Publication scientifique et la malédiction du vainqueur

Dans la série « les limites du processus de publication scientifique », après le conservatisme (voir ici et ), voici maintenant la malédiction du vainqueur (winner’s curse). La malédiction du vainqueur est un phénomène bien connu en économie qui se produit notamment lors de l’acquisition d’un bien aux enchères  lorsque les participants n’ont pas d’information précise sur la valeur de marché de ce bien. La seule information qu’ils ont à leur disposition, c’est la disposition à payer des autres participants. Par définition, le vainqueur d’une enchère simple est celui qui propose le prix le plus élevé. Par conséquent, le prix auquel il acquiert le bien est nécessairement supérieur à la disposition moyenne à payer des autres participants. Dans l’hypothèse où tous les participants accordaient une valeur similaire au bien en question, il y a des chances que le vainqueur ait surestimé la valeur réelle du bien.

The Economist nous apprend qu’une étude indique qu’un phénomène similaire pourrait se produire dans la publication scientifique. A bien des égards, on a dans le domaine académique ce qu’on pourrait appeler une « course à la publication » dans les grandes revues. De telles publications sont le meilleur moyen de faire avancer sa carrière, de récolter des fonds, d’accroître sa réputation ou celle de l’Université. Problème, les pages à disposition sont en quantité limitée : y publier a donc un « prix » qui ici va se manifester sous la forme de la dimension « révolutionnaire » de la publication. Pour pouvoir publier dans les tops-journaux, on est incité à produire des résultats plus révolutionnaires que ceux des autres candidats. Résultat, les meilleures revues se retrouvent à publier des recherches certes souvent novatrices mais également souvent fausses. Je ne sais pas si un tel phénomène se retrouve dans les revues économiques, mais il est clair qu’il est par exemple caractéristique de certaines pratiques journalistiques où les journalistes cherchent à tout prix à avoir un scoop, quitte à prendre le risque de fournir une mauvaise information. C’est ce qui s’était produit il y a quelques années lorsque le JT de France 2 avait annoncé, à tord, le « retrait de la vie politique » d’Alain Juppé. D’autres exemples me viennent également à l’esprit.  

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Publication scientifique et la malédiction du vainqueur

  1. Au fait, Alain Juppé ou est il passé je le vois plus à Montréal à l’école d’administration publique ?
    😀

    il y a aussi les enchères des promesses électorales d’un candidat politique avec une seule place de président ou 1er ministre. « Malédiction » du vainqueur qui ne peut respecter ses promesses mais aussi des électeurs ou lecteurs amèrement déçus et trompés.

  2. C’est certainement vrai, mais le problème est surtout éthique à mon avis et l’auto-régulation ne fonctionne pas. Les papiers sont plus souvent faux par malhonnêteté intellectuelle ou par incompétence que par autre chose. Les gens ne vérifient pas assez ce qu’ils font, l’auto-régulation fonctionne mal (cr les referees sont aussi des chercheurs et travaillent gratuitement), et parfois même, des résultats sont passés sous le tapis sciemment car ils ne vont pas dans le sens ce ce qui est affirmé. J’ai un exemple en tête très récent publié dans Nature de modèle physique appliqué à la biologie dans lequel la prédiction la plus forte du modèle, contraire à tout ce que pensent les biologistes, n’est même pas explicitement dite (il faut étudier les figures ou faire les simulations pour voir). Je soupçonne que la prédiction n’a pas été écrite pour « faire passer le papier », qui sinon aurait été bloqué par les biologistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s