Le pétrole à moins de 50$ le baril, c’est pas bien ?

Ce matin, j’écoutais la chronique économique sur BFM TV. Le journaliste y expliquait que le pétrole à 50$ le baril, ce n’est bien qu’en apparence et qu’en fait c’est une très mauvaise nouvelle. C’est une idée que je retrouve souvent par-ci par-là en ce moment. Il est vrai que depuis le pic du mois de juillet, le prix du baril a fait un plongeon en étant divisé quasiment par trois :

Pourquoi cette baisse serait-elle une mauvaise chose ? Ce matin, les arguments suivants étaient invoqués : la baisse du prix du baril va geler de nouveaux investissements, va ralentir l’adoption des énergies renouvelables et non polluantes et va diminuer l’afflux de capitaux en provenance des pays du Moyen-Orient. J’avoue ne pas comprendre le premier argument. Effectivement, avec la baisse du prix du pétrole, certains investissement qui étaient rentables il y a de cela quelques semaines ne le sont plus et ne vont donc pas êtes entrepris. Mais où est le problème ? Face à la baisse des prix, les offreurs vont effectivement réagir en abandonnant certaines activités de prospection et de forage. Ils vont par ailleurs décider de différer l’extraction de pétrole en attendant que le prix remonte. Mis bout à bout, ces comportements vont restreindre l’offre pour finalement faire remonter les prix, jusqu’à ce que les investissements redeviennent rentables et les extractions de réserves intéressantes, accroissant alors l’offre. Cet argument n’a même carrément aucun sens quand on remet l’évolution du prix du pétrole en perspective : un baril à 50$ n’a historiquement rien d’exceptionnel comme le montre ce graphique (que l’on peut trouver toujours ici).

Je n’ai pas le souvenir qu’aux époques où le baril était à moins de 40 dollars on s’inquiétait pour la rentabilité des investissements des compagnies pétrolières… Le deuxième argument relatif aux énergies renouvelables est plus intéressant : effectivement, plus le pétrole est cher, plus il est rentable d’investir dans des énergies renouvelables. La réciproque est évidemment vraie. Sauf que l’intérêt des énergies renouvelables est qu’elles sont inépuisables, contrairement au pétrole. Or, pourquoi le prix du baril baisse-t-il ? Parce que la demande elle-même baisse. Les écolos devraient donc être content : un pétrole pas cher est le signe d’une demande en déclin. Bon d’accord, je suis un peu de mauvaise foi puisque l’argument écologiste est de dire que le pétrole est une énergie polluante et que plus tôt il sera épuisé (et donc très cher), mieux il sera. Sauf que c’est là un argument du tout ou rien qui oublie que le problème environnemental est une question de calcul coûts/avantages : qu’on le veuille ou non, nos économies ont encore besoin du pétrole. L’avantage des mécanismes de marché c’est que, aidés par des mécanismes de taxes ou de droits à polluer, ils vont opérer ce calcul coût/avantages bien mieux que n’importe quel planificateur, écologiste ou non d’ailleurs. Si jamais les individus redeviennent trop friands de pétrole, les prix remonteront et la rentabilité des énergies renouvelables avec.

Quant au dernier argument, à vrai dire je suis sceptique. Là encore, au cours des périodes avec un baril à 40 dollars, je ne me souviens pas avoir entendu que le faible afflux des capitaux en provenance des pays du Moyen-Orient était un problème pour l’économie mondiale. Je trouve la thèse du « pétrole pas cher c’est pas bien » assez hypocrite. Elle fait comme si un baril à plus de 100$ avait été la norme historique alors qu’en fait nous sommes actuellement dans une situation plutôt « normale » par rapport aux tendances passées. Que des acteurs soient perdant avec cette baisse (les compagnies pétrolières, les pays du Moyen-Orient) c’est une évidence, mais de la à dire que c’est « mauvais » pour l’économie dans son ensemble, c’est exagéré.

En revanche, la baisse rapide du prix du pétrole, si elle n’est pas un problème en elle-même, est bien un signe inquiétant car elle traduit le ralentissement économique mondial et fait planer le spectre de la déflation. Mais c’est un autre problème. 

