Réflexions économiques autour du Beaujolais

Le Beaujolais nouveau est arrivé. Il parait que ça se fête. Je me suis toujours demandé pourquoi, tant le Beaujolais est quand même plutôt bas de gamme. Celui que j’ai bu hier était même carrément mauvais. Selon moi, cette tradition du beaujolais vient encore rappeler l’importance des institutions pour comprendre les phénomènes économiques : un « accident historique » issu du lobbying des syndicats viticoles au début des années 1950 a fait émerger une régularité de comportement, une sorte de convention sociale. Depuis, les gens « fêtent » systématiquement la nouvelle cuvée de ce vin alors même que tout le monde s’accorde pour dire (en tout cas dans mon entourage) qu’il n’est pas particulièrement bon. Encore une histoire de mimétisme et de conformisme.

Il m’est d’avis que lorsque l’on s’attaque aux questions de goûts, de culture et de mode, ces éléments là sont encore plus prégnants. Et on peut même dresser un parallèle avec les marchés financiers : en fait, de la même manière que sur les marchés financiers il est difficile d’évaluer la valeur intrinsèque d’un produit, en matière de culture la plupart des individus n’ont pas les compétences pour juger de la qualité du bien qu’il consomme. En fait, c’est même pire : la valeur d’un actif financier ou d’un produit culturel est en fait largement fonction des anticipations de chacun sur l’évaluation des autres. On valorise davantage un produit culturel par conformisme (ça fait « bien » d’aimer l’art moderne) que pour le produit en lui-même. Résultat, il se produit occasionnellement des phénomènes « aberrants » : crise financière ou célébration annuelle du Beaujolais.

P.S. : non ce billet n’a pas été rédigé sous l’emprise de l’alcool et encore moins du Beaujolais. Toutes mes excuses aux amateurs de Beaujolais pour ce billet bourré de jugements de valeur. Mais, comme on dit, degustibus non est disputandum.

Publicités

12 Commentaires

Classé dans Non classé

12 réponses à “Réflexions économiques autour du Beaujolais

  1. bertrand

    Juste pour dire que oui, le beaujolais nouveau est immonde mais qu’il existe de très bon crus du Beaujolais (le Saint-Amour, le macon, le brouilly …)

  2. tangi

    Ce que vous dites pour les actifs financiers, c’est l’histoire du « concours de beauté » théorisé par je sais plus qui, non ?

  3. Est ce qu’on peut appliquer cette réflexion sur les théoriciens en économie / finance et certains philosophes (auteur ou professeur) ?

    Je vous indique un article incisif et ironique de Bill Bonner.
    Avec la crise boursière, le secteur financier est mis à mal

    Naturellement, les autres… les gens ordinaires… vous regardaient avec admiration. Ils vous donnaient les meilleures tables au restaurant. Ils garaient votre voiture sans l’érafler contre une bouche d’incendie. Les femmes voulaient vous rencontrer… et les hommes vous demandaient votre avis sur l’économie, la politique, la mode, l’art — et ainsi de suite. Vous étiez ce que toutes les mères souhaitaient pour leur enfant — un membre de ce club très fermé… de l’ordre secret… des grands prêtres du monde moderne… l’élite régnante de la Planète Goldman… la Confrérie de la Finance.

    * A présent, ceux qui étaient si exaltés gisent dans les caniveaux des quartiers financiers. C’est tout juste si les gens ne vous crachent pas dessus dans la rue. Ils vous rendent responsable de leurs pertes… ils vous accusent d’avoir kidnappé leur retraite… d’avoir ruiné l’économie du monde entier. Vous étiez un héros, voilà que vous êtes un minable.

    😀

    Finalement c’est enrichissant de discuter ensemble des bénéfices d’une crise au niveau de la validité de nos connaissances et raisonnements. Ça peut potentiellement faire tomber les masques et donner les arguments pour réfuter les thèses de fumistes ou les incohérences avec une réalité devenu très contrastée. Les erreurs sont plus évidentes, décelables me semble t’il. On ne trouve pas nécessairement les bonnes analyses mais on écarte déjà plus aisément les mauvaises, non ?

