Industrie de l’automobile et équilibre sous-optimal

Via Marginal Revolution, on peut lire ici ce paragraphe :

« One thing here is that as best I can tell none of the five countries — US, Japan, Germany, France, Korea — with substantial auto industries are willing to let their national favorites fail. And yet there seems to be substantial global overcapacity in car manufacturing. If a few of the existing firms are allowed to fail, then the survivors will be in good shape. But if nobody fails, then all the firms worldwide will be left suffering because of overcapacity problems, all potentially drawing bailouts and subsidies indefinitely« .

Dilemme du prisonnier classique : aucun pays ne veut laisser son industrie automobile tomber (c’est la stratégie dominante) quoiqu’il arrive (que les autres sauvent ou non leur industrie), donc au bout du compte tout le monde met en place des plans de sauvetage maintenant l’industrie en surcapacité de production au niveau mondial. Cela dit, cela ne marche que si l’on accepte l’idée qu’il y a vraiment surcapacité, ce qui n’est pas évident. Les difficultés actuelles sont de deux ordres : structurelles (mauvais choix stratégiques) et conjoncturelles (ralentissement de la demande mondiale). L’aspect conjoncturel est valable pour tout le monde, l’aspect structurel par définition ne peut l’être (les performances sont toujours relatives). De ce point de vue, soutenir l’industrie automobile quand les difficultés sont d’ordre conjoncturel est non seulement « légitime » mais même probablement optimal sur le plan économique : une industrie qui disparait pour des difficultés de court terme, c’est des compétences qui disparaissent de manière durable.

Publicités

1 commentaire

Classé dans Trouvé ailleurs

Une réponse à “Industrie de l’automobile et équilibre sous-optimal

  1. Real

    Une industrie ne disparait pas pour des raisons de court terme . De plus, il est rare qu’une entreprise disparaisse isolement dans son secteur pour des raisons de court terme. Il ya toujours des facteurs comme de mauvais choix strategiques passes. une dette excessive …. qui amplifient les facteurs conjoncturels. Dans ce dernier cas, il n’y pas donc de raison objective de sauver l’entreprise.

    Je crois que lorsque l’on se refere au concept de surcapacites, l’on entend celui de capacite rentable et non rentable. De ce point de vue, l’industrie est clairement en surcapacites et l’etait meme avant la crise (aux Etat Unis notamment et en Chine). L’europe est le marche le moins rentable pour la plupart des constructeurs, japonais compris , parceque les acteurs sont trop nombreux .
    La disparition de certains acteurs US et de grosses fusions hors US seront necessaire pour resoudre le probleme de surcapcites non-rentable au niveau mondial. Le pdg de Fiat a mentionne recemment que tout constructeur en dessous de 6m de vehicules produits sera appele a disparaitre ou a fusionner ! Peut-etre exagere mais tres revelateur de l’ambiance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s