Guesnerie sur les anticipations rationnelles

C.H.

Suite de la discussion autour de l’article de John Kay dont j’ai parlé l’autre jour. Roger Guesnerie propose une réflexion vraiment très intéressante sur l’hypothèse d’anticipation rationnelle et l’hypothèse d’efficience des marchés. Un peu comme Woodward avant lui, Guesnerie considère que le problème de l’économie n’est pas l’excès de rigueur ou le recours à la modélisation (ce qui laissait entendre Kay), mais réside plutôt dans le fait de poser comme un axiome (les anticipations rationnelles) ce qui ne devrait être qu’une hypothèse de travail. Guesnerie souligne à juste titre (et il bien placé pour cela, étant donné qu’il travail sur le sujet depuis très longtemps) que la question fondamentale consiste à savoir comment les agents coordonnent leurs anticipations. Or, recourir à des anticipations rationnelles n’est… rationnel (ou plutôt, optimal) que si tout les autres agents agissent également en fonction d’anticipations rationnelles. En théorie des jeux (rappelons qu’un équilibre de Nash n’est rien d’autre qu’un équilibre en anticipations rationnelles), une belle illustration de ce problème est donné par le jeu du « mille-pattes » : si je suis rationnel, que l’autre joueur est rationnel et que cela est common knowledge, alors j’ai intérêt (au sens optimalité) à arrêter le jeu dès le début. Si en revanche j’ai un doute sur la rationalité de l’autre (ou si je pense que l’autre doute de ma rationalité), j’ai intérêt à poursuivre. Bref, comme le dit Guesnerie, un équilibre en anticipations rationnelles est un point focal (comme l’est un équilibre de Nash pour un théoricien des jeux), mais peut-être pas le seul.

Le point est donc de voir l’hypothèse d’anticipations rationnelles comme une hypothèse empirique et de la traiter comme telle : dans certains cas, elle est raisonnable, dans d’autres elle est ostensiblement fausse. Le fait que les économistes tendent à traiter cette hypothèse de manière axiomatique n’est toutefois par surprenant, comme l’indique cette remarque très judicieuse de Guesnerie :

The re-examination of the scope of the rationality hypothesis and a complete reassessment of the domains of validity of the REH are overdue. It has just been stressed that these tasks do not lead to dismiss the demand for theoretical modelling. This does not mean, obviously, that they are easy tasks and that they will not affect, perhaps deeply, our understanding of economic phenomena. For example, the second task, the re-assessment of the REH, will touch the roots of the philosophical determinism that has shaped economic culture, all schools of thought together. Outside a REH world, prediction is much more difficult[18], apart from any problem of non-stationarity (stressed in Kay’s text). The standard economic wisdom may be shaken up.

Cette remarque fait parfaitement écho avec le livre de Nancy Cartwright, The Dappled World, que je suis actuellement en train de lire. Comme le fait remarquer Guesnerie, l’hypothèse d’anticipations rationnelles a été l’un des moyens par lesquels les économistes ont mis du déterminisme et de l’ordre dans un monde socioéconomique qui est largement désordonné. Ce n’est pas une spécificité de l’économie : Cartwright défend de manière assez convaincante l’idée selon laquelle la physique elle-même repose sur une démarche consistant à construire des « machines nomologiques » exhibant des comportement entièrement prévisibles. Cartwright fait toutefois remarquer que le domaine d’application de ces machines nomologiques est extrêmement restreint, ce domaine s’arrêtant bien souvent aux frontières du laboratoire. Selon Cartwright, cette démarche n’est pas problématique en soi, tant que l’on a conscience que les lois qui caractérisent le comportement des machines nomologiques ne s’appliquent que ceteris paribus, et que le monde réel est bien plus désordonné que ce ce que suggèrent les modèles.

Il est vrai que l’hypothèse d’anticipations rationnelles est plus qu’une contrainte ad hoc imposée par les économistes à leurs modèles en raison de sa commodité : la critique de Lucas fournie au contraire de solides arguments épistémologiques pour penser que l’on ne peut décrire les relations entre agrégats macroéconomiques (par exemple entre production et dépenses publiques) par des coefficients structurels inamovibles (qui eux-mêmes servent à construire des machines nomologiques d’ailleurs). Un changement de politique économique (monétaire ou budgétaire) change la valeur de ces coefficients précisément parce qu’il semble raisonnable de penser que les agents anticipent les effets induits par un changement de politique économique.

C’est un argument solide, indiscutablement. Cependant, l’hypothèse d’anticipations rationnelles n’est pas une suite logique à la critique de Lucas. De mon point de vue de non-spécialiste, il me semble que la seule chose que la critique de Lucas autorise, c’est de postuler que les agents forment des anticipations qui affectent les relations entre agrégats macroéconomiques, mais rien d’autre. La nature des anticipations reste une question fondamentalement empirique. Pour dire les choses autrement, plutôt que de servir de contraintes structurelles à la construction de machines nomologiques, les anticipations rationnelles doivent au contraire être l’objet  d’une investigation théorique et empirique. De ce point de vue, la remise du « prix Nobel » d’économie à Sims et surtout à Sargent vient à point nommer puisque c’est justement une question traitée par ces auteurs. Comme je l’ai noté hier, l’une des contributions de Sargent a été notamment d’utiliser le concept de « self-confirming equilibrium » pour examiner les processus d’apprentissage par lesquels les agents peuvent éventuellement apprendre le « bon » modèle de l’économie et donc former des anticipations rationnelles. L’une des conséquences de ce genre de travaux est de souligner la possibilité d’équilibres multiples (j’en avais déjà parlé ici et ), autrement dit le fait que la convergence vers un équilibre d’anticipations rationnelles, si elle est possible, n’est pas une nécessité. Le concept d’équilibre corrélé peut également avoir une certaine pertinence : il n’est pas absurde de penser que les agents ne coordonnent pas leurs anticipations ex nihilo mais qu’ils s’appuient sur éléments exogènes (normes sociales, notes des agences de notation, ou… théories économiques performatives) qu’ils peuvent interpréter d’une multitude de manières. Là encore, la propriété d’un équilibre corrélé c’est qu’il ne correspond pas nécessairement à un équilibre de Nash. Empiriquement, la question est donc de déterminer sur quoi s’appuient réellement les agents pour former leurs anticipations. Rien ne dit alors qu’un équilibre en anticipations rationnelles soit un point focal.

About these ads

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s