Un modèle de Krugman sur la crise financière

Paul Krugman développe dans cette note un petit modèle rendant compte du phénomène d’interdépendance internationale dans la chute du prix d’un certain nombre d’actifs détenus par les institutions financières, notamment celles s’étant appuyé sur un fort effet de levier. Le modèle de Krugman est fondé sur l’hypothèse que la demande d’actifs de la part des institutions financières à fort effet de levier est croissante avec le prix de ces actifs. Cette hypothèse est raisonnable puisqu’elle indique que l’élévation du prix des actifs accroit la valeur du bilan de ces institutions. L’offre des ces actifs est également croissante avec le prix mais plus faiblement.

A l’équilibre, la demande d’actifs de la part des institutions à fort effet de levier (IFL) doit être égale à l’offre des actifs moins la demande d’actifs provenant de la part des autres agents (le « public »). Comme on peut le voir sur la figure 6, un choc sur la demande d’actifs en provenance du public implique un déplacement de la courbe d’offre vers le bas, ce qui a pour effet de diminuer la quantité d’actifs demandés à l’équilibre et le prix de ces actifs. Vu que la demande d’actifs des IFL est croissante dans le prix, une baisse des prix implique une baisse de la demande… et donc une nouvelle baisse des prix, provoquant un effet de contraction.

Krugman enrichi ensuite le modèle en considérant qu’il existe deux pays : les IFL détiennent des actifs dans leur pays d’origine mais aussi dans l’autre pays. Cela crée une interdépendance internationale : une baisse des prix des actifs dans un pays induit une baisse de la demande d’actifs de la part des IFL dans l’autre pays. Ce phénomène colle bien avec l’effet induit par la globalisation financière : la réduction du prix des actifs contracte le bilan des institutions financières et, dans l’hypothèse où elles détiennent des actifs à l’étranger, elles sont amenées à s’en séparer, contribuant à réduire le prix de ces actifs, etc. La figure 9 dans le papier de Krugman confirme l’interdépendance financière croissante entre les Etats-Unis et l’étranger. 

Le petit modèle de Krugman permet de décrire grossièrement la dimension systémique de la crise financière dont on commence à percevoir les effets. Pour Krugman, cela suggère d’autre part que le problème actuel n’est pas un problème de liquidité mais un problème de capitalisation, ce qui lui fait dire que la solution du plan Paulson est inadaptée. Surtout, les pays européens et les Etats-Unis pourraient tirer avantage de l’interdépendance financière : une recapitalisation par les autorités européennes soulagerait la crise aux Etats-Unis, et vice et versa. Reste que quand on voit les difficultés qu’ont les européens à se mettre d’accord sur les actions à mettre en oeuvre, la partie est loin d’être gagnée… Je ne sais pas vraiment dans quelle mesure ce modèle est pertinent, toujours est-il que c’est un éclairage supplémentaire à prendre en compte.

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

4 réponses à “Un modèle de Krugman sur la crise financière

  1. Gu Si Fang

    La crise a commencé avec l’immobilier américain, pourquoi s’est-elle propagée partout? Voilà la question posée par Krugman.

    Une hypothèse toute simple : l’inflation était généralisée, à divers degrés. Toutes les banques centrales utilisent peu ou prou le même outil (inflation targeting), leurs autorités ont les mêmes incitations, et elles s’alignent spontanément les unes sur les autres pour « stabiliser les taux de change ». Il faut notamment se souvenir que la masse monétaire en euros a cru plus vite que les dollars ces dernières années.

    Je vais essayer de comprendre le reste de l’article de PK, c’est un bon exercice de contorsion intellectuelle 😉

  2. Jacques D.

    Je crois que nous pouvons retrouver notre discussion d’hier, sur une possible formalisation du probleme en terme de theorie des jeux…

    Je vais aussi lire la contribution de Krugman (je « bosse » sur un jeu depuis hier soir, me permettez-vous de vous l’envoyer si j’arrive a quelque chose a peu pres satisfaisant intellectuellement?)

  3. C.H.

    @Jacques D. : pas de problème.

  4. chaabani

    salut, j’ai besoin de la traduction française de l’article de krugman, je ne suis pas trop bonne en anglais:((
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s