REH under attack

Les économistes Roman Frydman et Michael Goldberg portent un nouveau coup aux modèles macro standards et à l’hypothèse d’anticipations rationnelles (Rational Expectations Hypothesis – REH) sur laquelle ils s’appuient. Les deux auteurs sont des récidivistes. Par ailleurs, et à l’encontre de la tendance actuelle, ils ne semblent pas voir non plus la salut dans l’approche comportementale. La thèse des auteurs est que la nture même des processus de marché fait qu’il est aberrant que les agents puissent former des anticipations rationnelles et qu’en conséquence construire des modèles sensés décrire le fonctionnement de l’économie en faisant l’hypothèse que les agents connaissent ces modèles est vain. Tout cela invalide de fait l’hypothèse d’efficience des marchés.

La position des auteurs est séduisante mais il y a au moins un point que me fait tiquer au niveau de leurs prescriptions. A la suite de la critique qu’ils développent, Frydman et Goldberg indique que les prix sur les marchés financiers peuvent énormément fluctuer sans qu’il soit possible de dire s’ils s’écartent ou non de leur "bon" niveau. En règle générale, lorsque ces fluctuations sont peu importantes, l’Etat n’a pas à intervenir ; en revanche, quand elles deviennent trop fortes, il faut que le régulateur mette en place des mesures pour les limiter ces fluctuations. Je me pose alors une question : comment fait-on pour déterminer que les fluctuations sont trop importantes si l’on ne dispose pas d’un étalon de mesure ou d’un point de repère permettant de penser qu’une bulle spéculative peut se former (ce que fournie par exemple l’approche comportementale) ? A l’hypothèse d’anticipations rationnelles, Frydman et Goldberg me semblent avoir substitué celle de super-régulateur omniscient. Pas sûr que l’on gagne en réalisme.

Bon sinon, ça n’a rien à voir (quoique…) mais je ne peux pas m’empêcher de pointer ce magnifique article de Richard Posner qui se découvre sur le tard des affinités keynésiennes. Notez notamment comment Posner questionne la théorie du choix rationnel, celle sur laquelle est bâtie toute la Law&Economics dont il est l’une des têtes d’affiche.  

About these ads

4 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

4 réponses à “REH under attack

  1. dupont

    J’ai écouté Frydman présenter ses théories (notamment l’Imperfect knowledge economics (IKE)) cet été. Sa critique des REH est intéressante et convaincante, et son cadre théorique séduisant. Mais il m’a semblé voir un paradoxe qu’il n’a pas réussi a éclairer. Les agents son censé réviser la manières dont ils construisent leurs expectations quand il réalisent que leurs précédents forecast sont faux, mais sur quel critères se rendent ils comptes que leurs prévisions sont erronées? Pas par rapport a une valeur fondamental qui selon lui n’existe pas, mais pas non plus par rapport a la prévisions moyenne des autres agents.

    Du coup je suis ressortit de sa conférence moins convaincu par IKE que je ne l’était en entrant

  2. elvin

    "sur quel critères se rendent ils comptes que leurs prévisions sont erronées?"

    parce que la réalité qu’ils observent (à l’instant t) ne correspond pas à leurs prévisions à l’instant t0, ou à leurs "expectations" (rationnelles ou non, d’ailleurs)

  3. dupont

    C’est vrai pour un agent "price taker", mais pour l’ensemble des acteurs du marché le problème n’est plus le même. L’une de leurs applications habituel est de regarder les taux de change et prix relatifs entre 2 pays. Le taux de change peut s’écarter pendant de longues périodes du niveau de prix relatif, avant qu’il y ai correction. Qu’est-ce qui déclenche le changement dans le mode de formation des prévisions de suffisamment d’agents pour que le taux de change retourne vers un niveau compatible avec ppp?

  4. Pierre

    Si quelqu’un peut me donner une explication se serait fort aimable. Je n’arrive pas à comprendre l’engouement pour les modèles macroéconomiques comprenant des anticipations, rationnelles ou non. Dans ces modèles, à la base on ne sépare pas les les personnes susceptibles de faire des anticipations sur les futures variations de l’économie et les personnes qui ne font aucune anticipations.Je vois mal les personnes qui gagnent le SMIC se préoccuper des marchés financiers au jour le jour, et pourtant dans ces modèles on considère les anticipations de l’ensemble des individus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s