Analyse économique du Titanic

(Via Marginal Revolution) Un papier de Bruno Frey, David Savage et Benno Torgler étudie l’importance des normes sociales et de l’altruisme dans les interactions humaines en se servant du naufrage du Titanic comme expérience naturelle. Voici le résumé :

« This paper explores the determinants of survival in a life-and-death situation created by an external and unpredictable shock. We are interested in seeing whether pro-social behaviour matters in such extreme situations. We therefore focus on the sinking of the RMS Titanic as a quasi-natural experiment to provide behavioural evidence that is rare in such a controlled and life threatening event. The empirical results support that social norms such as « women and children first » survive in such an environment. We also observe that women of reproductive age have a higher probability of surviving among women. On the other hand, we observe that crew members used their information advantage and their better access to resources (e.g. lifeboats) to generate a higher probability of surviving. The paper also finds that passenger class, fitness, group size, and cultural background matter ».

Les auteurs montrent à l’aide d’un test économétrique que lors du naufrage du Titanic la norme « les femmes et les enfants d’abord » semble s’être appliquée : les femmes et les enfants avaient plus de chance de survivre que les hommes, et parmis les femmes celles agées entre 15 et 35 ans avaient le plus de probabilité de rester en vie. Selon les auteurs, cela corrobore les résultats théoriques de l’économie comportementale et de la sociobiologie qui semblent indiquer que l’altruisme est plus ou moins ancré, sous certaines formes, dans la nature humaine. Le point le plus intéressant lié à cette expérience naturelle est que l’on est dans une « life and death situation« , en d’autres termes dans un jeu à un coup. Par conséquent, on ne peut pas expliquer l’altruisme par un mécanisme de réciprocité ici.

9 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

9 réponses à “Analyse économique du Titanic

  1. isaac

    Peut-on vraiment considérer une telle situation comme un jeu à 1 coup? Dans un naufrage le temps s’écoule, la réciprocité peut, peut-être, se trouver dans le fait de « mourir en héros », d’être perçu comme un personne morale (respectant la norme) durant le temps qu’il nous reste. Tant que le moment de la mort n’est pas arrivé (c’est un peu lugubre tout ça…) la personne peut donc attendre une reconnaissance (voir l’espérer une post mortem). De plus le « jeu » n’est peut-être pas reconnu comme une « life and death situation » par l’agent , nous le voyons nous ainsi car nous en connaissons l’issu, mais lui pense qu’il a « une chance de s’en sortir ». Autrement dit il faudrait raisonner en terme de « réciprocité espérée ». Tout en sachant que survivre à cet incident en ne respectant pas la norme « les femmes et les enfants » peut engendrer un certain nombre de problèmes plus tard… le choix ne se résume donc pas uniquement à vivre ou mourir mais « vivre en héros »; « mourir en héros »; vivre en lâche » et même « mourir en lâche ». Mais c’est un peu tiré par les cheveux…

  2. david

    tiré par les cheveux ! non je ne trouve pas , je souscris a votre observation !

  3. elvin

    tout ça, c’est très intéressant, mais c’est de la psychologie, pas de l’économie. Laissons les psychologues dire comment fonctionnent les êtres humains, et partons de là pour faire de l’économie. Comme disait Mises : « economics begin where psychology leaves off », ou encore « The field of our science is human action, not the psychological events which result in an action. »

    au lieu de ça, les économistes font de la psychologie à deux balles parce que les humains réels sont trop compliqués pour leurs modèles mathématiques, ce qui explique que leurs conclusions soient aussi peu pertinentes.

  4. misala

    Je suis asez d’accord avec Elvin. Si le la modélisation d’un tel événement a dû etre intéressant pour les auteurs, cette étude est assez symptomatique de l’utilisation inutile, voire fumeuse, de modèles économétriques.
    Cela étant dit, cette étude fera une bonne anécdote lors d’un prochain apéritif entre amis…

  5. isaac

    Pourtant il me semble que bon nombre de théories économiques partent d’une théorie de l’action, ceci revenant à souligner certains principes psychologiques. Par exemple Peirce souligne l’importance de la recherche de routines dans l’agir, Mises souligne l’importance d’un type particulier d’agent doué d’alertness (bon je sais que je prend un petit risque avec toi sur ce point mais lançons nous!), Keynes, qui reprend ça à Descartes, nous parles d’esprits animaux etc… toute ces hypothèses psychologiques peuvent être étudiées.

    Est-il possible de couper tout lien entre l’ensemble des sciences? Je ne le pense pas, les processus d’Interdisciplinarité se sont souvent montrés fructueux ne serait-ce que par les intuitions qu’ils dégagent. Cette interdisciplinarité doit bien sur se faire par un échange, apprenons de la psychologie bien plus qu’apprenons à cette dernière. Pas question d’établir un colonialisme peu productif an allant jusqu’à économiciser les liens du mariage… devinez à qui je pense…

    Après tout qui défini les frontières d’une science à par les scientifique eux-même. L’économie est ce qu’on en fait et n’a pas d’essence propre. N’oublions pas que les premiers économistes ne le sont que rétrospectivement et comment imaginer la richesse des nation sans la théorie des sentiments moraux. Peut-être serait-il bon de revenir un peu en arrière sur ce point, Uskali Mäki parle de « post disciplinarité » comme une volonté de penser comme avant les disciplines, réfléchir sans se revendiquer d’un domaine… pourquoi pas, juste un peu au moins.

  6. elvin

    Sur Mises, sa position est claire : il veut étudier l’action humaine en tant que telle, indépendamment de ses motivations, c’est-à-dire en prenant la psychologie comme une donnée exogène. Mais c’est vrai que c’est une position très minoritaire.

    Mais ça n’est pas du tout couper les liens entre les sciences. C’est au contraire leur demander de s’appuyer les unes sur les autres : demander aux économistes d’aller chercher leur modèle de l’homme chez les psychologues au lieu de chercher de leur côté à en inventer un autre qui les arrange mieux. Et surtout pas à « économiciser » la psychologie, bien au contraire. Mises (toujours lui …) a d’ailleurs écrit:
    « The fullness of reality can be mentally mastered only by a mind resorting both to the conception of praxeology and to the understanding of history; and the latter requires command of the teachings of the natural sciences. Cognition and prediction are provided by the totality of knowledge. What the various single branches of science offer is always fragmentary; it must be complemented by the results of all the other branches. From the point of view of acting man the specialization of knowledge and its breaking up into the various sciences is merely a device of the division of labor. »

    Exactement l’inverse de ce que isaac semble avoir compris de mon post.

  7. isaac

    Je n’est pas dit que Mises économicisait la psychologie, je soulignait que – étant donné que le terme « interdisciplinarité » sous entend interaction, donc pénétration mutuelle des champs de recherche (ce à quoi Mises s’oppose) – il fallait éviter des attitudes colonialistes à la Becker (et non à la Mises). Il y a une différence entre demander aux sciences de « s’appuyer les unes sur les autres » (ce que j’entendais, maladroitement je le concède volontiers, par « couper tout liens entre l’ensemble des sciences ») et mettre en place un processus d’interdisciplinarité pouvant se cantonner à un simple retour critique sur les différents concepts de ses petits copains psychologues. Ne serait-ce que parce qu’aller chercher les modèle de l’homme chez les psychologues nécessite un choix parmi la pluralité de théories propre à ce champ de recherche.

  8. isaac

    pardon, je n’ai pas dit… ces révisions me fatiguent un peu…

  9. elvin

    Bien. Nous sommes donc d’accord (mais ça n’était pas évident à première vue pour un observateur…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s