Archives d’Auteur: isaac37500

Samuelson, 1915-2009

Isaac

De la formulation mathématique du tatônement walrasien à la synthèse néo-classique, du théorème HOS aux modèles de générations imbriquées, de la systématisation des fonctions de production à facteurs complémentaires à l’oscillateur portant son nom, Samuelson a tout fait et accompagne les étudiants de leur seconde, option sciences économiques, à leur Master 2 d’économie. De nombreux hommages lui ont été rendus sur la blogosphère et je me contenterai d’en souligner deux particulièrement pertinents et touchants : celui de Paul Krugman et celui d’Alexandre Delaigue.

Il me faut également signaler, avec un peu de retard, le petit "coup de gueule" de notre prix Nobel d’économie national, Maurice Allais, que l’on a pu  lire dans Marianne et retrouver cette semaine à la une du Canard enchaîné (vous imaginez ma surprise).

5 Commentaires

Classé dans Liens, Trouvé ailleurs

L’objet de la science économique

Isaac

Etudiant, notre premier cours d’économie porte de manière logique sur la définition de la science économique. Sur ce point, la définition que l’on donne le plus souvent est celle de Lionel Robbins qui, dans sont célébricime  An Essay on the Nature and Significance of Economic Science, considère que  « l’économie est la science qui étudie le comportement des individus face à la gestion des fins et moyens rares à usage alternatif ». Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Non classé

Et pendant ce temps-là, en Suisse…

Isaac

Résidant en Suisse, je ne pouvais rester insensible au billet de Tyler Cowen. On peut y lire ce passage, qui résume bien mon propre point de vue  (à part la dernière l’avant-dernière phrase) :

"3. That said, was there not some other way to sidestep this dilemma?  Washington D.C. doesn’t allow tall buildings to compete with the Washington Monument, yet no one considers that a restriction on political freedom (though it may be a bad idea for economic reasons).  The Swiss cantons could have done the same for their town churches.  Note that a restriction on a minaret is not a restriction on a mosque.

4. I favor greater Muslim immigration into the United States and I think Muslim emigration to Europe is working better than most people think.  I am happy to see that Switzerland has become a more cosmopolitan society, in large part by taking in more emigrants, including Muslims.  Nonetheless, call me old-fashioned, but I don’t think a Swiss town center should look like the photograph above.  I guess the Swiss don’t either."

La Suisse devient en effet plus cosmopolite, mais force est de constater que ce mouvement s’accompagne d’une certaine dose de "biais anti-étrangers" , pour reprendre le terme de Caplan, dont CH avait parlé ici, dont il me semble que le résultat de cette votation est un symptôme.


3 Commentaires

Classé dans Divers, Trouvé ailleurs

Islam et Libéralisme

Isaac

Via le site de L’institut Turgot, un dialogue me laisse songeur. Je me concentre ici surtout la démarche de François Facchini, qui se propose de revenir sur les liens entre Islam et Libéralisme. J’en retiendrai plusieurs choses :

On semble à première vue proche d’une analyse à la Max Weber, relative à l’étique protestante et l’esprit du capitalisme, ou encore à la Avner Greif et son étude comparative de divers systèmes d’organisations de la vie marchande entre différentes cultures et modes d’organisation sociale. Seulement plusieurs différences sont à noter. Par exemple, si l’approche peut sembler se rapprocher d’un raisonnement institutionnaliste on remarque quelques affirmations que je trouve plutôt paradoxales : « L’histoire des modèles économiques des empires musulmans conduit donc à soutenir que l’islam n’a pas prédisposé les musulmans à découvrir le libéralisme économique à l’institutionnaliser. » Il y a ici une tension entre une vision très naturaliste du libéralisme et un désir de souligner son caractère construit, mais finalement très transcendant.

Là où le texte est intéressant c’est qu’il montre bien la difficulté résidant dans la construction d’idéaltypes au sein d’un raisonnement scientifique. Cela ressort particulièrement en ce que l’auteur ne semble faire aucune distinction entre l’idéaltype qu’il construit (l’islam) et la réalité des faits qu’il désir expliquer et comprendre. Au final, cela donne une impression de manque d’assise théorique, ce qui renforce l’impression que les affirmations sont souvent gratuites au regard de l’objectif de départ. Notamment, l’auteur ne nous explique pas pourquoi les individus sont amenés à suivre les règles. D’accord, l’Islam peut être considéré comme un ensemble de règles et de croyances,  or, pour expliquer pourquoi ces règles et croyances influencent la trajectoire des institutions économiques, il faut comprendre pourquoi les individus continuent à respecter ces règles, c’est-à-dire dans quelle mesure ces règles s’ « auto-renforcent ».