  4. C.H.

    @bertrand :
    Merci pour cette précision. Je dois avouer que ma culture en matière de vins est proche du zéro absolu.

    @tangi :
    Concours de beauté théorisé par nul autre que Keynes. Effectivement, c’est ça.

  5. C’est vrai que c’est bizarre, parce que JAMAIS je n’ai croisé quelqu’un qui avait apprécié le Beaujolais de l’année. Et pourtant l’institution demeure en place. On doit avoir un biais de milieu social…

  6. Anectode qui peut vous interesser dans le cas du Beaujolais nouveau: c’est fete abondament au Japon chaque annee, et lorsque je confie aux Japonais que le beaujolais nouveau (dont la bouteille peut facilement atteindre les 20 euros – voire plus en ces temps de regain du yen), c’est de la m* tou juste bon pour finir dans le caniveau, ils sont un peu etonnes; la tres grande majorite des Japonais n’ayant evidemment aucune idee de la qualite intraseque de tel ou tel vin, encore plus que dans nos contrees.

    Ceci dit, il y a un caractere culturel assez particulier qui doit faire marcher le truc vraiment bien je pense: la premiere apparition d’un produit saisonier est souvent accompagne d’une fete quelconque. Le produit correspondant est souvent assez mauvais, et tres cher (les premieres mandarines, par exemple). Des traditions semblables existent evidemment aussi en Occident, mais ce type de traditions est encore tres ancre au Japon, y compris dans les centres tres urbanises.

    Par ailleurs, le conformisme est tres majoritairement une valeur positive au Japon; ca me semble un peu confirmer votre hypothese, de maniere assez anectodique.

  7. lménagère de plus de plus de 50 ANS

    je suis une lectrice assidue (sans être une spécialite en économie), malgré tout,j’apprends des choses, et je suis d’accord avec un de vos lecteurs, j’aime beaucoup ce blog sutout quand vous partez du quotidien, et les notes d’humour me font sourire..(la bicyclette volée, aujourd’hui le beaujaulais)

  8. Zêtes dur. Moi je dis qu’il faut jamais perdre une occasion de se torcher. Sur ce, je retourne dans le Jar à Bobo. Euh, non, enfin, ici : http://forum.econoclaste.free.fr/list.php?5

  9. C.H.

    @Gizmo :
    Remarquez que bien que je trouve le Beaujolais nouveau franchement pas terrible, j’ai quand même célébré son apparition. L’appel de l’alcool est toujours le plus fort… 😉

  10. Youkips

    En fait, ce qui est valorisé n’est pas le produit en lui-même. nous sommes bien d’accord, ce n’est pas du vin mais une sorte de jus de fruits alcoolisé. ce qui est valorisé est le rituel autour de la bouteille, la rencontre et le partage (même d’un avis négatif). C’est pas l’ économique qui est explicatif mais le sociologique! A la vôtre!

  11. +1 pour l’explication de Youkips. On trouvera je pense sans trop de peine d’autres exemples d’évènements à vocation festive, motivés par un prétexte plus ou moins foireux.
    Pourquoi le beaujolais ?
    – Parce qu’il y a eu une belle inspiration marketing à la base, qui a comblé un vide. Le vin fait partie de la culture française, il eut été bizarre qu’aucune fête n’y fut associée.
    – Et sans doute aussi parce que le beaujolais est l’archétype du vin populaire, accessible à tous. Produit en masse, vendu à un prix raisonnable, pas « intellectuel » pour un sou. Personne ne vous en voudra si vous n’êtes pas capables de pondre un commentaire de dégustation en trente lignes et trois mouvements …

    @david,

    Bien des amateurs japonais sont excessivement pointus, et au moins aussi connaisseurs que leurs homologues du vieux continent.
    Et bien des français ne savent pas, non plus, jauger de la qualité « intrinsèque » d’un vin. Notion piégeuse s’il en est, d’ailleurs …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s