Sachs et la nécessité des aides internationales

Jeffrey Sachs défend la légitimité et la nécessité des aides internationales au développement économique et en profite au passage pour tacler William Easterly. Ce dernier n’apprécie guère. Au-delà de la petite guéguerre entre les deux économistes qui ne cesse de monter en intensité au fil du temps, Sachs fait quelques bonnes remarques. Il a probablement raison lorsqu’il voit dans l’opposition des américains à l’aide internationale le résultat d’une totale méconnaissance et de préjugés. Cela dit, au contraire d’Easterly qui essaye d’asseoir ses arguments sur des données empiriques et des considérations théoriques, j’ai parfois l’impression que Sachs s’arrête à une forme d’indignation morale. De plus, le fait que des pays aient reçu des aides puis se soient développés ne prouve évidemment en rien que le développement économique a été permi par ces aides.

About these ads

5 Commentaires

Classé dans Trouvé ailleurs

5 réponses à “Sachs et la nécessité des aides internationales

  1. Sachs ne donne pas l’impression de vouloir contribuer à un débat scientifique mais plutôt de vouloir faire appel à l’émotion :

    "we should think about the realities of life, in which all of us need help at some time or other and in countless ways, and even more importantly we should think about the life-and-death consequences for impoverished people who are denied that help."

    C’est exactement ce que soutient Easterly (je n’ai pas lu les travaux de Moyo), mais celui-ci pose à mon sens une question très intelligente, celle de savoir à quelles conditions l’aide au développement est efficace.

    Sachs ne reprend pas cet aspect des choses et le présente comme quelqu’un "qui a bénéficié de ces aides et qui cherche à enlever l’échelle derrière lui".

    L’attitude de Sachs n’est pas celle d’un scientifique mais de quelqu’un qui cherche à gagner les faveurs du public.

  2. bof

    Pourquoi les travaux de Peter Bauer sont-ils si peu connus?

  3. MacroPED

    Oui, Peter me semble aussi pertinent. On assiste, quand il s’agit de cette discussion, à une bipolarisation. De toutes les façons, il doit y avoir toujours un chef de file. Celui qui se sent fort crée sa 3ème voie ou se glisse dans ce binaire.

  4. MacroPED

    Peter Heller aussi…

    J. Sachs est malin, ce monsieur. Il assied confortablement sa réflexion en sortant quelque de la science économique et jouant des nos sentiments pacifistes et pacifiques pour éliminer ses interlocuteurs…

    J’estime qu’il doit aussi tenir une blog cet "économiste entre deux avions". Avec l’écriture dans des tribunes large publiques c’est difficile d’assoir des fois les arguments comme un scientifique. Cela pour une raison me parait-il si évidente: dire qu’il faut de l’aide. C’est peut-être bien. Sur quelle base? L’approche normative pour l’allocation (Collier et Dollar ou ?), pour quel impact?…Malheureusement, il n’a pas le temps…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s