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Non classé

7 réponses à “Le pétrole à moins de 50$ le baril, c’est pas bien ?

  1. Bien 🙂
    Je suis absolument d’accord avec votre analyse sur le prix du pétrole, ses avantages pour le consommateur et inconvénients temporaires pour le développement des énergies renouvelables.

    Malgré une baisse de production de l’OPEP, les prix n’ont pas remonter et le baril est passé en dessous de 50$. L’argent facile a crée des bulles et on revient à la normale. Bien sur le pétrole va se raréfier puis disparaitre dans 50 ou 100 ans mais si d’ici là on aura trouver une énergie alternative et relativement bon marché il est possible qu’il n’atteigne jamais les $200 ou $1000 dollars le baril comme on pouvait le lire quand il était a $150.

    D’autres corrections nous attendent.

    Eh bien, il n’est pas « normal » que le prix du pétrole, par exemple, passe d’à peine 30 $ à près de 150 $ en quelques années. Actuellement, nous voyons l’or noir revenir à des niveaux plus normaux. Il revient à la moyenne.

    Ce n’est peut-être pas « normal » non plus qu’un habitant de Détroit gagne 35 $ de l’heure tandis qu’un citoyen de Shanghai ne gagne que 1,50 $. Le travail effectué par les deux hommes devrait valoir à peu près la même chose. Et durant la majeure partie de l’histoire, il n’y avait probablement pas beaucoup de différence. Au XVIIIème siècle, par exemple, les économistes pensent que les gens avaient à peu près le même niveau de vie qu’ils soient à Delhi, Détroit ou Dongguan. Puis une anomalie a commencé. Détroit a décollé. Les gens en Europe… ou d’ascendance européenne… se sont mis à gagner nettement plus que les autres.

    * Naturellement, les Européens ont développé un certain sentiment de supériorité.

    A présent, ce sont les Européens et les Américains qui sont du mauvais côté de la Méditerranée. Ils ont un gros désavantage : leurs coûts sont trop élevés. Il suffit de regarder Détroit. La main-d’oeuvre y est trop coûteuse. Il y a trop de frais généraux… trop d’avocats et de bureaucrates… trop de personnel… trop de dépenses pour des obstacles que les concurrents chinois n’ont pas.

    * Et aujourd’hui, les Chinois proposent de racheter General Motors (GM) !

    General Motors, nouvelle victime de la crise économique
    Toujours aussi incisif et direct ce Bill Bonner.

  2. La baisse du pétrole en elle-même n’est pas grave. En revanche, c’est en tant que symptôme de prévisions économiques pessimistes (récessions) qu’elle est inquiétante.

    Non ?

  3. C.H.

    @ Léna :
    Oui exactement. La baisse du prix du pétrole *peut* être inquiétante en tant que symptôme, mais en elle-même c’est un phénomène plutôt neutre.

  4. Ce qui me paraît vraiment gênant, c’est l’instabilité du prix du pétrole.

    En effet, à la fois les investissements dans le pétrole et les investissements dans les énergies renouvelables s’inscrivent dans des perspectives de long terme.

    Une trop grande fluctuation du calcul économique autour de ces questions laisse craindre des résultats sous-optimaux : dans le doute on ne fait rien. Stratégie qui elle-même amplifie l’instabilité.

  5. C.H.

    @Skav :
    C’est exact. A mon avis, il faut voir l’instabilité du prix du pétrole comme le reflet, partiel au moins, de la grande incertitude qui entoure l’évolution économique à court et moyen terme. Effectivement, il y a une forme d’attentisme généralisé qui pointe son nez, et pas seulement dans le secteur énergétique.

  6. sebastien delaigue

    de toute facon les prix du petrole font le yoyo aujourdhui nous sommes le 16 decembre 2008 et le baril a new york est a 43 dollards ce n’est qu’une question de speculation la faute aux speculateurs de la bourse qui decident du prix qu’ils veullent a mettre sur le barril un jour a 46 puis un autre jours a 60 et vice vers ils se font du fric sur le dos des consommateurs….

  7. Alexandre, vous avez un frère caché débile ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s