Phelps, Lucas, Selten, Stiglitz et Samuelson sur la crise financière

Via Economist’s View :

Edmund Phelps – « What has gone wrong up until now« 

Robert Lucas – « The recession is the more immediate problem« 

Reinhard Selten – « Regulation of the financial market is important« 

Joseph Stiglitz – « Global crisis- Made in America« 

Paul Samuelson – « The dynamic moving center« 

Toutes les contributions sont intéresssantes et à lire. Je ne suis pas vraiment d’accord avec les recommandations de Selten, en revanche je le suis concernant son message théorique : « The prevailing portrayal of economic behavior in economic theory is based on very strong assumptions of rationality, which are not fulfilled in reality. If economic subjects were completely rational, as defined in economic theory, the markets could be left to their own devices without the risk of development of serious and long-lasting imbalances.  But such optimism about stability is unjustified. Economic theory must progress to form a more realistic picture of human behavior. A lot of empirical and experimental research is needed for this purpose« .

Publicités

1 commentaire

Classé dans Liens

Une réponse à “Phelps, Lucas, Selten, Stiglitz et Samuelson sur la crise financière

  1. Gu Si Fang

    Le seul problème avec ce programme de recherche c’est que l’hypothèse de rationalité conduit justement à l’instabilité des institutions monétaires actuelles. Que cherche-t-on à montrer? que ces institutions pourraient être stabilisatrices, puisque les individus sont irrationnels…?

    Par exemple, personne n’aime l’idée que sa banque puisse faire faillite. On court le risque de voir son compte bancaire bloqué, puis de récupérer des actifs plus ou moins valables à l’issue de la liquidation. Chaque individu normal passe au moins quelques instants à se demander si une entreprise est fiable avant de lui confier son argent ou d’accepter un chèque qu’elle a émis. Autrement dit, l’individu agit de manière conforme à son objectif personnel : la maîtrise du risque, ou la recherche de la sûreté. En même temps, il est réaliste, et ne passe pas des mois à éplucher des rapports annuels avant de faire son choix.

    Mais nos institutions ont supprimé ce comportement rationnel. La garantie des dépôts et le prêteur en dernier ressort avaient pour finalité d’arriver à un système « sûr ». Mais cela aboutit à ce que plus personne aujourd’hui ne prend en compte le risque de faillite pour décider s’il vaut mieux être à la SG où à la BNP. Les institutions ont donc augmenté le risque, en le faisant supporter par des tiers. Si l’objectif était la rationalité et la stabilité, c’est raté. Il faudrait supprimer la garantie des dépôts et le prêteur en dernier ressort.

    Pour revenir à la question initiale : que pensez-vous d’une démarche qui occulte cette conclusion, et qui prétend expliquer l’instabilité en démontrant que les individus sont intrinsèquement irrationnels?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s