4 Commentaires

Classé dans Non classé

L’émergence est-elle l’objet des sciences sociales ?

Isaac

Dans son livre de 1985, Anthony Giddens développe une idée plutôt intéressante consistant à faire de l’explication des phénomènes d’émergence le point commun de toutes des sciences sociales. En fait, son argumentaire se base sur l’idée que dans les sciences sociales, dans le cadre d’une explication par la raison (dont j’avais parlé ici), une idée scientifique n’arriverait jamais à se diffuser si elle se contentait de souligner ce que les hommes savent déjà, c’est-à-dire les effets voulus des actes volontaires. Il est en effet, non seulement plus intéressant, mais également utile de porter son attention sur 1/ les effets non désirés des actes individuels pris dans l’agrégation de ces actes individuels 2/ les effets non désirés des actes individuels pris de manière individuelle, 3/ les effets non désirés des actes non désirés. Bien entendu « non désiré » ne signifie en aucun cas « néfaste ».

Dans le cadre d’une analyse multi-niveaux de la société, Tony Lawson indique qu’un niveau social est dit « émergeant » si A) il émerge d’un niveau inférieur, B) il ne reste qu’en partie dépendant de ce niveau inférieur, C) ne dépendant pas entièrement de ce niveau, il agit en retour sur celui-ci. Cela me semble tout à fait coller avec ce que nous raconte Giddens :

1)    Dans le cadre des effets non désirés des actes conscients, pris dans le sens d’une agrégation de ces actes, on touche une analyse à au moins deux niveaux (action et structure), la structure étant le fruit des actes individuels mais non leur simple somme (propositions A et B de Lawson).

2)    Les effets non désirés des actes individuels pris de manière individuelle, nous sommes dans le cadre de la proposition C de Lawson, i.e. que le niveau émergeant du cas 1 rétroagit sur les croyances des agents en venant modifier les structures causales auxquelles ils étaient habitués et sur lesquelles ils fondaient leurs anticipations.

3)    Dans le cadre des effets non désirés des actes non désirés, nous nous situons dans le domaine de l’inconscient. Ce qui nous amène du côté de la psychologie, en ce qu’on s’intéresse à la frontière entre désir et action et là je ne suis pas compétent.

Il est donc possible d’affirmer que pour Giddens, l’objet principal de toute science sociale est l’émergence, et par conséquent que sans ce phénomène il n’y aurait pas d’utilité aux sciences sociales. En effet c’est parce que l’homme est incapable de connaître de manière précise les structures et causalités sous-jacentes qui fondent l’émergence qu’il lui est impossible de les introduire au cœur de ses desseins afin d’agir en conséquence (le phénomène émergeant est le résultat de l’action humaine mais non d’un dessein humain, pour reprendre la célèbre expression d’Hayek). La définition de l’émergence est donc consubstantielle d’un manque de connaissance causale que les sciences sociales ont pour mission de pallier afin d’arriver à un monde d’actes volontaires aux conséquences désirées.

6 Commentaires

Classé dans Non classé

Performativité et institutionalisme : the Searle’s connexion

Isaac

La notion de performativité des énoncés théoriques connaît aujourd’hui un vif regain d’intérêt dans le domaine de la sociologie économique, ceci essentiellement depuis la publication en 1998 d’un ouvrage collectif, dirigé par Michel Callon, Laws of the Markets. Le concept de performativité nous vient de la linguistique austinienne dont l’objectif était la découverte d’une frontière grammaticale entre énoncés constatatifs (de type : « Tony à un pull rayé ») et ceux qui constituent en eux-mêmes une action Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Non classé

Appel à candidature

Isaac

Ce blog étant sûrement fréquenté par des personnes engagées dans un cursus universitaire et souhaitant, pourquoi pas, se lancer dans la merveilleuse aventure de la thèse, j’attire votre attention sur cet appel à candidature, lancé par le centre dans lequel j’ai moi-même été recruté (depuis maintenant plus d’une semaine), le Centre d’études interdisciplinaires Walras Pareto. N’hésitez surtout pas à poser vos questions si vous êtes intéressés.

3 Commentaires

Classé dans Divers