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Sur l’état de la macroéconomie

  1. Gu Si Fang

    Notez que le fait de présenter les cycles comme des allers-retours entre hedge et ponzi est strictement équivalent au fait de dire que les gens s’endettent pendant la bulle et remboursement pendant le krach. D’où la question :
    – cette fluctuation moutonnière des comportements s’explique-t-elle par des facteurs psychologiques, comme le mimétisme?
    – ou bien est-ce le résultat d’un facteur exogène comme « l’élasticité » de la masse monétaire?

    Est-ce un dysfonctionnement naturel ou artificiel des marchés? Les néoclassiques nient pratiquement toute possibilité de dysfonctionnement, et ils ont tort. Les postkeynésiens estiment que le mimétisme est une donnée, et qu’il faut faire avec, et ils ont tort aussi. Ce débat date des années 80 et 25 ans plus tard le résultat ne permet pas d’être très optimiste pour la suite…

  2. C.H.

    Hum… sur le mimétisme je ne pense pas que les post-keynésiens aient tort. Mimétisme, anticipation, problèmes de coordination, tous ces éléments sont réels. Des travaux expérimentaux montrent quand même qu’il n’y a pas nécessairement besoin de choc exogène pour que se forment des bulles spéculatives. Maintenant, est-ce que ces éléments sont suffisants pour tout expliquer, probablement pas. Concernant l’explication « monétaire » des fluctuations économiques, je redis ce que j’ai déjà : il y a pour l’instant trop peu de tentatives d’évaluation empirique de cette thèse pour qu’elle puisse être prise pour argent comptant.

    Ensuite, même après cela, il faudra encore expliquer de manière convaincante d’où les expansions monétaires tirent leur origine. Et sur un plan plus normatif, il faudra montrer qu’un autre système fera mieux et ne sera pas sujet à d’autres problèmes (voire au même problème).

    Je veux bien croire que le facteur monétaire joue, j’aimerai qu’on essaye de le « quantifier ». J’aimerai aussi que, concernant en particulier cette crise, les partisans de l’explication monétaire clarifie leur position sur le rôle joué par le shadow banking system et comment garantir que dans une économie de « free-market » un tel système ne puisse pas se développer et exploser. Bref, je pense qu’il y a encore du travail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s