Bulles spéculatives et cascades informationnelles

Imaginez que vous êtes en voiture, au sein d’un traffic relativement dense. Vous avez à votre disposition deux routes pour aller là où vous voulez aller. Vous ne connaissez pas bien les lieux, vous avez juste regaré la carte et il vous semble, mais vous n’en êtes qu’à moitié sûr, que la route A est plus courte que la route B. Vous avez de nombreuses voitures devant vous et, manifestement, elles cherchent à aller au même endroit que vous (le bord de mer dans une ville de la côte en plein mois d’août par exemple). Au loin, vous voyez une voiture prendre la route B, puis la seconde aussi, puis la troisième également. Finalement, arrive votre tour. Pour faire votre choix, vous avez deux informations à votre disposition : une information privée, celle qui provient de votre jugement incertain par rapport à la carte, et une information publique que vous tirez de l’observation du comportement des autres. Tout le monde a pris la route B et, étant donné que votre information privée qui vous indique de prendre la route A est incertain, vous décidez finalement de prendre la route B. Maintenant, généralisons ce comportement à tous les conducteurs de la route, jusqu’au premier qui a choisi de tirer à pile ou face pour prendre la route A ou la route B, et vous avez une « cascade informationnelle ». De tels phénomènes se produisent quand les individus ne peuvent s’appuyer que sur une information privée dont la validité est incertaine. Dès lors, le comportement des autres devient une autre source d’information et, pour peu qu’il vous apparaisse une récurrence dans celui-ci, cela vous conduit à le reproduire. Le hasard ou une mauvaise information initiale peut ainsi engendrer le développement cumulatif d’un certain comportement, parfois objectivement erroné.

D’après Cass Sunstein, on peut transposer ce raisonnement au moins en partie tant pour expliquer la bulle immobilière que la crise financière actuelle. Vous ne savez pas exactement combien vaut l’appartement que vous voulez revendre, vous vous appuyez sur une information privée (votre jugement personnel) mais en même temps vous constatez autour de vous et dans les médias que le prix de l’immobilier grimpe. Finalement, vous en exigez plus que ce que votre jugement personnel vous a indiqué.

Ce genre de mécanisme est utile pour décrire le caractère auto-renforçant caractéristique des bulles et des crises. Il reste que, comme Sunstein le remarque, la vie quotidienne est faite d’incessantes cascades informationnelles. La question est alors de savoir pourquoi dans certain cas elles atteignent des proportions si grandes, et pas dans d’autres.

Publicités

7 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

7 réponses à “Bulles spéculatives et cascades informationnelles

  1. L’analogie est intéressante mais sa validité dépend du degré de confiance que l’on accorde aux informations dont on dispose. Si je suis quand même à moitié sûr que la route A est la bonne (donc _seulement_ 50% de risques de me planter), je prends la route A. A fortiori si le risque de bouchon sur l’itinéraire B est avéré compte tenu du nombre de véhicules qui l’empruntent.
    Dans une situation de crise, le degré de confiance est nul, car aucune information ne semble pertinente. Et là où un automobiliste a toujours le loisir de s’arrêter au bord de la route pour consulter sa carte ou allumer son GPS, l’actionnaire est contraint par le temps, et prend effectivement la même décision que tout le monde. La plus « naturelle », aussi pour limiter les pertes immédiates.

  2. C.H.

    Bon, disons que l’analogie de la route est de moi et qu’elle n’est probablement pas des plus heureuses. Cela dit, vous avez tout à fait raison : tout dépend du degré de confiance que l’on a dans l’information privée à notre disposition. En fait, effectivement, la clé pour comprendre l’ampleur prise par une cascade informationnelle est ici. Dans le cas de la crise financière, l’information privée à disposition des acteurs a une valeur quasi-nulle. Du coup, les comportements relèvent du pur mimétisme.

  3. Avec un GPS, vous avez le choix entre le trajet le plus court ou la durée la plus courte. Dans un bouchon, je me concentre sur la durée la plus courte. 😉

    Pour l’immobilier, je regarde le cout de la construction neuve et le prix actuel du terrain. En finance, ce sont l’analyse des fondamentaux qui permet de voir la bulle. Maintenant il faut attendre qu’elle éclate.

    2660 G$ d’injectés par les gouvernements de plusieurs grands pays européens qui imitaient ainsi le plan britannique de 594 milliards de dollars.

  4. Pour moi, l’exemple le plus parlant est celui du restaurant (pris dans Banerjee). Deux restaurants sont l’un à côté de l’autre. Les deux sont vides au début de la soirée. Lequel sera le plus rempli ?
    Pas forcément le meilleur. Si le premier client choisit au hasard, puis les autres se fient en partie à la présence de clients, le meilleur peut être vide.

    Mais l’histoire de l

  5. Pour moi, l’exemple le plus parlant est celui du restaurant (pris dans Banerjee http://www.jstor.org/pss/2118364). Deux restaurants sont l’un à côté de l’autre. Les deux sont vides au début de la soirée. Lequel sera le plus rempli ?
    Pas forcément le meilleur. Si le premier client choisit au hasard, puis les autres se fient en partie à la présence de clients, le meilleur peut être vide.

    Mais l’histoire de la route me plaît bien aussi. Il décrit bien le problème.

  6. J-E

    Vous piqueriez pas votre exemple au Repères de N. Mouraud et D. Rivaud-Danset sur l’incertitude dans les théories économiques, des fois ? Ou au type à qui elles-mêmes ont piqué cet exemple ?

  7. C.H.

    A vrai dire, je ne sais pas. J’ai lu ce Repères il y a 3-4 ans, je me souviens que ça parlait des cascades informationnelles, je ne sais plus quel(s) exemple(s) étai(en)t utilisé(s). Il me semble qu’il y avait l’histoire des restaurants qu’évoque Stéphane mais je ne suis plus trop sûr. L’exemple de la route, je l’ai déjà lu sous une forme un peu différente mais je ne sais plus exactement où et quand.

    L’exemple précis que je prend est en fait plus ou moins inspiré d’une expérience personnelle vécue au mois d’août à Saint Malo 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s